• Yvette

A la découverte de Sucua

23/10 Après quelques jours passé à Puyo, Francisco nous propose de partir à la découverte de Sucua, une ville située à 158 km au sud, où il est né et où il a grandit. Nous partons après le petit déjeuner, notre ami ouvre la route et nous le suivons tranquillement avec Banana. Sur la route nous nous arrêtons dans la ville de Maca où nous croisons le chemin de voyageurs suisses, avec deux jeunes enfants et un cochon d'inde, dans leur vw nommé Beluga ! Ils ont quelques problèmes mécaniques et Francisco vient de tombé sur un ami, il lui demande où ils peuvent trouver un garage. Nous discuterons encore un peu avec ce jeune couple sympathique avant de reprendre la route.

Nous arrivons en fin de matinée, Chez Sonia et Gabi, le frère de Francisco, leur fils Eric et Joseph, les cousins de Flora, qui nous avions vu à Puyo sont encore à l'école. En les attendant, Sonia nous fait visiter sa maison! Ici ce n'est pas le même décor qu'à Puyo, c'est une maison classique à l'européenne. Mais les trésors sont dehors, dans son terrain, des dizaines d'arbres fruits, et un beau jardin. On restera bouche bée devant les ananas, mais aussi les plants de tomates cerises qui pendent tant ils sont chargés, elle nous explique qu'ici ils en ont toute l'année. Et ici quasiment aucun entretien, rien n'est désherbé et tout pousse facilement.


Le soir, quand les garçons sont rentrés de l'école et qu'ils ont finit leurs devoirs, nous partons visiter la ville de nuit. Nous n'avons pas l'habitude de sortir la nuit, c'est une des rares villes que nous aurons visité de nuit. Elle est quasiment déserte, en semaine et en début de soirée , il n'y a aucun soucis pour flâner entre les différentes places. Nous commençons par un immense terrain de jeux où les enfants peuvent se défouler, puis sur la place centrale où ils organisent une partie de cache-cache.

Nous finirons la soirée chez Sonia et Gabi, qui nous ont préparé un bon repas.

24/10 Le lendemain matin nous nous réveillons, et les enfants profitent du jardin dans lequel en plus des arbres fruitiers on trouve des lapins, des poules, des cailles, des canards et des oies, pour le plus grand bonheur des enfants, qui nous regardent déjà avec des yeux de merlan pour qu'on adopte un bébé lapin. Et vu que la famille qu'on a croisé la veille trimbalait un cochon d'inde, ils nous trouvent peu ouvert quand on leur dit que ce ne sera pas possible de voyager avec un bébé lapins dans Banana.

Après un bon petit déjeuner, nous partons sur les traces du passé de Francisco ! Il nous emmène, en périphérie du centre ville, découvrir la maison de ses parents , qui sont malheureusement décédés ces dernières années. La maison est laissée à l'abandon depuis quelques temps, la nature à repris le dessus et nous enfilons donc des bottes et Francisco ouvre le chemin avec une machette. A vol d'oiseaux, nous sommes à moins d'un kilomètre du centre ville, la route qui mène au terrain est même asphaltée, c'est impressionnant de se retrouver dans une végétation aussi dense, si proche de la ville. Nous finissons par atteindre la vieille bâtisse en bois, difficile de pensé que ces parents vivaient là il y a encore quelques temps. Il reste quelque meuble, par curiosité je pousse une porte je me retrouve à pousser un petit cri, deux chauve-souris survolent ma tête. J'en ai froid dans le dos, alors que Francisco est mort de rire derrière moi !


Il nous explique qu'à l'époque il est né ici, sa mère avait appelé une dame du village, qui a mis plusieurs heures a arrivés, à l'époque pas de route pour arrivé depuis la ville, et les environs étaient très humide et marécageux. On est très touché qu'il partage sa vie avec nous, il nous propose de faire le tour du terrain. On part donc explorer la jungle.

Nous progressons tranquillement, Francisco toujours en tête avec sa machette, il nous montre l'intérieur d'une termitière. Puis on découvre quelques insectes géants dont on est pas certain de l'origine ! Quand tout à coup, Francisco se met à crier ! Puis à se déshabiller, il enlève son pull et son t-shirt ! Il a plusieurs marques rouges, il vient de se faire morde par des fourmis, il se débat dans tout les sens, puis il nous dit "faut partir de là !" On avance rapidement, mais les enfants commencent à crier "aie" "aie" pleine de zénitude je dis aux enfants "tranquilo no pasa nada", genre tranquille ce n'est rien! Mais quelques secondes plus tard, je reçois la première morsure "pu...." je pousse tout le monde faut absolument sortir de là ! La douleur et indescriptible et même quand on a écrasé la fourmi la douleur perdure de longues minutes ! On finit par trouver une clairière, on enlève nos vêtements et avant tout ceux des enfants pour tuer les fourmis qui coriaces continuaient de les dévorer ! Incroyable on avait pas connu de fourmis si agressives. Francisco nous explique que se sont des Hernanda Sanchez du nom de l'arbre sur lequel elles vivent, il aurait dû le repérer et faire plus attention. Il a probablement donné un coup de coude dans l'arbre et les fourmis se sentant attaquées nous ont sauté dessus pour nous mordre ! Bien Bien, les enfants sont traumatisés, les douleurs s'estompent mais reste vivent, c'est juste l'horreur. On contournera la petite jungle pour retrouver l'asphalte et la voiture !


Francisco décide ensuite de nous emmener dans une Finca, qui surplombe la ville, il nous explique que les gens montent souvent le week-end la haut pour observer les lumières de la ville en premier plan et l'Amazonie dans le fond.

L'accès au lieu est drôlement compliqué avec une pente importante, on doit descendre de la voiture pour qu'elle puisse gravir la côte ! Mais l'effort en vaut la peine, la vue est juste incroyable et la petite ferme authentique est pleine de charme. Encore une fois, un vrai petit paradis. La fille de la propriétaire est justement là, elle nous propose de nous faire visite le lieu avec ces points de vue, les différentes plantes, fleurs et arbres qui s'y trouvent. Elle nous fera aussi goûter l'alcool qu'elle fabrique ici. Elle nous explique qu'il est possible de monter ici avec sa tente et de camper ! On regrette déjà de ne pas pouvoir monter ici avec banana ! On aurait adoré passé la nuit là.

Nous redescendons ensuite pour aller manger dans un petit restaurant de la ville, puis nous partons rendre visite à une tante de Francisco qui vit, à plus de 80 ans, seule dans une vieille bâtisse en bois. Nous nous arrêtons également devant un mirador pour observer l'Amazonie.

Le soir nous retrouvons Gabi et Sonia, nous leur avons proposer que je prépare des pizzas, Eric leur plus jeune fils qui aime beaucoup cuisiner sera mon assistant de la soirée alors que les tiliky courent toujours après les bébés lapins! Eric est très appliqué et nous nous régalerons pour une soirée pizza en compagnie du cousin de Francisco qui nous a rejoins avec sa femme.

25/10 Aujourd’hui nous avons rendez-vous avec un ami de Francisco qui possède un cheval, il nous le laisse pendant une heure pour que nous puissions faire des balades avec les enfants, Liloane est trop heureuse, elle qui nous réclame en permanence de pouvoir faire du cheval.

Le midi, nous sommes invité par le cousin de Francisco dans sa finca, qui se trouve sur la même route que la finca que nous avons visiter la veille. Il y a encore quelques mois, il avait ici un élevage de cochons et des vaches , il nous fait visiter ses terrains, puis nous nous retrouvons à la finca, dans sa magnifique cuisine extérieure pour préparer un bon barbecue et quelques crudités.


L'endroit est simplement magique, la température est agréable, nous sommes bien sans avoir trop chaud, ils nous expliquent qu'ici il fait le même climat toute l'année. On peut vivre toute l'année à l'extérieur et c'est quand même un confort de vie assez incroyable, surtout pour nous qui avons connu les -20 de la vallée de la Brévine. Il faut dire que plus nous y pensons, plus c'est un de nos critères de qualité de vie. Nous sommes enthousiastes à l'idée de skier pendant deux semaines de vacances par contre nous avons beaucoup moins envie de revivre des hivers entiers sous la neige et le froid.

Nous apprécierons notre après-midi à la finca, le temps c'est comme arrêté, nous cuisinons tranquillement alors que les enfants explorent les alentours. Nous profitons de la vue sur l'Amazonie. Le soir, nous partons direction la ville voisine pour une fête populaire avec un bal, une élection de miss et feux d'artifices ! Un peu comme un 14 juillet en France. Nous serons surpris par les feux d'artifices qui resteront mémorables ! Un château de feux d'artifices, qui est en fait un échafaudage de 6 mètres de haut posé sur des roulettes, sur lequel ils ont fixé des feux d'artifices qui partent dans tout les sens, des hommes sont aux pieds, et ils font tourner le château tout allumant au fur et à mesure les feux d'artifices du plus bas au plus haut ! Le spectacle est impressionnant mais surtout terriblement dangereux !

Alors que tout le monde s'est instinctivement éloigné de la structure, un mec avachi sur un banc, visiblement trop alcoolisé pour se réveiller, se retrouve aspergé d'étincelles au milieu d'une fumée blanche. Il finira par prendre un gros éclat de feux d'artifices dans l'épaule et se réveiller sous les rires de la foule ! J'ai 0 peine le temps de dire à Aurélien qu'ils sont tous complètements inconscients et qu'on ferrait mieux de reculer, que les mecs qui allumaient le château se dirigent dans la foule en courant et qu'ils allument à nos pieds des feux d'artifices qui explosent dans le ciel juste au dessus de nos têtes ! Du jamais vu, je ne sais pas par quel miracle personne ne sera blessé, et visiblement il y a que moi qui trouve cela dangereux parce que tout le monde rigole dans un esprit très bon enfant. Je me dis qu'il est temps de rentrer avant de perdre une main ou un pied ! Nous rentrerons donc après ces quelques festivités inoubliables pour passer notre dernière nuit à Sucua.


44 vues

© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip