• Yvette

Cuenca, la ville du Panama !



1/12/2018


À notre retour des Galápagos nous serons content de retrouver banana ! Il est resté seul quasiment 3 semaines dans un parking d’hôtel. Nous somme soulagés de voir qu’il démarre au quart de tour !



Nous commencerons par ranger et nettoyer toutes les affaires, notamment les tenues de snorkeling. Puis nous enchaînerons avec les lessives. Aurélien gère cette partie avec les repas des enfants pendant que moi je file à l’hôtel pour profiter du wifi et mettre sur le blog les articles des Galápagos. Et mine de rien je vais travailler de longues heures pour mettre sur le blog ces articles. Le premier soir il me faudra une heure seulement pour charger les photos du 1er article ! Je suis un peu blasée et je me dis qu’à ce rythme je vais en avoir pour 4 jours.


2/1/2018


Le lendemain je travaille toute la journée de 7h à 22h30 en faisant seulement deux pauses pour manger... mais je suis contente d’avoir fini et la bonne nouvelle c’est que j’ai aussi chargé les photos pour tout les articles manquants depuis Oruro ! Je n’aurais plus qu’à écrire et organiser les photos !



Pendant ce temps Aurélien a géré l’école, les repas; les enfants ont même fait de la peinture et ils ont rangé le van. Et ils sont même allés faire les courses au MALL et ils reviendront ahuri par ce monde de consommation. Aurélien me dit qu’ils ont vu une télévision gigantesque ! Il n’en a jamais vu de si grande ! 4000$... nous sommes tellement loin de ces préoccupations ! Nous nous faisons la réflexion que sur une année nous avons dépensé moins de 250 € pour racheter des chaussures et de vêtements pour toute la famille.


Nous sommes en pleine réflexions sur Noël et les cadeaux... il reste un peu d’argent dans les enveloppes des enfants et nous profitons pour aller au mall... Kynan achètera un immense serpent, alors que Titouane s’offre un petit drone. Liloane finalement ne choisira rien ! Nous rentrons du Mall après un Mac Do ! Et oui on a craqué les enfants en avait envie et le seul truc que nous pouvons dire c’est que c’est fascinant de retrouver exactement le même goût quand France... la seule différence c’est qu’à midi, tout seul au guichet nous avons attendu 10 minutes notre commande ! Ici ils sont pas stressés comme en France !


Aujourd'hui nous devons surtout prendre la décision sur notre destination ! Demain on lève le camp ! Nous sommes en plein doute sur notre destination... nous ne sommes pas impatient de retourner au Pérou ! En même temps nous ne nous voyons pas monter plus au nord alors que nous savons que nous ne nous installerons pas en Colombie, et que maintenant nous sommes aussi certain que nous ne nous installerons pas en Équateur non plus. Nous hésitons donc... visiter encore un peu l’Équateur ? Nous venons de faire 3 semaines de plages et finalement Aurélien ne se voit pas aller faire la côte jusqu'à Quito. D’autant plus que nous avons lu sur internet que les plages sont souvent très sales. Nous avons envie de garder l’image des plages paradisiaques des Galápagos...


Notre seule certitude en ce moment c'est que nous sommes heureux d'avoir retrouver banana et de pouvoir de nouveau cuisinier normalement et manger autre chose que les sandwich au thon.





Nous sommes un peu perdus, avec l’envie d’aller nulle part...


3/12/2018


Nous quittons, dans la matinée, le parking de l’hôtel Livingston... direction Cuenca ! J’ai repéré un spot iOverlander à une quarantaine de kilomètres de la ville juste à l’entrée du parc national Cajas.



Nous roulons tranquillement, il fait très chaud ici, 31 degrés, c’est étouffant. Nous nous arrêtons faire le plein de fruits et légumes auprès des étales en bord de route ! 2 kg de manges, une grosse pastèque et un gros ananas pour 8 dollars ! Le paradis après 3 semaines et très peu de fruits !



Nous poursuivons pour attaquer la montée vers le parc national Cajas qui culmine à 3800 mètres ! Nous montons tranquillement, nous arrivons au dessus d’une magnifique mer de nuage.




Puis il commence à pleuvoir. Nous arrivons vers 16h sur le spot qui est un parking de restaurant qui propose des étangs de pêche à la truite et des menus à base de truite ! Nous pouvons passer la nuit gratuitement à condition de manger au restaurant. Mais là entre la pluie et l’adaptation à l’altitude... nous avons un peu mal à la tête et les enfants ont envie de pêcher eux même leur truites. Nous proposons donc aux propriétaires de pêcher demain matin et de les manger le midi dans leur restaurant.



Nous passerons là, une nuit horrible... nous avons eu une infiltration d’eau d’origine indéterminée dans notre lit, et nous découvrons à 20h que notre duvet est trempé, nous l’enlevons et décidons donc de prendre Kynan et sa couverture vers nous. Mais il fera très froid et je me relèverais pour enfiler un deuxième pull, un pantalon et de grosses chaussettes !! Kynan lui transpire en short entre nous deux ! Nous n’avons vraiment pas la même physiologie ! De plus la route est vraiment passante et nous entendrons les freins des camions toute la nuit. Et avec l’altitude, un petit mal de tête, plus un peu de peine à respirer... la nuit sera très longue !


4/12/2018


Au petit matin nous serons content de voir le ciel bleu et le soleil à travers le lanterneau ! Nous commençons la journée par l’école puis nous filons pêcher les truites dans les bassins ! Il y a beaucoup de truites mais il ne sera pas facile de les pêcher ! Nous finirons avec les doigts congeler ! Liloane attrapera la première ! Puis Titouane une toute petite... il ne mangera pas beaucoup à midi ! Kynan s’énerve un peu ! Il a peur de ne pas avoir de truite ! Aurélien lui propose de tester l’autre bassin avec les truites plus grosses. Alors qu’Aurélien lance l’hameçon avec l’appât, et qu’il s’apprête à dire « par contre faut bien tenir ta canne » un poisson attrape l’appât et nous voyons la canne filer !!! Par chance Kynan n’a pas été emporté dans l’eau !! Mais il reste ébahi devant sa canne qui flotte au milieu de l’étang ! Il n’a rien compris à ce qu’il lui est arrivé ! Nous récupérons sa canne avec l’aide d’une épuisette mais le poisson s’échappe ! Et finalement Kynan abandonne et c’est Aurélien qui pêche la truite que Kynan aide à sortir grâce à l’épuisette.



Nous irons ensuite nous réchauffer auprès de la cheminée du petit restaurant rustique. Nous attendrons une vingtaine de minutes que la cuisinière nous prépare les truites servies avec du riz et du moté (le maïs blanc). Nous reprenons ensuite  la route alors qu’un orage éclate ! Je me suis renseigner auprès du patron du restaurant, il nous reste 3km de côte avant d’entamer la descente vers Cuenca !


Et alors que nous montons tranquillement la pluie se transforme en gros flocon, puis arrive de petit grêlon ! Et enfin la route se recouvre d’une couche de neige et devient blanche... nous n’avons jamais rouler sur la neige avec banana et nous ne sommes pas très tranquille ! Nous roulons donc très doucement... mais finalement cet épisode neigeux ne concerne que quelques kilomètres au sommet du PN Cajas à plus de 4000 m d’altitude ! Nous n'aurions jamais imaginé avoir de la neige en Équateur, décidément ce pays ne cesse de nous surprendre !



Nous sommes soulagés de quitter la neige et nous sommes impressionnés pour la similitude entre les montagnes verdoyantes ici et celle de notre région ! D’autant plus que les vaches aussi ressemblent ici à celle de nos fermes du Doubs.


Dès que nous approchons de Cuenca, nous sommes sous le charme de la ville, de son environnement, nichée au creux des montagnes. Il y règne une douce chaleur, 17 degrés en ce début d’après-midi... et nous apprécions cette température, particulièrement après notre nuit glacée...



D’entrée de jeux, entre les bâtiments aux finissions impeccables, les rues propres et la circulation tranquille, nous comprenons pourquoi la ville séduit tant les européens. Nous nous parquons dans un parking signalé sur iOverlander, juste à côté du parque de la madre. Aurélien monte sur le toit de Banana pour refaire les joints du lanterneaux histoires qu'on dorme au sec cette nuit. Puis nous filons directement nous balader en ville !




La ville est connue pour être le principale site d’exportation du panama ! Nous commencerons donc par le musée qui lui est consacré. Le chapeau typiquement sud américain, fait en totora une plante locale qui après avoir été séparée, séchée est lavée est tissée selon un savoir faire unique. Nous découvrirons cet univers fascinant, seul les experts peuvent vraiment faire la différence entre un panama à 31 dollars et le même modèle à 300. La finesse du tissage et l’homogénéité de la décoloration de la paille font notamment partie des critères.



Dans la famille nous ne sommes pas trop chapeau, nous sommes venus ici, je peux vous le dire pour papinou qui porte souvent des chapeaux et nous voulons lui ramener un beau panama. Mais voilà Liloane veut aussi son panama ! Ici les femmes de Cuenca sont connues et reconnues pour leur élégance en portant le fameux couvre-chef. Nous passerons une bonne demi-heure à essayer les différents modèles ! Les chapeaux sont très beaux et très chics ! Et nous nous amusons bien, et comme Liloane tout lui va elle voudrait vraiment en acheté un ! Nous finirons par aller boire un café sur la terrasse du musées qui offert une très belle vue sur la ville ! Nous y resterons un petit moment avant de partir à la visiter de la ville.




Nous découvrons le marché de Noël et craquons pour un bonnet rouge et blanc et un mini sapin ! Puis nous visitons les stands de panama de rue, difficile de savoir où nous trouverons les plus beaux panama. L’architecture de la ville est super sympa et super agréable, nous nous baladons tranquillement dans les ruelles.



Nous rentrerons au van à cause de la pluie qui s’invite en fin de journée et qui s’accompagne d’une petite vague de froid. Nous finirons la journée au chaud dans le van pour une soirée croque monsieur, et filerons rapidement au lit espérant passer cette fois une meilleure nuit.


5/12/2018


Le lendemain, après une bonne heure d'école dans le van, nous laissons les enfants se dépensé au parque de la madre pour leur récréation.


Nous repartons à la découverte de la ville, nous commençons pour la visite des ruines de Todos Santos en plein milieu de la ville qui montrent des restes Incas et pré-Incas, notamment des moulins.


Puis nous nous rendons au musée Pumapungo, nous découvrons d'abord des galeries d’art contemporain suivi d’une exposition des pièces archéologiques retrouvées sur le site même du musée. Nous découvrons que le musée est en effet construit sur un ancien site inca, dont certains vestiges restaurés sont encore visible tout autour. Nous allons les visiter et nous découvrons en contre bas un petit étangs avec d’énormes carpes coyes, nous y descendons et visitons dans le même temps une petite volière avec des oiseaux rencontrés dans la région : de l’aigle majestueux aux perroquets...



Nous filons ensuite en ville pour manger, ils font des promotions de pizza, la tranche et une boisson pour un dollar. Si la pizza n’est pas mauvaise la boisson elle est vraiment dég.... n’est ni fraîche ni bonne... nous finirons nos pizza et filerons acheter une bouteille d’eau bien fraîche !


Nous allons visiter le petit marché aux fleurs de cette ville connue aussi pour avoir les plus belles roses du monde. En cette période de fêtes de fin d’année, les marchands de fleur ont laissé la place à des vendeurs de petit jésus et leur petit berceau en bois. Nous admirons la splendide cathédrale avant d’aller derrière le marché pour déguster la fameuse agua de bitima, fabriquée par les religieuses du couvant, qui aurait la réputation d’éloigné les mauvaise ondes ! Nous essayons par curiosité et si en plus cela peut nous aider un peu ! L’eau ressemble à un jus de betterave dilué, c’est pas fameux et personne ne se bat pour finir le verre !





Nous contournons ensuite la cathédrale pour arriver dans la plus étroite rue de la ville, nommée Santa Anna considérée comme la plus vieille rue de la ville. Nous y découvrons étonnés un bistrot français ! Qui propose des croissants mais qui est fermé le dimanche ! Alors que bon le seul jour où tout le monde rêve d’un croissant c’est bien le dimanche matin !


Nous irons ensuite visiter l’intérieur de l’ancien cloître avec sa splendide cours intérieure mais aussi une magnigique vue sur les dômes de la cathédrale ! Nous flânons ici quelques instants. De petits restaurants et des bars branchés sont installés ici.


Nous allons ensuite sur la place de San Francisco pour y découvrir de petit fabricant de panama. Ils vendent ici à bon prix des panama dont de petits défauts les empêchent d’être vendu à l’exportation. Il faut généralement un bon œil pour voir le ou les défauts. Ils vendent aussi de petit panier de paille fabriqué avec la même feuille et selon le même procédé. Nous profitons de faire le tour de la place quand soudain le vent se lève... emportant avec lui les panamas présentés sur les étales ! Il s’en suit une pluie torrentielle et le froid ! Nous sommes en t-shirt et nous sommes frigorifiés ! Les taxis sont pris d’assaut et nous décidons d’aller nous réfugier dans l’enceinte d'une vieille bâtisse.



De là nous prenons un taxi pour aller voir le deuxième musée consacré au Panama, dans l'enceinte même de l'usine qui les fabrique. Nous arrivons donc en milieu d’après-midi au musée Homero Ortega ! C’est la plus grande fabrique de panama d’Équateur et nous y découvrons la fabrication en direct, nous sommes accueillis sans le savoir par la fille de monsieur Ortega qui a repris avec ses frères et sœurs les reines de l’empire. Nous passerons d’abord deux salles avec des panneaux didactiques retraçant l’histoire de l’entreprise avant de nous retrouver au cœur de la fabrication. Des commandes spéciales aux modèles de série, les employé lèvent les yeux de leur travail minutieux pour nous donner quelques explications ou nous adresser un sourire. De l’atelier de décoloration et coloration, puis au moulage des sombreros et enfin les petites main qui assemblent les éléments de finition. Le traditionnel panama blanc et son bandeau noir c’est transformé en un véritable objet de mode aux couleurs, motifs et ornements variés ! Porter par des célébrités du monde entier, nous découvrons amusé que c'est ici qu'à été fabriqué le célèbre couvre-chef de Heinsenberg de la série culte Breaking Bad.


Nous finissons par la boutique, nous y rencontrons la petite fille de monsieur Ortega, elle parle un peu le français qu’elle a étudié à Nice. Ici les valeurs familiales sont fortes autour d’un même savoir faire. La jeune fille s’occupera de faire essayer à Liloane plusieurs panama jusqu’au panama parfait ! Finalement plus classique que tout ce qu’elle voulait depuis hier mais qui lui va à ravir. Que nous décidons de lui offrir.



Une autre responsable de la boutique me fait essayé des chapeaux splendides mais tellement chic que je ne saurais pas à quel occasion les porter ! Nous n’avons en plus pas vraiment la place dans banana pour un immense chapeau ! Vous noterez que je ne suis pas super à l'aise ni avec ce panama sur la tête ni dans cette atmosphère tellement classe !



Nous finirons la journée par cette visite. Nous rentrons au van en taxi. La pluie a cessé et l’air chaud est revenu. Nous en profitons pour emmener les enfants jouer dans le parc de la madre alors que je profite d’une séance de yoga dans le gazon.


6/12/2018


Au petit matin, les grands et Aurélien, profitent d’aller courir dans le parc qui possède une petite piste d’athlétisme. Puis nous retournons en ville pour récupérer notre linge laisser la veille dans une lavenderia. Nous profitons aussi pour acheter un livre d’école à Liloane en espagnol. La veille nous avons acheté à chaque enfant un livre en espagnol et nous avons été surpris d’entendre Liloane lire avec une jolie fluidité son premier chapitre ! Elle sera bientôt plus espagnole que française ! Avec Kynan ils passent d’ailleurs maintenant beaucoup de temps à jouer en espagnol !


Nous allons ensuite chercher du gaz dans un spot en plein milieu de la ville, cela nous paraît étonnant ! La rue est étroite et nous sommes garés sur une des deux voies. Le gars dit qu’il peut nous remplir les bouteilles mais qu’il lui faut près de 2h! Nous avons déjà bien galère pour venir ici avec la circulation ! Et garé comme nous le sommes ce n’est pas envisageable de rester ici deux heures. En discutant Aurélien découvre que si il faut autant de temps c’est parce qu’il les envoie à l’usine à la sortie de la ville. Usine qui est en fait le deuxième point iOverlander que nous avons pour le gaz. Nous décidons d’y aller directement. Nous n’avons pas le droit d’y rentrer avec les enfants. J’attendrais donc dehors avec eux pendant qu’Aurélien rentre avec banana dans l’usine de gaz.



Il reviendra 40 minutes plus tard. Nous décidons ensuite d’aller visiter le parque amaru, un refuge d’animaux un peu à l’extérieur de la ville. Nous découvrons une route d’accès compliquée et surtout très raide ! Nous commençons par de l’asphalte puis du ripio et les derniers deux cent mètres sont infaisable ! Le garde du parc nous dit qu’il faut essayer ! Mais la dernière chose que nous voulons maintenant c’est nous retrouver dans un fossé ! Nous décidons donc d’être sage et de faire demi-tour.


Puis la journée ayant défilé plus vite que prévu nous décidons d’aller une dernière fois chez ormero hortega, finalement nous avons décidé de nous offrir des panamas ! Nous n'aurons pas vraiment d’autre occasion d’en acheter...



Nous serons accueillis cette fois par Monsieur Ortega lui même ! Nous choisissons un panama, et voilà que les deux garçons veulent aussi le leur ! Nous faisons donc une petite folie, mais on va dire que c’est Noël ! Et nous voilà avec 3 boîtes remplies de panama à caser dans banana ! Mr Ortega est curieux de notre voyage, il nous explique aussi quelques secrets de la marque, comme le fait que les sacs à main qu’il vend ici une centaine de dollars sont revendu avec le sigle hermès plusieurs centaines d’euros en Europe ! C’est fascinant, il est à la fois si distingué et en même temps si sympathique. Il nous raconte et il nous montre même des photos de ses voyages en Europe ! Il finit par nous dire que nous pouvons dormir sur le parking de l’usine. Il nous raccompagne jusqu’au bureau du securitas qu’il avertit ! Ce dernier est tout surpris mais les ordres du patron sont les ordres du patron !


Nous dormirons donc chez Homero Ortega ce soir ! Bon avant de dormir nous passerons deux heures à réorganiser le van pour trouver la place d’y casser trois boîtes de panama ! Monsieur Ortega viendra encore nous saluer avant de rentrer chez lui alors que les enfants nous préparent un apéro dînatoire. Nous sommes très touchés par autant de sympathie ! Et très honorés de pouvoir rester ici.


7/12/2018


Le lendemain nous reprenons la route direction la côte ! J’ai repéré un spot juste avant la frontière et oui nous allons quitter l’équateur, oui sans être allé en Colombie, ni même jusqu’à Quito. Nous sommes un peu fatigué par la route, les kilomètres... et surtout nous avons un projet en tête et il se trouve plus au sud ! Nous n’avons donc pas envie de monter plus haut en sachant que nous allons redescendre ensuite ! Nous prendrons donc la route de petit matin, à 8h nous quittons l’entreprise Ortega, nous quittons Cuenca que nous avons adoré...

Nous devons retraverser la cordillère et nous espérons ne pas devoir remonter en altitude. Par chance la route qui rejoint la panamaricana sur avant la cité de loja passe entre les montagnes. Nous n’aurons pas de col à 4000 mètres à passer.


Nous passerons d’abord une zone de végétation avant d’arriver dans des montagnes désertiques...



Puis nous finirons la route qui nous mène à la côte entre les plantations de banane ! Et alors que fatigué nous nous réjouissons d’arriver, il nous reste tout juste 20km,  Aurélien, qui suit de trop près un toyota hilux, ne voit pas un trou ! Enfin un cratère sur le route...


Les warning s’allument et le moteur se coupe tout seul ! Nous ne comprenons pas trop ce qui se passe ! Un message s’allume sur le tableau de bord : bloc carburant activé - voir manuel !!! Par chance la route s’élargit et nous voilà arrêté juste devant une maison...


Nous sortons le manuel mais dans le stress nous ne trouvons rien... Aurélien sort pour comprendre ce qu’il se passe il ouvre le capot et le voisin arrive ! Il dit à Aurélien que nous avons de la chance généralement les gens qui s’arrêtent ici ils ont le pneu et la jante cassée ! Nous ne pouvons plus démarrer ! J'essaie d'appeler tonton mécano à la rescousse mais il ne répond pas, il doit être entrain de bosser. Je reprend calmement le guide et je finis par trouver ! Notre bon moteur bien moderne est doté d’un système de coupage de l’arrivée de carburant en cas de choc violent. Nous devons, seulement, appuyer sur un bouton pour arrêter le système ! Il nous faudra démonter une petite plaque sous la boîte à gants pour le découvrir !


A peine le bouton activé les warnings s’éteignent et banana démarre ! Nous pouvons repartir, plus de stress qu’autre chose finalement ! Tonton nous rappelle, il connaît bien ce système, il nous dit qu'on peut rouler tranquille, mais bon en évitant les cratères ! Nous serons content d’arriver au centre récréatif à l'entrée de Puerto Pitahaya, le petit papy qui gère l’espace vient nous voir, il nous explique l’espace, il nous dit pouvons manger les prunes des arbres, visiter les autruches, tortues et poules. Une cuisine et deux petites piscine sont à disposition ! Il fait 31 degrés et les enfants sont impatients de plonger ! Ils passeront la journée dans l’eau et nous aussi !



Nous passerons aussi une bonne partie de l’après-midi sur les plans de nos futurs projets ! Et en fin de journée nous serons rejoins par Olivier français, et Joséphine argentine, un couple charmant qui voyage en combi vw. Nous passerons la soirée à discuter ! Ils voyagent depuis 4 ans et nous profiterons de conversations passionnantes ! Ils nous donnerons également de précieux conseils pour notre projet ! Et nous sommes heureux de les avoir croisés !



8/12/2018

Le papy aimerait que nous restions là plusieurs jours, mais nous avons décidé de ne pas nous attarder à cause du week-end qui arrive. Le site est réputé pour être complet en fin de semaine et nous avons besoin de calme. Nous quittons donc nos nouveaux amis, et le centre en début de matinée direction la douane à une cinquantaine de kilomètres d’ici ! Nous y arriverons donc très rapidement !



Mais vous retrouverez le récit de notre plus long passage de douanes au prochain épisodes !

19 vues

© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip