• family B

Huacachina, dunes de sables et mésaventures !



26/12 départ direction Ica !


Nous quittons notre spot en bord de mer dans la matinée direction Ica, et plus précisément Huacachina, oasis au milieu des dunes de sables, que nous connaissons pour y être déjà passé à l'aller. Nous avons que 171 km d'autoroute pour y arrivé et nous nous arrêtons en route pour s'occuper de la logistique vanlife : vidanger les toilettes, remplir la réserve d'eau, faire des courses et remplir notre bouteille de gaz vide. Mine de rien tout cela prend du temps, nous passons par Pisco où nous avons trouvé une usine de gaz qui pourrait peut-être remplir notre bouteille, mais l'employer à l’accueil refuse il nous explique que les bouteilles du Pérou ne sont pas les même qu'en Argentine. Aurélien insiste pour qu'il regarde parce que nous avons un kit d'adaptateur. Nous croisons les doigts, mais après une demi-heure Aurélien revient sans gaz. Nous voyageons avec deux bouteilles de gaz de 20 kg, nous avons donc un peu de réserve si l'une d'elle est vide, mais quand même nous essayons de toujours remplir la deuxième bouteille le plus rapidement possible. Avec une bouteille nous avons habituellement 2 semaines d'autonomie (le frigo consommant énormément de gaz, notamment avec la chaleur en ce moment), et la dernière fois que nous avons remplis le gaz, c'était à Cuenca en Équateur, le 6 décembre. Nous avons quand même le petit stress de nous retrouver du jour au lendemain sans gaz d'ici quelques jours.

Nous arrivons en milieu d'après-midi au camping, et nous sommes soulagés de constater qu'il y a de la place ! Nous pouvons nous installer sur le parking, et nous ne nous faisons pas prier. Nous enfilons directement les maillots de bain, et nous filons à la piscine ! Nous commandons deux mojitos pour les siroter au bar pendant que les enfants profitent de la piscine. Nous adorons cet endroit, sa tranquillité et son ambiance à la fois branché et familiale ! Et puis on est fan du bar dans la piscine, nous pouvons déconnecter et profité un peu. Et je dois dire que je suis particulièrement détendue, le véhicule garé en sécurité, la piscine pour les enfants, un décor canon au milieu des dunes et pas de logistique a gérer jusqu'à l'année prochaine ! Il nous en fallait pas plus !


Les enfants rêvent aussi de remonter sur les planches de sandboard ! La dernière fois nous n'avions pas vraiment eu le temps, et depuis ils ont fait du surf, nous nous demandons donc s’ils seront plus à l'aise que la première fois. Mais la chaleur est écrasante et le soleil plombant. Nous leur proposons de profiter de la piscine tranquillement et nous finirons la fin de la journée dans les dunes. Et malgré une après-midi dans l'eau les enfants nous étonneront par leur énergie à 19h ! Ils sont nettement plus à l'aise sur les planches ! Et ils n'ont pas peur du tout ! Ils s'élancent, tombent, se relèvent, remontent ! Même kynan est à fond !

Nous les regardons s'amuser tranquillement assis dans le sable, nous espérons seulement qu'aucun d'eux ne finisse par se casser un bras ! Surtout qu'ils commencent à prendre de la vitesse ! Liloane finira la tête la première dans le sable, après un moment de stupeurs de notre part, nous constatons qu'elle se relève la tête pleine de sable mais elle est morte de rire ! Bref vous l'aurez compris, ils s'éclatent et nous sommes heureux !

En début de soirée nous sommes rejoint dans banana par Franc et Laura, un jeune couple en lune de miel ! Ils ont rencontré Aurélien à la piscine dans l'après-midi et il les a invités à venir boire l'apéro ! Nous passerons une excellente soirée en leur compagnie ! Nous parlerons jusqu'à plus d'heure ! C'est une des rencontres qu'on n’oubliera jamais, parce que nous avons parlé de tout et n'importe quoi comme si nous nous connaissions depuis des années ! Nous avons tellement rigolé ! Et on est triste d’apprendre qu'ils prennent un bus le lendemain direction le lac Titicaca ! Mais nous savons déjà que nous resterons en contact et que peut-être un jour nos chemins se recroiserons ! Il y a des amitiés qui naissent en une fraction de seconde ! Bon par contre je ne peux pas vous les présenter ! Pour une raison que j'ignore, je n'ai pas pris de photos de cette soirée !


27/12

Je vous avoue qu'on ne se souvient plus de l'heure à laquelle nous nous sommes couchés et nous nous réveillons avec la tête légèrement fatiguée ! Après l'école, on file directement à la piscine, Nous y retrouvons Franc et Laura, qui prennent leur bus en fin de journée ! Nous profiterons du bar et de sa petite restauration rapide, pour une journée farniente ! Nos nouveaux amis nous ont parlé des excursions en buggy, et surtout ils nous ont montrés des vidéos de dingue ! Et du coup nous décidons de réserver un tour de buggy pour le soir même !

Nous voilà donc harnacher dans les buggy, on se demande si les ceintures au niveau des épaules sont vraiment utiles ! Nous aurons très vite notre réponse ! Autant dire qu'il faut avoir le cœur bien accroché ! Cette petite balade s'apparente plus à une manège à sensation forte ! Et Les jeunes derrières s'en donne à cœur joie ! Ils hurlent à chaque descente ! Kynan est terrorisé, j'essaie de le rassuré de dire qu'ils crient pour rigoler ! J'essaie de le faire rire ! Mais il est crispé ! Et en même temps j'en mène pas large ! Je me tiens d'un côté, je tiens Kynan de l'autre, parce que les ceintures sont quand même pas vraiment adaptées aux enfants ! Par chance nous alternons descente à sensation et moment plus tranquille. Nous faisons quelques pauses aussi, histoire de souffler et d'admirer le paysage ! Et pour nous qui n'avons jamais visité de déserts nous sommes ébahis ! L'immensité des dunes de sables restera un des plus beaux paysages que nous avons vus ici au Pérou !

Le guide nous emmène ensuite devant une descente de folie ! Ici hors de question de se mettre debout sur les planches de sandboard ! Les règles de sécurité sont strictes et le guide vérifient la position de chacun avant le départ ! Une seule consigne freiner avec les pieds ! Bon j'avoue que je pense déjà au moment où il va falloir remonter avec les trois enfants et 5 planches de sandboard ! Par chance le soleil est déjà derrière les dunes et il fait légèrement moins chaud ! Mais clairement ce soir, c'est sensation forte et sport ! Et si nous avons imaginé que les petits auraient une petite appréhension, les deux grands sont volontaires pour descendre en premier ! Je suis pour pouvoir réceptionner Kynan en bas ! Et finalement, tout se passe bien et on s'éclate !

Et franchement cette soirée restera un super moment ! On a adoré courir dans le sable, descendre en sand board.


Après plusieurs descentes de sand board, les enfants sont fatigués et nous attendons le reste du groupe au buggy ! Ils se sont éclatés ! Nous avons choisi de faire cette excursion le soir pour moi souffrir de la chaleur mais aussi pour pouvoir profiter du coucher de soleil.

Notre guide nous conduira vers un joli point de vue pour apprécier le coucher du soleil. Nous en profiterons avant que le guident nous rappelle.



28/12 Après le petit-déjeuné, nous commençons l'école, mais au bout d'une heure on voit que Titouane ne veut pas travailler, on pense qu'il est reparti dans un mauvais jour et nous sommes un peu exaspérés ! Le deal c'était une heure d'école à fond et après on profite de la piscine toute la journée ! C'est quand même pas la mer à boire ! Mais alors qu'on ne veut pas s'énerver Titouane nous dit qu'il ne se sent pas bien et qu'il veut rester au van. Je me demande d'abord s’il trouve cette excuse pour ne pas finir ses devoirs mais finalement je trouve qu'il a les yeux un peu brillant. Je contrôle sa température et je constate qu'il a déjà 38.5 de températures.... Je n'aime pas ça du tout ! Il n'a mal nulle par je décide de lui donner du doliprane et nous lui proposons de rester au frais dans banana et de dormir un peu pendant que nous allons à la piscine avec les deux petits. Nous nous relayions régulièrement pour aller voit Titouane, vers midi alors que nous lui proposons de manger un peu, il nous explique qu'il vient d'avoir la diarrhée. J'aime encore moins ça... Diarrhée + fièvre dans un pays tropical ce n'est jamais bon, de plus il se plaint d'une douleur au bas du ventre. Je commence à réfléchir et j'hésite à l'emmener à l'hôpital directement. Dans mes diagnostics différentiels j'ai d'un côté l'infection intestinale et de l'autre l'appendicite. J'ausculte son ventre pas de douleur significative, je penche donc plus pour une infection intestinale. En qualité d'infirmière retraitée, je suis partie avec un petit hôpital ! Kit de perfusion, antibiotique de tout type, et notamment un antibiotique spécifique pour les infections bactériennes intestinales caractérisées par la fièvre et une diarrhée. Seul bémol, il faut d'abord que je m'assure que dans sa diarrhée il n'y a ni sang ni glaires et en plus il ne faut pas que je me trompe de diagnostic parce que le traitement antibiotique pourrait masquer une appendicite. Et vu qu'il se plaint de douleur au ventre... j'ai vraiment un doute. Je demande à Titouane de m’appeler la prochaine fois qu'il va aux toilettes afin de m'assurer que sa diarrhée soit normale. Vers 16 h, il retourne aux toilette et je constate soulagée que même si sa diarrhée est très liquide il n'y a aucun signe d'aggravation. Il se sent d'ailleurs beaucoup mieux et il est même d'accord d'essayer d'avaler l'antibiotique.


Nous sommes alors dans banana, la porte latérale ouverte, nos nouveaux voisins viennent d'arriver avec un 4x4 aménagé rutilant, ils ont sortis le petit escalier en inox, leur petit tapis et leurs chaussures sont bien alignées... de banana nous distinguons même une cave à vin dans le véhicule ! Rien que ça ! Et alors que Titouane essaye d'avaler le minuscule comprimé, nous insistons aller Titouane avale, et voilà qu'il se met à vomir en jet ! Il y en a partout ! Une quantité effroyable, Aurélien prend Titouane par les bras pour le sortir de banana qui en l'espace de quelques second c'est transformé en une piscine de vomi ! Si je n'exagère pas ! Titouane vomira au pied de banana, puis jusqu'aux toilettes... Je revois encore le visage du propriétaire du 4x4, interloqué, regardant le vomi s'écouler de banana, et la flaque s'étendre par chance pas jusqu’à leur petit tapis ! Il est en train de mettre des boutonnières à sa belle chemise belle, et je ne pourrais pas m’empêcher de lui lancer en espagnol "heureusement que vous, vous ne voyager pas avec des enfants !" mais il ne relèvera pas, se contentant d'enlever son tapis et ses chaussures. Alors que le staff du camping arrive déjà pour tout nettoyer, nous rassurant, ils vont s'occuper de tout, il faut que nous on s'occupe de note fils.


Aurélien et Titouane reviennent quelques minutes plus tard, alors que j'éponge le vomi dans banana, au niveau du sol il y a des trappes de rangements et nous sommes bon pour tout vider, tout nettoyer parce que tout c'est infiltré partout. Titouane dit que ça va mieux, Aurélien pense que maintenant que ce qui devait sortir et sortit ça ira mieux ! Je reste un peu préoccupée, est-ce que nous devrions quand même pas l'emmener à l'hôpital maintenant ? Titouane n'a plus de fièvre, Aurélien propose qu'on l'emmène le lendemain matin s’il a toujours de la diarrhée.


Après un gros nettoyage, nous partons tous à la piscine, même Titouane qui a retrouvé un peu d'énergie, nous pensons que l'eau fraîche lui fera du bien. Nous aurons le droit à un coucher de soleil juste incroyable ! Le ciel est d'une couleur extraordinaire, nous regrettons de ne pas avoir eu le même ciel la veille ! Mais nous profitons du spectacle.



Nous mangerons au bord de la piscine avant de rejoindre banana, Titouane a de nouveau de la fièvre, il avale le comprimé d'antibiotique sans rechigner (j'ai menacé de l'envoyer à l'hôpital s’il ne l'avalait pas) et il semble que ça passe, pas de nausées, pas de vomissement. J'espère qu'avec l'antibiotique la fièvre redescendra un peu, le prochain doliprane étant programmé pour 22h.


Les petits sont ko et ils s'endorment dans le lit de Liloane, Aurélien se couche, tandis que je décide de rester vers Titouane qui dort à la place de Kynan, il fait toujours très chaud dehors plus de 35 degrés et je vois bien qu'avec la fièvre en plus il n'est pas bien du tout. Je décide de rester éveillée jusqu'à 22h, histoire d'attendre le prochain doliprane et de surveiller son état. J'avoue que je ne suis pas du tout tranquille, il a beaucoup vomi, il a eu de la diarrhée toute la journée et cette fièvre qui ne passe pas. J'ai peur de mettre trompée de diagnostic, et s’il me faisait une péritonite sur une appendicite, j'ai peur de masquer la situation avec les anti-biotiques. Et plus j'y pense et plus je me dis qu'il faudra aller à l'hôpital le lendemain.


Titouane a un sommeil calme, et j'en profite pour trier les dernières photos, écrire pour le blog, à 21hTitouane se dresse dans le lit, il a les yeux vitreux, et quand je prends sa température il a 39,5 je n'aime pas ça du tout, l'antibiotique ne l'a pas aidé et je n'ai pas envie d'attendre 22h pour lui donner le doliprane, il me dit qu'il pourrait l'avaler, je lui prépare donc dans un verre qu'il boit sans soucis. Je lui demande si ça va et il me dit que oui. Je lui dis qu'il faut qu'il boive un peu d'eau, que je vais lui préparer un verre. Il se rallonge et je lui prépare un verre, quand je me retourne à nouveau je vois Titouane allonger en chien de fusil, les yeux ouvert mais le regard vers le bas. Je lui demande si ça va mais il ne me répond pas, je m'approche de lui et je constate que ses yeux sont fixe déviés sur la gauche, ses mains sont retournées, les doigts crispés et sa nuque est toute raide ! Et là je me mets à la secouer, et à crier pour qu'il me réponde, Aurélien se réveille et je lui dis d'appeler une ambulance !


J'essaye de comprendre, comment mon fils peut avoir des troubles neurologiques et la première chose qui me vient à l'esprit c'est la méningite et j'ai envie de hurler, en me disant mais putain de merde ! On aurait dû l'emmener à hôpital !


Aurélien est descendu, il essaye d’asseoir Titouane, pendant que je cogite et que j'essaie de ne pas paniquer, je réfléchis, et je me dis déshydratation, hypoglycémie... J'attrape une cuillère le pot de sucre et je lui enfonce cette cuillère dans a bouche ! Aurélien dit mais il va étouffer ! Mais clairement j'ai rien d'autre à proposer et face à l'urgence c'est mal seule idée. Alors qu’Aurélien sort pour demander de l'aider au personnel du camping, Titouane revient à lui, je lui dis de laisser le sucre fondre dans sa bouche et de l'avaler. Aurélien revient, impossible d'avoir une ambulance ici, ils ont appelé un taxi. Titouane arrive à tenir assis et Aurélien lui demande si ça va, aucune réponse, s’il sait qui il est ? Il nous répond Kynan. Aurélien voit bien qu'il y a quelques choses qui ne va pas. Je lui prépare une liste avec les faits de la journée, les heures de prises des médicaments, ses papiers et toutes les soles (monnaies péruvienne que nous avons) et il part avec Titouane dans les bras, et ils s'engouffrent dans le taxi direction Ica.


Je rallume mon téléphone et j'appelle directement notre assistance médicale (Contrat avec AVI- assistance médicale fournie par Europe assistance), si ici il est tout juste 22h, il est 4h du matin en Europe et je l'entends au son de la voix de l'opératrice. Après les renseignements d'usage, elle me demande de lui expliquer les faits. Elle me rassure, nous avons bien fait de l'emmener directement aux urgences. Elle ne trouve pas Huacachina sur sa carte, ni même Ica, mais m'avertit déjà que s'il faut transférer le petit ce sera sur Lima. Puis elle me passe un médecin. Celle-ci ne sera pas tendre avec moi, une des complications de l'antibiotique que j'ai donné à Titouane c'est justement des troubles neurologiques sévères ! Et pour elle, même si je suis infirmière, je n'aurais jamais dû lui donner cet antibiotique, j'aurais dû emmener mon fils aux urgences.


Elle va prendre contact avec Aurélien qui est sur place, et voir avec le médecin les investigations et de mon côté il faut que je lui envoie au plus vite un mail avec les papiers d'identité de Titouane, son billet d'avion avec la date d'arrivée en Amérique du Sud pour l'ouverture du dossier et s'assurer de la prise en charge financière du cas.


29/12 Il est minuit, je me suis occupée de la paperasse, Aurélien m'a envoyé un message pour m'avertir qu'il est à la clinique, que le médecin à vu Titouane et que Titouane a retrouvé ses esprits.


J'attends des nouvelles des premiers examens, on doit envoyer une copie par mail à Europe assistance le plus vite possible pour qu'ils organisent soit une prise en charge sur place, soit un transfert sur Lima soit un rapatriement en France. On espère qu'on n’en arrivera pas là.


À 1h du matin Aurélien m'avertit que Titouane a de nouveau de la diarrhée, ses selles partent à l'analyse. Ils attendent les résultats de cette analyse pour le traitement. La doctoresse de la clinique pense que je ne me suis pas trompée sur le diagnostic, mais que l'antibiotique que j'ai donné agira trop lentement, elle nous avertit qu'elle prescrirait un autre antibiotique avec action plus rapide.


À 1h22 Liloane et Kynan ont fini par se réveiller, par les bruits et la lumière... on est envahi par les moustique et je décide de mettre de la bombe et de faire sortir les enfants. Nous restons dehors au "frais" et Kynan me dit "Encore une sacrée aventure cette nuit !" cette nuit sera la plus longue de ma vie je le sais déjà...



La clinique ne travaille pas avec notre assurance, Aurélien doit avancer tout les frais. Et quand je dis dois avancer tout les frais c'est avant chaque petits soins : il a payé à son arrivée pour que le médecin voit Titouane, puis on l'a envoyé acheter les seringues, la poches de perfusions, mais aussi les analyses. Heureusement qu'il est parti avec des sous, parce qu’ici tant que vous n'avez pas payé on ne vous prend pas en charge. C'est une réalité qui est drôlement brutale quand on y repense. On a de la chance d'avoir les moyens, mais on se rend aussi compte que c'est un système qui fait perdre de précieuse seconde dans les situations d'urgences.


À 1h30 du matin Aurélien me dit que la doctoresse veut mettre un anti nauséeux et un médicament pour les douleurs en iv. Je lui demande de me dire les noms des molécules et il se trouve que l'anti douleur et contre indiqué en France pour les enfants. Je n'aime pas ça, je ne sais pas où ils sont exactement mais je sais surtout qu'on n’utilise pas les mêmes doses ou les mêmes médicaments pour traiter les enfants et les adultes. Et je ne sais pas comment ils fonctionnent ici, mais je ne veux prendre aucun risque pour mon fils. J'envoie donc un mail à Europe assistance pour avoir leur avis, avec la liste des médicaments prescrit en sachant que nous n'avons toujours pas les résultats sanguins ou de selles. Entre temps Aurélien refuse les médicaments et demande d'attendre la réponse de l'assistance.


À 2h du matin les petits se sont rendormis, je ne dors toujours pas et j'attends des nouvelles, Aurélien me dit que Titouane a de nouveau eu de la diarrhée et que la fièvre est en train de remonter. Ils devraient avoir les résultats d'analyse avant 3h. Les minutes sont interminables....


Finalement à 2h30 les premiers résultats arrivent il a bien une infection bactérienne au niveau des intestins, Aurélien me demande ce qu'ils font pour les médicaments. Je rappelle Europe assistance, l'opérateur me répondra gentiment que généralement ils ne remettent pas en cause les traitements prescrit par leurs confrères à l'étranger mais qu'un médecin va me rappeler. Le médecin me rappellera pour me dire que ce médicament n'est pas recommandé en France pour les enfants mais qu'il est utilisé dans bien d'autres pays chez les enfants ; Il veut discuter avec Aurélien et le médecin je lui donne donc le numéro d'Aurélien et du médecin qui prend en charge Titouane à la clinique.


2h 45 la perfusion est posée, Titouane a été courageux et il n'a rien dit. Et il a 37.4 de température, Aurélien me propose de dormir un peu et il me redit quand il a plus de news.


3H17 La doctoresse propose qu'on mette Titouane sous antibothérapie IV de trimetropinsulpametoxazol mais vu qu'il est allergique à la co-amoxxiciline et qu'il a probablement mal réagit à l'azithromycine ce soir elle préfère en discuter avec le médecin de notre assistance. Elle souhaite également garder Titouane jusqu'à demain et prescrire une échographie pour écarter une appendicite. Phrase qui viendra m'apaiser en cette nuit bien compliquée, je ne suis pas complètement à la rue, et mes diagnostics différentiels ne sont pas si mauvais. J'ai quand même toujours un doute sur la méningite, et vérifie avec Aurélien qui me rassure, il bouge la tête dans tout les sens, il n'est pas sensible à la lumière, elle la doctoresse ne semble pas plus inquiète par rapport au malaise et aux troubles neurologiques que Titouane a présenté.


Et vu que je n'arriverais de toute façon pas à dormir me voilà à potasser sur les différentes méningites et notamment la méningite à listeria... Prenant gentiment conscience que je ne suis pas formées à la médecine tropicale, et que ce qui n'existe pas ou rarement en France et beaucoup plus commun dans des pays en voie de développement comme ici en Amérique du Sud.


4h00 Aurélien m'avertit qu'il a eu le médecin qui a confirmé l'antibiotique, et il propose de mettre du spasfon ou lieu du traitement qui n'est pas recommandé en France chez les enfants. Je dormirais jusqu'à 6h, pour demander à Aurélien mais comment il aurait chopé cette infection ? La nourriture ? Mais on devrait tous être malade aussi ?


7h30 Aurélien m’a envoyé un message que je ne verrai qu'à 9h30, j'ai finis par sombrer d'épuisement... je me réveille comme un lendemain de cuite, les idées pas très claires. Liloane s'est réveillée aussi et Kynan dort encore...


Aurélien me dit que Titouane a dormi sur la fin de nuit, il s'est réveillé plusieurs fois pour faire pipi et une fois la diarrhée à 7h30, il n'a plus de fièvre et ils attendent l'échographie. Il nous envoie des photos de Titouane pour nous rassurer. On espère qu'il n'y aura pas de mauvaise surprise à l’échographie, le médecin de l’assistance a prévenu Aurélien qu'il pourrait être transféré à Lima pour une opération de l'appendicite et ils ont déjà regardé sur notre route, le prochain hôpital digne de ce nom se trouve au nord du Chili à plus de 2000 kilomètres. Il nous recommande donc de rester tranquille plusieurs jours et de ne rien prévoir. Et je ne vous l'ai pas dit plus haut, mais il y a deux jours Aurélien a hésité à ce qu'on reprenne la route hier matin, il n'était pas sûr qu'on soit bien à Huacachina pour faire le nouvel an. Faut dire que pour le coup nous avons eu une bonne étoile, Aurélien parle d'intuition masculine mais franchement j'aurais tout entendu ;-)


À 10h Aurélien m'avertit que la doctoresse aimerait quand même avoir l'avis d'un pédiatre. À 11h30 ils sortent de l'échographie, tout va bien, appendice normal, l'échographe dit à Aurélien que pour lui ça vient de la pannetone mangé avec les doigts ! Et c'est pour ça que Titouane est le seul malade... Y en a un qui va réapprendre à se laver les mains !!!!


À 11h35Titouane a faim ! C'est bon signe ! Ils attendent les papiers de sorties. Tous les résultats d'analyse et les comptes rendus, ainsi que les factures pour qu'on puisse se faire rembourser par l'assurance.


À 12h16 Titouane et Aurélien sont dans un touk touk, la musique à fond, pour revenir au camping... Le médecin de l'assurance l'appellera à ce moment mais impossible d'entendre ce qu'il dit.


Après une très longue nuit, nos hommes sont de retour à banana, nos voisins ont fuis la zone infestée ! Nous sommes tout seul dans le camping !


Le médecin conseil d'Europe assistance nous rappelle, ordre de rester au moins 3 jours ici tranquillement avec repos ++++ et hydratation en plus du traitement antibiotique, et après il nous conseille de ne pas traîner sur le sud du Pérou et de regagner le nord du Chili assez vite pour être proche d'un hôpital à la fin du traitement antibiotique. Et de consulter à la moindre fièvre ou à la moindre douleur abdominale. Voilà, après cette longue nuit, et des images qui resteront gravée dans mon esprit très longtemps, j'avoue que Titouane n'est jamais malade depuis qu'il est petit et qu'il ne nous avait jamais fait une telle frayeur contrairement à miss Liloane qu'on surnomme mademoiselle catastrophe. Mais comme toute mauvaise expérience dans la vie, il faut en tirer des leçons, et promis à la prochaine diarrhée avec fièvre nous filerons chez le médecin.


En attendant nous n'allons pas nous faire prier pour le repos forcé, au programme farniente et cocktail au bar de la piscine, en plus ici c'est happy hours toute la journée ! On va donc noyer nos souvenirs dans les mojitos et le pisco sur !


30/12


Aujourd'hui, Titouane va déjà beaucoup mieux, plus de fièvre, et seulement quelques diarrhées. Il prend ses antibiotiques sans rechigner ainsi que sa boisson de réhydratation, il reste au frais dans banana, et il est dispensé d'école ! Contrairement aux deux petits qui travaillent assidûment avec Aurélien.


Dans l'après-midi, Titouane qui se sent bien aura même le droit à une petite baignade, on passera la fin de la journée au bord de la piscine.


Aujourd'hui, le camping se rempli à nouveau ! Des voyageurs de tous les horizons et surtout camion australien qui est sur les routes depuis de nombreuses années et dont le parcours nous rend quand même admiratifs ! Dans quelques jours il y aura dans la région le Dakar, et ils ont un numéro sur le côté, on vient à se demander s’ils ne vont pas y participer ? En attendant on ne regrette pas d'être arrivé tôt ici pour passer nouvel an, parce qu’en début de journée le camping est remplis et le propriétaire est obligé de refusé l'accès à un camping-car.



31/12 Aujourd'hui nous faisons la rencontre des voyageurs arrivés la veille, un jeune couple d'Allemand voyageant en wv california, un deuxième couple allemand voyageant à moto - Et les propriétaires du fameux camion, un couple d'Australien ! Nous passerons une bonne partie de la fin de matinée à siroter des cocktails dans la piscine !


En fin de journée, les enfants nous supplient d'aller faire du sand bord, et vu que Titouane a l'air en pleine forme, nous acceptons de les y conduire en fin de journée. Ils passeront deux heures à monter et descendre dans le sable.

Nous finirons la fin de la journée par une ballade dans le village.



Puis nous nous retrouvons avec les autres overlanders, pour une soirée de partage, chacun a amené sa table, ses chaises, de la nourriture, et nous partageons un grand moment. En anglais, parce que nous sommes finalement les seuls à parler espagnol, ce qui n'est pas tout à fait facile pour nous puisque les mots viennent maintenant beaucoup plus facilement en espagnol. On parle présent et futur, anecdote de vie et rêves, les Australiens nous avouent qu'ils ne vont pas faire le Dakar mais qu'ils savent où vont passer les concurrents d'ici une semaine, ils nous proposent de rester pour assister au passage de la caravane dans les dunes à quelques kilomètres d'ici. Puis à minuit, nous avons le droit à un feu d'artifice. Les enfants ont eu de la peine à tenir jusque-là et je les couche dans banana dès la fin du feu. Aurélien décide d'aller faire la fête avec les jeunes allemands dans le village, alors que moi je préfère reste vers les enfants.

Le camping dans lequel nous sommes est très branché, assez jeune et contrairement à ce que nous aurions pensé, ils n'ont pas organisé de fiesta au bord de la piscine et il n'y a même pas de musique ! Du coup Aurélien et les Allemands sont partis chercher de l'ambiance dehors mais ils reviendront moins d'une heure plus tard. Et même si les voisins ont mis la musique à fond, il n'y a personne ni dans les bars et les salles, et après avoir bu une bière et fait le tour du village à la recherche d'un endroit pour danser, ils sont revenus au camping un peu déçu !


Et moi à 5 h du matin je ne comprends pas pourquoi le voisin tient à laisser sa sono et les décibels à fond alors qu'il n'y a personnes dans le village ! J'ai presque envie d'aller lui la débrancher sa sono pour qu'il nous laisse enfin dormir ! D'ailleurs Kynan se réveille à 5h du matin pour nous dire "j’ai une dent qui bouge !" depuis le temps qu'il attend de perdre sa première dent ! Il est trop content !


1/12


Nous serons réveillé par l'appel de papy ! À 7h du matin qui veut nous souhaiter la bonne année ! Et j'aime tellement quand il ne calcule pas le décalage horaire et qu'il me dit : "à parce que vous dormiez encore !" Oui généralement après un réveillon on aime faire une grasse matinée ;-)


Mais bon du coup Aurélien propose qu'on reprenne la route aujourd'hui et qu'on roule, histoire de profiter qu'il n'y ait personne sur la route en ce 1er de l'an 2019 ! Et grâce au réveil matinal (merci papy) nous sommes prêt à décoller à 9h, mais finalement après quelques discussions avec nos amis voyageurs, nous ne prenons la route qu'à 11h !


Vous trouverez la suite et la fin de nos aventures au Pérou dans le prochain article!

87 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip