• Yvette

Volontariat en Famille- Rescate Los Monos

Mis à jour : juil. 7

2/11/2018


Ce matin nous avons prévus de nous rendre au paseo de los monos, situé à la sortie de la ville, ce refuge pour animaux nous a été conseillé par Nadine, une voyageuse rencontrée chez les tranquillou au Paraguay ! Les enfants sont hypers impatients d'y être , de pouvoir collaborer dans un refuge et de prendre soins des animaux. Et si le refuge a été créé en 2007, Lucho n'en a jamais entendu parlé. Il préfère donc que nous commencions d'abord par aller le visiter ce matin avec lui avant de partir là-bas avec Banana. Lucho et Anita, en quelques jours, sont devenus comme les grand-parents des enfants aux petits soins et protecteurs.


Alors que je me prépare dans la chambre, je m'assois sur le lit et là je ressens une violente douleur dans la fesse ! je me lève pour constater que je viens de me faire piquer au travers de mon pantalon par une énorme guêpe de 3 cm ! La douleur est atroce, et très vite ma fesse commence à gonfler. Je décide de prendre un anti-histaminique, en espérant que ça arrête d'enfler. Décidément j'ai vraiment la poisse. Après le moustique dans l'oreille et maintenant ça, l’Amazonie à vraiment décidé de tester ma capacité de résistance !


Malgré cette petite mésaventure, nous embarquons dans le pick-up de Lucho qui nous conduit au paseo, nous y arrivons rapidement. Sur le parking en face du refuge, nous découvrons un camping car français, celui de la famille Pradère. Ils sont là depuis plusieurs semaines, ils ont eu un véritable coup de cœur pour la région, Sarah la maman a eu une réelle révélation en soignant les bébés singes du refuge et ils ont pris la décision de rester vivre ici. Aujourd'hui ils doivent donc partir sur Quito pour faire leur papier et notamment prolonger leur visa. Nous n'aurons donc pas beaucoup de temps pour faire leur connaissance, mais Sarah est contente de savoir que je vais pouvoir prendre la relève pour prendre soin des bébés, elle m’accompagne donc dans le refuge pour me présenter aux responsables . Nous faisons la connaissance de Yvan, créateur du refuge et personnage atypique qui malgré 11 années ici a gardé son accent suisse prononcé.



Nous sommes super bien accueillis et ils nous proposent déjà de nourrir Will, un petit tamarin qui doit manger toutes les 2 heures comme un nouveau-né. Plusieurs jeunes bénévoles travaillent dans le refuge mais ils nous laissent bien volontiers la charge des bébés. Ils nous disent que c'est épuisant, en tant que maman, je me dis que j'aurais probablement plus de patience qu'eux. Alors que je reste avec Will et les deux petits, Aurélien et Titouane font le tour du refuge avec Lucho. Ils apprennent qu'en plus des singes, il y a aussi des tortues, des perroquets, des coatis ainsi que des serpents ! Pour le plus grand bonheur de Kynan, Yvan nous dit qu'ils seront nourris ce soir.


Nous leur demandons donc si nous pouvons rester quelques jours pour les aider, Yvan nous explique que nous pouvons dormir dans notre van sur le parking, que nous pouvons ensuite venir travailler la journée et partager les repas avec les bénévoles. C'est un des seuls refuges pour animaux qui accepte les enfants et nous sommes vraiment heureux de pouvoir vivre cette expérience. Yvan nous rappelle toutefois que nous devrons faire attention avec les enfants, qu'ils ne doivent pas faire certaines activités comme la préparation des bananes dans l'atelier (En raison des araignées de bananier dont la piqûre peut être mortelle pour les enfants) . Lucho propose que nous rentrions chez lui aujourd'hui, que nous revenions le soir pour nourrir les serpents et le lendemain pour commencer cette expérience.


Nous resterons encore un peu sur le parking à discuter avec Sarah et son mari, ils ne savent pas quand ils seront de retour de Quito et nous de notre côté nous ne savons pas exactement combien de temps nous allons rester au refuge.


Après avoir retrouvé Anita pour manger, Lucho nous emmène, avec sa fille, visiter l'acuario de Puyo pour y découvrir des poissons de rio, enfin poissons ou plutôt monstres de rio !


Attention après avoir vu ces photos vous n'aurez plus jamais envie de vous baigner dans les eaux marrons des rios équatoriens !

Parmi les poissons, nous découvrons une énorme anguille électrique. Lucho qui nous a montré la photo d'un anaconda de plus de 10 mètres capturé quand il était militaire dans la jungle, nous avoue qu'ici le seul monstre dont il a toujours eu peur, ce n'est pas l'anaconda, mais belle et bien cette anguille électrique capable de tuer un homme en quelques secondes, tapie dans les flaques au milieu de la jungle. Entre fascination et peu, nous l'observerons à plusieurs reprises remonter à la surface pour respirer.


Puis nous sortirons vers les bassins pour observer le plus gros poisson des rios le Paichi o Piracucu (plus connu sous le nom d'Arapaima) qui peut faire jusqu'à 3 mètres de long et deux cents kilos. Nous observons trois énormes silhouettes immobiles au bord de l'eau, le responsable de l'aquarium nous demande alors de reculer un peu, et alors que nous nous y attendions pas vraiment, il jette de la nourriture dans l'eau ! Dans un mouvement vif et bruyant, les poissons surgissent de l'eau pour gober la nourriture ! Nous sursauterons tous ! J'aurai personnellement tellement peur que je manquerai de lâcher le téléphone ! Heureusement que nous avons reculé sinon le téléphone aurait probablement fini dans l'eau ! Après ces émotions, nous retournons chez Lucho et Anita, puis vers 18h Lucho nous prête son pick-up pour que nous partions assister au repas des serpents au paseo los monos.


Nous y retrouvons les bénévoles, fatigués par leur journée de travail, et nous faisons la connaissance d'un Kinkajous, singe nocturne qui se promène dans le tunnel grillagé au dessus de la salle à manger des bénévoles.



Puis nous allons nourrir les serpents avec Yvan, il nous raconte que finalement de tous les animaux qu'il soigne les serpents sont les plus difficiles et les plus fragiles. Tout les serpents présents au refuge sont des constrictors, souvent malmenés par les locaux qui pensent à tort qu'ils sont vénéneux. Ce sont souvent les pompiers qui amènent ici un serpent, mais d'autres fois, fait plus étonnant, Yvan trouve un serpent dans l'enclos des singes, la panse bien tendue et un singe en moins. Nous observerons attentivement Yvan, ouvrir les enclos et leur donner à manger. Nous attendrons que les serpents se décident à manger, Kynan est toujours aussi fasciné ! Puis nous rentrerons retrouver Lucho et Anita.



3/11/2018


Aujourd'hui les enfants sont surexcités ! Ils sont hypers impatients de retourner au refuge. Moi je souffre de la fesse droite, enfin de ma troisième fesse ! La piqûre de guêpe a terriblement enflé, la peau est boursouflée, tendue, rouge et chaude. C'est un peu douloureux mais surtout très désagréable avec une sensation de brûlure. Je poursuis donc un traitement d'anti-histaminique que j'associe à un corticoïde en espérant ne pas être obligée d'aller chez un médecin.


Une fois au refuge, je serai bien occupée par l'alimentation des bébés : un petit guatusa dont la maman a été tuée pour la viande, et le petit tamarin will, qui demande beaucoup de soin. Il faut leur donner du lait hyper protéiné toutes les deux heures, et quelques fruits. Yvan nous explique que ces petits tamarins sont très prisés comme animaux de compagnie. Le bébé vivant deux ans sur le dos de sa maman, il s'accroche aux humains qui le trouvent alors tellement affectueux. Mais après deux ans, un bébé singe qui devient adulte doit faire sa place dans le groupe, il commence alors à se battre avec les enfants ou le père de famille. Les gens les abandonnent alors. Les autorités commencent à lutter contre ce trafique d'animaux domestiques et ils récupèrent sous dénonciations les bébés tamarins qui vivent dans des familles. Ils sont ensuite placés dans des refuges comme celui où nous sommes aujourd'hui.

Nous constaterons très vite que le bébé a besoin de beaucoup d'attention, il ne peut pas rester seul, sans quoi il pleure. Il a aussi besoin de chaleur. Le défi, ces prochains jours, étant de l'introduire dans la communauté de tamarins présente au refuge. Le seul hic c'est qu'il existe deux espèces de tamarins dans la région et que Will ne fait pas partie de l'espèce déjà présente au refuge. Il faudra donc voir si il peut être accepté. Mais en plus d'être accepté par les mâles du groupe, il faudrait qu'une des femelles l'accepte sur son dos.


Notre objectif est donc de le nourrir sans qu'il ne s'attache trop à nous, qu'il apprenne à vivre avec les autres tamarins, et qu'il puisse être introduit dans leur cage.


Je passerai la première journée avec will et Kynan, Liloane, elle fait des allers et venues alors que Titouane et Aurélien sont à l'extérieur. Ils découvrent le refuge, les tâches quotidiennes : préparer les repas des animaux, nettoyer les cages, les allées, accueillir les visiteurs, et en fin de journée ils distribueront les bananes aux animaux en cages mais aussi à ceux qui vivent en liberté dans le refuge.


Plusieurs coatis, et quelques singes saimiri (mono ardilla) vivent en liberté et viennent se nourrir le soir.


Le soir, nous décidons de manger dans Banana pour nous retrouver et discuter tranquillement de cette première journée au refuge et savoir ce que les enfants en pensent. Ils sont vraiment trop contents de pouvoir découvrir les animaux, les nourrir, nous décidons donc de rester au refuge le temps qu'ils voudront. Mais à une condition, c'est que le matin ils fassent leurs devoirs avant d'aller au refuge.


4/11/2018


Le lendemain matin les enfants ne se font pas priés pour se lever, déjeuner et attaquer les devoirs ! Ils sont même expédiés par les deux petits qui veulent aller le plus vite possible au refuge. C'est super de les voir motivés à travailler ! Et puis le matin les bébés meurent de faim, après une nuit passée seuls dans des petites poches en tissus dans leurs cages, ils dévorent le biberon et le jus de mangue fraîchement préparé. Liloane est très complice avec la femme de Yvan, Lisette, une équatorienne qui travaille aussi au refuge, et les enfants sont tellement volontaires et motivés qu'elle ne sait plus trop quoi leur faire faire. Ils acceptent toutes les tâches sans rechigner, de passer le balai à faire la lessive à la rivière ou encore faire chauffer les biberons...

Aujourd'hui, après deux journées à m'occuper des bébés, je commence à comprendre pourquoi la jeune volontaire qui est là depuis plusieurs semaines ne voulait pas spécialement s'en charger ! Will est épuisant, et on est un peu coincé avec lui dans la maison sans pouvoir sortir. Effectivement entre les monos ardilla et les coatis en liberté, hors de question de sortir avec le petit tamarin sur l'épaule, et il faut sans cesse s'assurer que les portes soient bien fermées, je trouverai quand même le temps sur la sieste de l'après-midi d'aller me balader dans les allées du refuge et de faire connaissance avec les différentes espèces qui vivent ici. Et notamment les Chorongos, et les singes araignées. Le temps aussi de découvrir le comportement de ces primates avec Yvan, qui a beaucoup étudié le comportement en groupe de chacun des singes qu'il a accueilli ici. Il est fascinant de l'écouter parler de la domination du mâle chorongos et de la relation qu'il a avec lui. Il nous explique aussi que les singes sont au refuge parce qu'ils veulent bien y rester, les clôtures des enclos séparent visiteurs et animaux, mais un singe qui monte sur un arbre pourrait très bien sauter et sortir de son enclos. Il nous sensibilise au fait que ces animaux, une fois déracinés peuvent difficilement être réintroduit dans la nature puisque personne leur a appris à chercher de la nourriture. Les garder ici, et les protéger c'est aussi leur éviter de finir attachés à une laisse à quelques kilomètres de là.


Nous finirons la journée avec le dernier repas des bébés, Aurélien qui a bossé dehors toute la journée me rejoint pour m'aider à les nourrir. Puis nous retrouvons les volontaires pour une soirée autour d'un bon repas avant de retrouver banana.


5/11/2018


Ce matin les enfants ont toujours la même motivation, et si les deux petits ont vite fini, Titouane qui est au CM2 a beaucoup plus de travail, il est un peu déprimé à l'idée de rester dans le van à faire ses devoirs alors que les petits ont déjà filé au refuge. Nous négocions avec lui pour qu'il finisse ses devoir là-bas et nous partons donc ensemble au refuge. Aujourd'hui Yvan et sa femme Lisette sont partis à Amambay, au marché de fruits pour réapprovisionner le stock de nourriture des animaux, ils ne seront pas là de la journée. Nous nous occupons donc des tâches quotidiennes avec les bénévoles et surtout nous resterons à l'intérieur pour nous occuper des bébés parce qu'aujourd'hui il pleut beaucoup.

Nous passerons donc la journée avec Léa, la bénévole suisse qui est là depuis 5 semaines, une jeune femme réservée mais attentive et débrouillarde, elle gère le refuge comme si elle y avait toujours travaillé. Elle est aussi super patiente avec les enfants et notamment avec Liloane qui est tout le temps avec elle. En fin de journée, nous la retrouvons vers l'enclos des chorongos où depuis 4 jours des bébés ont été introduit dans le groupe, ils sont encore nourris au biberon, ils viennent donc chercher leur ration au grillage. Nous sommes émerveillés par ces bébés aux regards puissants et tellement humains. Yvan nous a appris qu'il ne faut jamais les fixer dans les yeux parce que c'est comme si nous voulions les défier. Léa qui connaît bien le groupe observe aussi la réaction du chef du groupe, alors qu'avec les enfants nous nous faisons discrets pour ne pas perturber ni le chef, ni les bébés. Le soir, les enfants retrouvent Lisette dans sa cuisine, pour l'aider à préparer le repas. Au menu, recette typique avec le manioc que nous avons pris le temps de peller dans l'après-midi.


6/11/2018


Ce matin, une nouvelle journée au refuge, les enfants s'y plaisent énormément et c'est impressionnant de les observer faire les allés et venues. En quelques jours, ils savent qui est qui, où sont les différents enclos, leurs entrées et qui mange quoi. Ce matin, je suits Titouane qui m'emmène à l'étage de la maison des bénévoles, pour découvrir et nourrir quelques monos adrilla, qui attendent de pouvoir être remis en liberté. Puis je retourne à mes bébés, aujourd'hui Will le petit tamarin est introduit dans la cage d'acceuil des tamarins où nous avons fait rentrer une femelle. La femelle ne s'intéresse pas à lui, et Will passe son temps à pleurer et chercher une issue pour revenir dans mes mains. Je reste à côté de la cage pour être certaine que la femelle tamarin ne l'attaque pas. Will finira par s'endormir d'épuisement, et un petit miracle se produit, la femelle se rapproche pour rester à ses cotés. Elle ne l'a pas encore accepté sur son dos, mais c'est déjà un premier signe positif.


Nous aurons encore une journée bien remplie, et le soir Louis et sa copine volontaires au paseo depuis une semaine reprennent le cours de leur voyage, ils viendront nous dire au revoir à Banana. Nous avons pris la décision de poursuivre nous aussi notre voyage, Aurélien a apprécié de travailler dans le refuge, mais il aimerait qu'on continue l'aventure ! Les enfants sont hypers tristes à l'idée de quitter le refuge, mais nous avons une bonne nouvelle à leur annoncer ! Nous avons décidé d'aller aux Galápagos ! C'est un peu le rêve dans l'aventure mais aussi un break qui doit nous permettre de prendre la bonne décision sur la suite de notre voyage !


En attendant la réalité de l'Amazonie nous rattrape, Aurélien avec les pluies de ces derniers jours et le travail au refuge à emmené notre linge dans un pressing de la ville, il n'avait pas pu aller le récupérer hier, et nos vêtements sont donc restés une nuit là-bas. Nous aurons la mauvaise surprise de découvrir qu'en plus de nos vêtements nous avons récupéré plein d'insectes ! Mais surtout qu'ils ont lavé nos vêtements avec de l'eau de javel ! Les t-shirts en coton d'Aurélien sont quasiment tous foutus et à moitié décolorés ! Par chance les vêtements techniques eux ont tenus le choc ! Nous n'avions pas fait de pressing depuis la Patagonie, et on ne risque plus de nous y reprendre ! Comme quoi le lavage à la main c'est ce qui reste le plus sûr.


7/11/2018


Aujourd'hui, c'est notre dernier jour au rescate, nous sommes déjà mélancoliques à l'idée de laisser will et le bébé guatusa auquel nous sommes tous attachés. Aurélien accroche une dernière pancarte qu''il a fini de sculpter dans la journée. Et aujourd'hui nous avons le droit à une surprise, une maman capuchino blanco qui avait disparu depuis quelques jours, vient nous présenter son bébé ! Yvan, comme Léa sont tout surpris, ici personne ne s'était rendu compte qu'elle était gestante. Chaque singe à un petit nom, Yvan réfléchit déjà à celui du bébé. Il faudra maintenant surveiller le comportement des mâles de l'enclos pour s'assurer qu'ils acceptent ce nouveau venu.


Alors que nous allons partir, une nouvelle bénévole allemande cette fois est arrivée depuis la veille. Yvan nous explique que sans les bénévoles il serait très compliqué de faire tourner le refuge, et si ils ont plein de candidats en juillet, août , les autres mois de l'année ils manquent souvent de main d’œuvre.


Alors si vous passez en van, ou autres véhicules aménagés n'hésitez pas à vous arrêter pour découvrir le travail formidable fait ici pour la protections des animaux. Et si vous voyagez en sac à dos et que vous souhaitez passer quelques semaines au refuge voici le lien du site internet de paseo ou vous trouverez toutes les informations utiles :


www.losmonos.org/voluntariado/


Voilà, après une semaine au refuge, j'ai près de 500 photos de singes ! C'était un rêve d'enfant pour moi aussi de pouvoir travailler et prendre soin de ces animaux. Ce séjour restera marqué dans nos esprits et nous aurons tellement de peine à quitter les bébés qu'on restera jusqu'à leur dernier biberon.


Il y a des événements marquant dans le voyage, ceux qui vous font grandir, cette expérience aura fait grandir les enfants, elle les aura sensibilisé sur le trafic des animaux et leurs conséquences. Nous aurons aussi découvert que les enfants sont volontaires, motivés et sérieux ! Ils ont tous fait part d'une très grande maturité et nous sommes fiers d'eux, et heureux d'avoir partagé ces moments avec eux.


A la nuit tombée, nous retournons chez Lucho ! Parce que nous savons que si nous dormons là , nous passerons une journée de plus au refuge !

101 vues

© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip