© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Escondida et Camarones- au plus près des éléphants de mer...

28/01/2018

du 22 janvier au 26 janvier 2018

 

région Chubut

 

Nous arrivons en fin de journée à la playa Escondida le 22 janvier 2018 ! Pas facile à trouver au sud de Trelew, quittant la fameuse ruta 3 pour suivre le ripio qui mène à Punta Tumbo. Le panneau de la plage est complètement effacé, mais nous tournons tout de même à gauche, après quelques kilomètres, nous voilà devant une longue descente laissant apparaître la côte en contre bas, sur la droite la plage est longée de falaise, le décor est splendide ! Nous ne nous laissons pas impressionner par la descente dans le ripio sablonneux, et ce même si nous voyons un argentin s'arrêter dans la côte.

 

 

Nous découvrons une plage de cailloux... mais pas d'éléphants de mer... Un panneau indique leur présence possible. Nous avons donc pas de chance. Nous décidons de nous arrêter tout de même ici pour la nuit. Aurélien aimerait essayer de pêcher mais pour l'instant il y a beaucoup d'algue dans l'eau. Il y a d'ailleurs de gros tas d'algues le long de la plage et le seul truc que nous pouvons dire c'est que c'est malodorant ! Avec Titouane, nous partons explorer la plage sur la droite. Nous ne marcherons pas très loin, Titouane ayant découvert plein de coquillages sur la plage. Nous trouverons même plusieurs étoiles de mer ! Après plus d'une demi heure, nous avons les poches bien remplies et décidons de retourner au van. Les petits sont surexcités par nos découvertes ! Ici chaque plage cache des coquillages différents ! Les enfants tiennent une véritable collection et s'amuse régulièrement à faire des échanges !

 

 

Aurélien a profité de notre absence pour préparer les cannes et se mettre en position. Mais la pêche sera bredouille ! Nous passerons une nuit calme ici, Aurélien se lève au aurore et à 5h30 il est déjà en poste pour pêcher alors que le soleil se lève seulement à l'horizon (photo en bas) ! Mais aucun poisson ce matin. Je profite d'un réveil matinal et du soleil pour enfiler mes baskets et c'est parti pour un petit footing. Je remonte le ripio que nous avons emprunté la veille, histoire de profiter de ce petit run pour repérer un peu la route, et savoir ce qui nous attendra en repartant. Du côté des enfants ce matin, c'est école au programme ! Et c'est toujours aussi compliqué ! Les enfants sont de vrais tête de mule ! Entre Titouane qui trouve toujours une excuse pour ne pas travailler : il y a trop de bruit, la table est trop basse, le stylo écrit pas... Et les deux petits qui suivent le rythme ! Liloane qui n'écoute pas quand on lui explique et Kynan qui n'écoute pas les consignes ! Nous sommes à deux doigts du pétage de plombs ! En attendant de trouver une solution, nous essayons de recadrer les choses. Après une matinée compliquée, nous sortons du van pour prendre un peu l'air et nous avons la chance d' observer un lobos qui vient se baigner à quelques mètres de la plage. Nous espérons le voir sortir de l'eau et s'installer sur la plage mais il n'en sera rien ! Le vent est assez violent ici, et la température à bien chuté ! Nous avons un peu de peine à rester dehors et retournons vite dans le van.

 

L'après-midi les deux petits se sont lancés dans la construction d'une cabane dans le van ! Deux petites couvertures et quelques pinces à linges et le tour est joué ! Le couloir de banana se transforme en une véritable cabane. Aurélien K.O profite d'une petite siesta. Avec Titouane nous décidons d'aller explorer la plage en direction du sud. Alors que Titouane se remet à la recherche de coquillages, et il y en a tellement qu'en 30 minutes nous avons pas fait plus de 200 mètres sur la plage. J’observe au loin des « tas » sur la plage. Je propose a Titouane d'abandonner un peu les coquillages parce que je pense que plus loin il y a peut être des éléphants de mer ! Bien-sûr à cette distance je ne peux pas en être sûre. Et je croise les doigts pour que se ne soit pas juste des rochers ! Nous partons donc à l'exploration de bon pied et impatient ! Nous découvrons après plus de 2 kilomètres de marche un petit nombre d'éléphants de mer ! Il sont là à quelques dizaines de mètres de nous ! Nous pourrions presque les approcher et les toucher ! Mais nous avons lu sur le panneau à l'entrée de la plage que les éléphants de mer reste sur la plage parce qu'ils muent. C'est une période délicate pendant laquelle ils ne doivent pas bouger. Il est donc demandé de ne pas les approcher afin qu'ils n'aient pas peur et qu'ils ne ressentent pas l'envie de partir. Nous respectons donc leur tranquillité et gardons nos distances fascinés par ce spectacle. Titouane apprécie cet instant privilégié  et magique. Malheureusement je n'ai pas le téléphone avec moi ! Je propose donc à Titouane de repartir chercher les petits ! Nous voilà repartis pour 2,5km en trottinant sur les rochers apparus avec la marée basse. La plage de cailloux étant bien compliquée à parcourir...

 

Nous repartons donc tous ensemble, Aurélien acceptant de quitter sa sieste pour voir les éléphants de mer ! Un petit sac à dos, une bouteille d'eau et l'appareil photo, nous sommes prêts pour l'expédition ! Par chance quand il s'agit de courir sur les cailloux les enfants ne rechignent pas ! Nous parcourons donc les quelques kilomètres qui nous séparent rapidement et les petits découvrent les étoiles pleins les yeux les éléphants de mer allongés sur la plage.

 

 

Et ici pas de barrières, ils sont à quelques mètres. Et surtout ils nous font face... Nous passerons plus d'une heure à les observer, fascinés par leur bâillement et les quelques mouvement qu'ils font. Surtout quand ils se grattent ! Les enfants finissent par se rapprocher assez près d'un éléphant de mer qui dort vers l'eau. Ce dernier finira par se lever à quelques mètres de là les 2 petits ne sont pas téméraires et font vite fait demi-tour ! Alors que Titouane reste, lui, stoïque devant l'éléphant de mer !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous repartons au van enchantés et décidons de revenir le lendemain pour les observer à nouveau. Le soir Aurélien ne désespère pas et repart à la pêche ! Il reviendra avec 3 poissons bien étranges ! Ils ont un genre de trompe et des nageoires transparentes ! Nous n'avons jamais vu de tels poissons et nous ne savons même pas si ils se mangent !

 

 

Les enfants se souviennent d'avoir vu ce poisson sur les affiches du centre d'informations de Valdès. Nous recherchons donc dans les photos et découvrons que nous avons péché des poissons éléphants ! Mais sur l'affiche rien ne dit si ils sont comestibles ! Nous décidons donc de les vider et de demander son avis à Papinou depuis notre balise gps. Nous attendrons le lendemain pour avoir la réponse ( ndrl en France, c'est la nuit). Le lendemain même programme, école, pêche et visite aux éléphants de mer ! J'essaie de rattraper mon retard sur le blog en rédigeant le récit de nos aventures. Et le soir, nous mangeons les poissons de mer cuisinés à la poêle suite au message de papinou qui nous confirme qu'ils sont comestibles ! Nous décidons de passer une dernière nuit ici avant de reprendre la route. Et malheureusement cette nuit sera catastrophique. Un vent d'une force incroyable agite la mer à quelques mètres de notre van et banana tangue dans tous les sens. Impossible de dormir. A 2h du matin après plusieurs heures à tourner dans le lit, je décide de me lever et je me lance dans le tri des photos et dans la suite de la rédaction du blog... Je ne dormirais pas de la nuit. Les enfants eux ne sont pas du tout perturbés ! Ils ont rien senti et ils ont dormi toute la nuit profondément !

 

Le matin nous reprenons la route direction Camarones. Nous faisons le choix de ne pas nous arrêter à Punta Tombo, pourtant très réputée pour son immense colonie de manchot. Les derniers voyageurs que nous avons croisés nous ayant dit que le long de la côte il y a des endroits plus sympa pour voir les pingouins et notamment Camarones. Nous décidons donc de poursuivre jusque là-bas. Le ripio était bon jusqu'à Punta Tombos. Après jusqu'à Camarones les choses se compliquent ! Les enfants restent fasciné par les niandu et les guanaco qui courent le long de la route. Le paysage est fascinant, la roche ici est rose ce qui nous donne l'impression d'être en Australie ! Camarones est un petit village isolé, nous découvrons fasciné ce village en bord d'océan. Après une petite pause wifi vers le gymnase, nous prenons la route en direction de la colonie de pingouins qui se trouvent à la Punta au bout de la ruta provincial 1. Et là nous découvrons un ripio en piteux état, alors que le chemin vallonné nous offrent des montées et des descentes toujours impressionnantes ! Surtout à l'aller quand on est pas sûr de pouvoir ressortir ! Nous arrivons à l'entrée d'un parc vers 18h. Personne... l'endroit semble abandonné. Il y a un plan peu claire, nous décidons de poursuivre notre chemin... Nous croisons un couple de voyageurs argentins qui nous confirment que nous sommes sur le bon chemin ! Nous voilà à l'entrée d'un belvédère. Le garde-faune vient nous donner les recommandations à suivre dans l'enceinte du parc. Le silence, on ne court pas et on garde une certaine distance avec les animaux. Nous partons donc à la découverte de cette espace protégé, très vite Liloane découvre un tatou puis enfin un pingouins puis plusieurs dizaines. En observant les collines environnantes nous découvrons des centaines de nids ! Nous découvrons fasciner que certains pingouins ont fait leur nid à plusieurs centaines de mètres de la plage. En se rapprochant de cette dernière nous découvrons des pingouins avançant en procession jusqu'à leur nid ! Les enfants sont toujours aussi fascinés par le spectacle. Ils aiment essayer de différencier les mâles des femelles. Et ils adorent les bébés avec leur duvet ! Nous resterons encore une fois près d'une heure à observer les animaux ! Toujours aussi subjugué par ce spectacle ! Cette nature un peu magique.

 

 

Nous repartons peu avant la fermeture du parc. Nous trouverons un coin tranquille avant Camarones pour passer la nuit. Et nous reprenons la route le lendemain. Nous quittons la région du Chubut pour arriver dans la région de Santa Cruz dont Comodoro est la capitale mondiale du vent !

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload