© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

L'aventure zarate !

29/12/2017

 

 Du 22 au 27 décembre 2017

 

Le 22 décembre nous nous réveillons au large de Montevideo !! si si ! Au milieu du rio plata nous voyons d'un coté Montevideo et de l'autre Buenos aires ! Nous attendons avec plusieurs autres bateaux notre tour pour rentrer dans l'estuaire. Le pilote nous accompagnera jusqu'à l'entrée du Rio Paramà de las palmas. Durée de navigation programmée 15h. La nuit nous traversons un terrible orage, les bourrasques de vent contre la tôle de notre géant d'acier, le grondement sourd du tonner, les vagues qui viennent frapper le bateau accompagnées des éclairs au travers du hublot rendent l'atmosphère passablement angoissante ! Autant dire que je suis contente d'être au milieu de l'estuaire et non en plein milieu de l'océan atlantique !

 

Je me fais d'ailleurs la réflexion que nous avions jusque là eu beaucoup de chance avec le temps ! Le sommeil sera difficile cette nuit !

 

Le lendemain matin nous nous réveillons à l'ancrage alors que nous pensions être déjà sur le rio pour Zarate ! Le crew nous apprend alors que l'orage a sévi jusqu'à zarate et que des bateaux ont rompu leur ancrage. Notre entrée est donc repoussée. Les spéculations reprennent de plus belles pour parier sur notre réveillons de nouvel an à bord ! La nouvel blague du jour c'est de dire qu'on sera à Montevideo seulement le 18 janvier !!

 

Finalement en début d'après-midi, nous voyons le bateau du pilote arriver vers nous annonçant notre départ vers l'embouchure du rio ! Zarate nous voilà !

 

 

 

le long du rio

 

La longue traversée du Rio, nous impressionne par sa verdure et la couleur marron du rio ! Nous voilà vraiment en Amérique du Sud ! Nous spéculons sur la présence de crocodile dans ces eaux marrons ! La température est écrasante avec près de 40 degré sur le pont !

 

Lors de cette longue remontée, nous découvrons les nombreuses maisons qui ont été construites au bord de l'eau. Les petites cabanes de pêcheurs se transforment peu à peu en luxueuse maison secondaire agrémenté de palmier et de plage de sable ! Même si celles-ci font un peu rêver, elles jurent complètement au milieu encore sauvage et inaccessible de cette région. Nous apprenons d'ailleurs que ces maisons sont probablement construites illégalement, des taxis et des magasins bateaux ont profité du créneaux pour offrir des services directement aux pieds de ces propriétés. Mais le plus impressionnant reste la taille du cargo qui chemine le long de ce rio large de quelques centaines de mètres. Alors qu'au départ nous pensions qu'il était impossible que deux bateaux se croisent, nous découvrons avec enchantement les petits vracrier qui semble couler sous le poids de leurs cargaisons, ainsi que les barques qui transportent les véhicules. Nous finirons même par croiser un cargo !

 

Moment magique et impressionnant, chaque bateau frôlant l'autre d'une dizaine de mètres. La moindre fausse manœuvre et cela entraînerait une collision. Nous regardons la maîtrise du pilote et du capitaine, qui se félicitent à chaque croisement réussit. Cette longue traversée du rio aurait dû nous paraître interminable mais en réalité nous sommes captivés par ce nouveau monde !

 

Alors que lors des escales de Rio, Santos et Paranagua nous avions été impressionnés par les building d'acier construit dans cette végétation luxuriante, ici nous avons vraiment l'impression de découvrir un monde inconnu. Nous imaginons alors les colombs découvrant cette nouvelle terre, nous avons l'impression de vivre un moment unique.

 

Nous pensions arrivé le lendemain à Zarate, mais finalement l'avancement est plus rapide que nous l'imaginions et nous voilà arrivé au port juste pour assister au coucher du soleil ! Nous sommes impressionnés par la taille minuscule du port. A peine trois cargo peuvent s’amarrer ici et en comparaison la taille du parc automobile nous paraît impressionnant, de la vingtaine de camions de pompier aux centaines de voitures de marques européennes pour la plupart en passant par les camions en tout genre, nous avons l'impression d'être devant une étendue sans fin.

 

 

Nous apprendrons le lendemain, en discutant avec les gardes du port, que le parc contient 20 mille véhicules ! Il y a donc ici une sacrée fortune, très bien gardée. Nous découvrons que les contrôles pour la sortie du port sont très sérieux ici, ils contrôleront plusieurs fois nos passeports, et ils contrôlent même avec un détecteur de métaux notre sac. Les gardes restent super sympathique et ils nous appellent un taxi pour que nous puissions visiter la ville.

 

Alors qu'on nous avait dit qu'il y avait un distributeur au carrefour et que sinon le taxi prends des dollars, nous voilà devant le carrefour où il n'y a pas de distributeur avec un chauffeur qui refuse de prendre les dollars ! Mais contre toute attente celui ci nous donne la carte de son entreprise et nous propose de le payer plus tard dans le journée ! Alors là faut dire qu'on reste un peu estomaqué ! Les gens font preuve d'une gentillesse inattendue et d'une confiance probablement insouciante ! Nous allons faire un tour au magasin, découvrons que oui l'argentine c'est hors de prix enfin au moins aussi cher que chez nous voir plus. Nous nous souvenons aussi que c'est noël et découvrons une file d'attente qui part des caisses jusqu’à l'autre bout du magasin ! Nous faisons donc demi tour et rappelons notre taxi qui nous conduit directement à la banque. Nous y découvrons les frais bancaires et les restrictions de retraits ! Une vraie galère ! Effectivement entre les 10% de frais par retrait et un montant maximum de 2000 pesos argentins soit 100 euros, on se dit qu'il vaut mieux essayer de payer avec la carte pour les grandes dépenses.

 

La visite de la ville est quasi sans intérêt, de très nombreuses boutiques bondées de monde en cette veille de noël. Après une ballade express dans les boutiques, nous décidons d'aller nous promener au bord du rio, nous avions repéré un parc sympa lorsque nous étions sur le cargo. Nous y découvrons un ensemble de petits restaurants sympa mais très chic ! Nous décidons alors de s'y arrêter pour goûter des tortillas et des croquettes de poissons avec une bonne bouteille de vin, de quoi fêter un peu notre premier noël en tongs !

 

 

Nous regagnons ensuite le centre ville, où nous décidons de retirer des sous pour avoir des pesos argentins de réserve pour la suite de notre voyage avec le van. Nous découvrons alors les distributeurs vides. Non non ce n'est pas un mythe quand les voyageurs racontent qu'il faut de la patience pour pouvoir avoir de l'argent dans ces pays.

 

 

 

Nous regagnons le cargo juste à temps pour le début des festivités de noël ! Nous apprenons que les officiers, le chef et le capitaine sont partis pour Buenos Aires. Seul le paper officier et les 2 ingénieurs bulgares sont restés à bord et semblent faire un repas entre eux. Nous nous installons dans la salle commune lorsque les philippins viennent nous chercher pour que nous allions dans leur salle. Nous y découvrons un festin de rois ! Entre le cochon de lait, le poisson, les différentes viandes en sauces, en passant par les crevettes, la pizza, les pâtes et les différents desserts... on se dit qu'on pourra jamais manger tous ça aussi nombreux que nous sommes !

 

 

 

Les philippins ont décoré leur salle et l'ambiance s'installe rapidement ! Nous découvrons leur générosité sans limite ! Toujours attentifs aux enfants, ils leur offrent des petits cadeaux dans le soirée. Soirée qui se terminera en un sacré karaoké ! Nous découvrons le talent du crew ! De vrais crooners ! Parmi les passagers nous ne comptons aucun chanteur talentueux, nous massacrerons donc plusieurs classiques sous le regard amusés des philippins ! Les officiers bulgares finissent par nous rejoindre et l'ambiance reprends de plus belle, nous découvrons le très sérieux paper officer sous un autre angle ! Chanteur fan des Beatles qui nous surprend aussi par son talent !

 

Les 2 petits s'endorment finalement assez vite sur le canapé, alors que Titouane fait un facetime avec la famille d'un philippin ! Nous aurons tout juste le temps de préparer un verre de lait, des petits biscuits et d'installer les tongs sous le sapins avant que Titouane sombre à son tour ! Nous finirons la fiesta vers 4h-5h du matin, pour une soirée inattendues qui a répondu à toutes nos espérances ! Nous étions stressé à l'idée de passé noël sur le cargo, et finalement les amitiés liées lors des quarante derniers jours ont rendu cette soirée fort sympathique et mémorable !

 

 

 

Les enfants qui se sont endormis tôt se réveille... tôt !! Dur dur pour les parents ! Kynan découvre émerveillé les cadeaux laissé sous le sapin dans la cabine de l'armateur et filent réveiller son frère et sa sœur qui dorment dans l'autre chambre avec papa ! La magie de noël reste intact ici, la bonne nouvelle c'est que les enfants s'occupent toute la matinée avec leur nouveaux jeux et que nous on en profite pour récupérer un peu de sommeil !

 

 

A midi, nous découvrons que le cuisinier nous a encore préparé un repas de fou avec une grosse dinde de noël ! Mais nous n'arrivons pas à nous remettre du festin de la veille et nous grignotons un peu honteux de ne pas faire honneur aux plats du chef !

 

Le port est fermé toute la journée et le cargo ne partira donc que le lendemain. Nous attendons fébrile ce nouveau départ de notre dernière escale. Nous faisons les dernières lessives et commençons à préparer les valises. Le sentiment qui domine c'est de la tristesse. Nous sommes tristes de quitter l'équipage, nous avons l'impression de quitter notre maison et nos amis. Nous nous sentons tellement bien sur le cargo, et les enfants aussi que finalement personne n'est impatient de quitter le Grande Africa ! Les enfants préparent de beaux dessins pour l'équipage pendant que nous commençons à descendre les premières affaires. Effectivement, le chief nous a autorisé à remonter le coffre de toit et le coffre sur le port vélo. Nous ne savons pas encore exactement quand nous arriverons à Montevideo. Probablement le 28 en fin d'après-midi, mais personne ne sait nous dire si on devra descendre le 28 ou le 29. Mais le chief nous demande de nous préparer à descendre à tout moment !

 

Dans la nuit du 25 au 26 alors que nous sommes toujours amarrés, Aurélien sera réveillé par Liloane qui se met à vomir en jet. Nous nous relayons à son chevet pendant près de 3 heures. Le chief vient s'assurer que nous avons tout ce qu'il faut pour la soigner. Nous sommes touchés par toutes les attentions qu'ils nous portent. Nous avons vraiment l'impression d'être leurs protégés ici ! Nous appréhendons d'être seuls par la suite tellement ici on a été assisté ! Toutefois je suis un peu inquiète par Liloane qui finit par avoir une diarrhée importante. Elle est toute blanche et nous n’arrivons pas à la faire boire. J'imagine déjà les différents scénarios si on doit sortir pour l’emmener chez le médecin ou alors à l’hôpital ? Mais finalement après 5h de sommeil elle se réveille à 11h du matin presque comme si de rien était et le soir elle a déjà retrouvé appétit et vivacité ! Le chief viendra s'assurer plusieurs fois que la petite va mieux. Le soir nous attendons le départ qui finalement tardera à venir et avec le manque de sommeil des deux dernières nuits nous décidons de ne pas attendre le dernier départ. Le cargo quittera finalement le port à 23h30 alors que nous sommes déjà tous endormis.

 

A très vite pour notre dernier article sur ce fabuleux voyage en cargo !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload