© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Direction Valdès, L'aventure Pehuen-cò

13/01/2018

du 7 au 11 janvier 2018

 

région Buenos Aires

 

En partant pour rejoindre la très réputée péninsule de Valdès, nous ferons un premier arrêt au parc Morque de Las Flores. Parc municipal en bord de lago, dans lequel nous pouvons dormir gratuitement. Comme à l'accoutumée, ici le parc est bondé de monde! Les argentins sont toujours au poste vers les asados. Toutefois le gardien nous rassure, le parc ferme à 22h, notre nuit devrait donc être calme. Mais c'était sans compter sur la fiesta d'à côté! Une nuit horrible! Nous serons réveillés à plusieurs reprises par le DJ hurlant des grossièretés! Je ne parle par trop espagnol mais «hiro de puta» faut pas avoir trop étudier pour comprendre! Je finirais même par passer la tête par le lanterneau pour m'assurer qu'ils ne sont pas entrain de faire la fête autour de notre van! C'est vous dire le bruit assourdissant qu'ils font! La nuit ne fût donc pas de tout repos! 

 

Et le lendemain matin nous sommes presque surpris de découvrir le parc vide et surtout d'entendre le chant des oiseaux! Aujourd'hui c'est la reprise de l'école et des activités quotidiennes. La reprise n'est pas enthousiaste! Les enfants trouvant bien des excuses pour ne pas travailler! Ils sont pas bien dans le van, dehors il y a trop de soleil, ou il fait trop chaud! Nous commençons déjà à nous énerver un peu!

 

 

Mais nous sommes étonnés, en ce qui concerne la vie dans le van, les enfants participent volontiers! Même Kynan s'y met en aidant sa sœur à pendre le linge! Nous sommes d'accord sur le fait qu'il faudra un peu de temps pour trouver un rythme! Et rangeons les affaires pour reprendre la route direction Valdès. Il nous reste encore pas moins de 1400 km à parcourir pour y arriver.

 

La route nous conduit ensuite à Azul, où nous passerons la nuit au camping municipal. Ce dernier se trouve au bord d'un rio. Nous profitons d'être arrivé tôt pour faire des pizza maison! De la pâte jusqu'à la conception des pizza, je ne manque pas de main d’œuvre! Les petits appréciant de pouvoir m'aider et surtout de piquer quelques bouts de pâte au passage!

 

A la tombée de la nuit, nous observons les pêcheurs qui s'installent au bord du rio espérant voir 2-3 prises mais il n'en sera rien. Le lendemain matin Titouane arrive à convaincre son papa de lui préparer une canne à pêche! Et le voilà pêchant plusieurs gardons dans le rio, un peu déçu de pêcher les mêmes poissons que dans le Doubs! Nous reprenons ensuite la route!

 

Papa a décidé qu'aujourd'hui nous ferons une grosse étape de 400km, il voudrait que nous arrivions à Valdès dans 2 jours! Moi de mon côté je suis un peu fâchée. Nous avions décidé de profiter et là nous avons déjà fait près de 1800 km en 10 jours. Quand je lui dis que nous avions dit que nous n'avancerions pas à cette vitesse, il me rétorque qu'à ce rythme là nous n'aurons jamais fait le tour en un an et demi! Sauf que je ne sais pas à quel moment nous avons dit que nous ferions le tour en 1 an et demi! Monsieur parle déjà du retour alors que nous avions dit que nous laissions les portes ouvertes, que nous prendrions le temps de découvrir les paysages mais aussi que nous profiterions du voyage pour rencontrer des gens. Et autant dire qu'à ce rythme nous ne rencontrons personne! Nous avons tout juste de quoi parler espagnol quand nous passons en caisse ou quand nous faisons le plein d'essence.

 

Mais Aurélien reste borné pour lui il n'y a rien à voir en descendant avant Valdès. Moi, je reste convaincue que nous pourrions longer la côte et ainsi découvrir des coins sympa. Mais pour Aurélien ça rajoute trop de kilomètres pour descendre et il n'en démord pas! Nous partons donc direction Bahia Blanca .

 

La chance, aujourd'hui, c'est que le destin est de mon côté! En effet 90 km avant Bahia Blanca, la police nous détourne en nous informant que la route est bloquée en raison d'un violent incendie qui ravage la pampa au nord de Bahia Blanca. Le détour, par la route qui longe la côte nous rajoute 45 km. Je propose donc à Aurélien de nous arrêter dans un village au bord de l'océan: Pehuen Cò. Pas trop convaincu, il propose que nous avisions au moment où il faudrait bifurquer. Effectivement pour se rendre dans un village côtier il faut souvent faire l'aller et le retour sur la même route pour reprendre la route principale. Et souvent il s'agit de ripio et nous ne savons pas si banana supportera le ripio. Mais nous ne pourrons pas toujours avoir de belle route bien goudronnée et ça nous le savions avant de partir.

 

Finalement Aurélien accepte que nous allions voir si nous pouvons passer la nuit à Pehuen-cò. L'application maps.me nous envoie par un raccourci qui n'en sera pas vraiment un! 20 km de ripio qui nous prendrons plus de 50 minutes! Ces quelques kilomètres nous permettrons de découvrir que les vibrations du ripio c'est un peu l'enfer! A l'arrivée nous constatons un peu de casse: les verres en verre que nous avions acheté ici pour boire du vin, un œuf et une bière. Je crois que cette journée s'annonce bien prise de tête! Mais finalement nous arrivons dans la perle de Pehuen-Cò... Un magnifique village verdoyant, au milieu des dunes, de petites maisons de vacances sont parsemées au milieu des ruelles de sable. L'ensemble est très charmant et nous sommes séduit par cette petite station balnéaire atypique. Nous sommes fascinés par ce monde isolé et découvrons avec amusement un camion bancomat! Notre chemin fini par nous conduire au fond du village, au camping municipal. Le camping se trouve à 5 minutes à pied de la plage et bénéficie d'une jolie vue sur les dunes! Le top!

 

Mais alors que nous pensions avoir trouvé un coin sympa un peu isolé au fond du camping, avec une belle vue sur les dunes, Une simple manœuvre de retournement, conduit les roues avant de banana dans un trou de sable. Et nous voilà prisonnier du sable, nous affronterons donc notre 1er ensablement ici!

 

Très vite un campeur voisin vient vers nous et nous conseille de tourner les roues et de reculer! Mais cette manœuvre contribue seulement à enfoncer banana un peu plus dans le sable. Aurélien commence à creuser et mettre des cailloux sous les roues quand le proprio du camping arrive. Il nous propose alors d’appeler un ami. Nous ferons plusieurs tentatives sans succès en attendant cette personne. L'ami du proprio arrive finalement avec une vieille Peugeot et nous sommes plus que pessimistes! Nous ne voyons pas vraiment comment il pourrait sortir les 4 tonnes de banana! Nous ne refusons pas l'aide et tentons donc l'expérience. Mais banana ne bouge pas d'un poil alors que les roues avant continuent elles de s'enfoncer un peu plus dans le sable! Aurélien décide de stopper toutes les manœuvres! Effectivement le bas de caisse de banana ne va plus tarder à reposer sur le sol. Il décide alors de commencer à lever le véhicule à l'aide d'un cri et de remplir de cailloux les trous sous les roues. Le proprio nous prévient qu'il a demandé de l'aide, un tracteur viendra nous sortir de là demain matin. Mais Aurélien ne veut pas attendre. Il sait qu'il ne pourra jamais dormir en sachant que nous sommes coincés! Il me propose d'emmener les enfants à la plage pendant qu'il tente de remblayer le sol. Nous le laissons donc dans sa dure labeur et nous partons avec les enfants bien décidés à profiter du soleil et de la plage! En sortant du camping nous remarquons qu'un gros vieux camping-car vient de s'installer. En rigolant avec les enfants nous nous disons: «lui, il pourrait nous aider à sortir!».

 

Nous apprécions notre petite marche jusqu'à la plage, sur la route ensablée à l'ombre des arbres! Nous remarquons amusé qu'il y a 2 accès pour la plage. Le premier piéton et le second réservé exclusivement au véhicule 4x4! Nous découvrons au delà de la dune une plage de sable, et une eau bleu azur qui nous fait rêver. A gauche les argentins sont confortablement installé, tente et abris sont dressés à perte de vue alors qu'à droite se sont des dizaines de 4x4 qui ont pris possession de la plage. Nous sommes étonnés, c'est la première fois que nous voyons des gens s'installer directement sur la plage avec leur véhicule. L'eau ici est agréablement chaude! Nous nous y baignons avec plaisir après cette longue journée sur la route! Cependant il est déjà tard, et le soleil ne devrait pas tarder à se coucher! Nous décidons donc de rentrer au camping, histoire de voir aussi si papa s'en sort!

 

 

De retour au camping, nous découvrons qu'Aurélien à des spectateurs et de la main d’œuvre! Le patron du camping est toujours à l'observation des manœuvres et Suzanna c'est joint à lui alors que le mari de cette dernière, Juan, aide Aurélien à la manœuvre. Nous constatons qu'ils ont bien bossé! Banana est déjà bien remonté! Et heureusement que Juan est arrivé! Il est venu aider Aurélien avec tout son matériel! Et oui, en bon argentin, il est équipé comme il se doit: avec un vrai bon crique, Et quelques planches en bois. Mais malgré tout leur effort à chaque fois qu'ils essaient de sortir le van, ce dernier persiste à s'enfoncer! Alors qu'Aurélien capitulerait presque, nous découvrons que Juan fait preuve d'une grande ténacité! Il décide donc de partir chercher son bon vieux Mercedes pour nous sortir de là!

 

Et oui, Juan et Suzanna sont les prioprio du vieux camping-car que nous avions repéré en allant à la plage avec les enfants. Et victoire! Alors que la nuit vient de plonger le camping dans le noir, nous voilà enfin sorti de notre trou! Juan et Suzanna nous proposent alors de venir nous installer à côté d'eux mais de peur de retomber dans un autre trou, nous décidons de rester sur la route du camping pour la nuit! Nous sommes tous rincés! Nous proposons une petite cerveza à Suzanna et Juan, puis un abraso plus tard pour les remercier, nous filons nous coucher! Mais nous promettons à Suzanna et Juan de les inviter le lendemain pour un vrai apéro!

 

Le lendemain matin, nous nous réveillons au aurore avec Titouane et partons faire un petit footing de 6 km sur la plage, nous y trouverons de drôle de balle, qui ressemblerait presque à du plastique. La plage en est recouverte. Nous découvrons un peu plus loin une balle pleine d'eau mais percée, puis une autre intact qui contient plusieurs formes qui ressembleraient à de petits escargots. Nous pensons alors qu'il s'agit d'un utérus ou plutôt d'un œuf d'une espèce inconnue, pour nous en tout cas. Nous sommes drôlement intrigué et décidons de l’emmener avec nous pour découvrir de quoi il s'agit. Nous découvrirons plus tard, grâce à tata aurore qui voit la photo, qu'il s'agit d’œuf de mollusque géant....

 

 

 

 

De retour au camping, avec Aurélien nous décidons d'accepter l'invitation de Juan et Suzanna, et allons donc nous installer à côté d'eux! Et même si nous sommes stressés de déplacer banana dans le sable, la manœuvre se passe très bien. Nous ne nous sommes pas vraiment décidé sur le programme de la journée mais choisissons de commencer par profiter de la plage le matin. Kynan va commencer à faire du bodyboard et contrairement à nos dernières vacances en Espagne où il avait eu un peu peur, là il s'éclate et nous ne pouvons plus l'arrêter. Nous finissons quand même par quitter la plage et retrouvons Juan et Suzanna au camping.

 

Nous voilà au départ de notre aventure avec nos nouveaux amis argentins! Alors que ces derniers hésitent à prendre la route le jour même, nous leur annonçons que nous voulions rester encore une nuit et peut être les inviter à l'apéro le soir même si ils restent là! Il décident alors de rester eux aussi une nuit de plus dans ce camping! Et nous nous retrouvons pour un apéro le soir. Nous apprenons à Juan et suzanna que nous prévoyons de traverser Bahia Blanca. Ils s'inquiètent un peu ! Ils nous recommandent de bien passer par la route du nord et surtout pas celle du sud. Nous risquerions de traverser une favela dangereuse. Nous suivons avec attention tous leurs conseils!

 

 

Le lendemain matin nous devons reprendre la route, mais pas avant une petite baignade! Nous croisons Juan qui nous annonce qu'ils aimeraient nous accompagner jusqu'à Bahia Blanca, pour être sûr que nous prenions la bonne route. Nous sommes très touchés par cette attention! Mais alors qu'ils sont prêt à partir nous sommes nous prêts pour aller à la plage! Ils sont tellement gentils qu'ils proposent de nous laisser profiter et nous partirons tous ensemble quand nous serons prêt! Notre sortie à la playa sera écourté par l'arrivé d'un orage et de la pluie! Nous rentrons au pas de course, en nous souvenant que nous avons laissé la lessive suspendue dehors! A notre arrivée la lessive à disparu! Au début nous pensons que nous avons été trop naïf et que quelqu'un nous a sans doute volé nos habits. Mais c'était sans compter sur nos nouveaux voisins! Juan nous apporte le linge soigneusement plié! Et il nous annonce qu'il est aussi monté sur banana pour fermé les lanterneaux ! C'est quand même la classe d'avoir des voisins comme ça!

 

Nous mangeons vite fait avant de repartir à la suite du Mercedes! Nous quittons la pluie de Pehuen-Cò et prenons la route de Bahia Blanca dans le sillon de Juan et Suzanna. Direction Valdès? Et bien non! Je vous raconte très vite la suite de notre aventure en compagnie de nos nouveaux amis!

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload