© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Au bord du Rio grande et du Lago Blanco – Retour au source

14/03/2018

Du 7 février au 11 février 2018

 

Magallan et antartique chilien – Patagonie – Chili

 

En continuant notre route sur la ruta 257, nous cherchons un espace pour nous poser non loin d'une rivière. Nous passons par Cameron, un village isolé plein de charme. Les petites maisons en tôles jaunes ou rouges et aux boiseries blanches typique dans cette région, nous rappellent les villages de Finlande .

 

 

Nous continuons notre chemin et nous nous arrêtons vers un ruisseau juste avant Russfin, le long duquel nous pouvons voir les vestiges des années où la région connaissait sa richesse avec les chercheurs d'or. Une vieille machine aurifère, rouillée est posée à quelques mètres de la rivière, venue par bateau d'Angleterre en 1904 elle servira jusqu'en 1906 avant d'être laissée à l’abandon. Cette immense masse d'acier toute rouillée est figée ici pour encore quelques siècles ! Le vent ici est terrible ! La température d'une dizaine de degrés nous paraît bien inférieur de son fait. Nous ne restons pas très longtemps dehors. Nous poursuivons notre chemin et décidons de prendre la direction du lago Linch sur la droite, juste avant l'entrée dans Russfin.

 

 

 

Nous arrivons sur un ripio pas très bon, les ornières creusées par les passages des véhicules ont créé un monticule au milieu de la route et le bas de caisse de banana a la fâcheuse tendance à toucher. Nous décidons tout de même de continuer, Aurélien propose qu'on s'arrête vers le rio si on trouve un endroit pour se parquer. Mais après 18 km sur le ripio nous sommes arrêter par le Rio Grande qui traverse la route ! Et après toutes nos mésaventures d'ensablement nous ne sommes pas prêt à tester le passage à guet dans ce coin paumé ! Nous trouvons une espace plat sur le bas côté et décidons de nous installer là pour la nuit.

 

 

Nous sommes à peine installé que les gars partent pêcher ! Une heure plus tard ils reviennent déjà avec 3 belles truites pour notre souper ! Ils ont pêché des dizaines de poissons et ils n'ont gardé que les plus grosses qui font toutes plus de 30 cm ! C'est presque trop facile ! Même beaucoup plus simple que quand nous péchions dans la pisciculture de notre village du Doubs ! Aurélien n'en revient pas ! Et dire qu'en France, on est tout content quand on pêche des truites qui font la maille (23cm) ! Nous n'arrêtons plus les garçons qui passe leur temps à pêcher. Nous avec les 2 petits nous restons tranquillement au chaud dans banana. Nous passerons 2 nuits ici, les garçons profitent de pêcher toute la journée, je profite d'une journée presque ensoleillée avec beaucoup de vent pour faire toutes nos lessives. Le plus dur ce n'est pas de la faire sécher, avec le temps en 2 heures tout sèche très bien. Le plus dur c'est de frotter le linge dans l'eau glacée du rio ! Mais finalement tout s'enchaîne et nous rattrapons tout notre retard.

 

 

 

 

Les deux petits sont bien occupés entre l'école et leur jeux. Nous découvrons qu'ils n'ont pas besoin de beaucoup de jeux pour s'amuser et s'inventer tout un monde. Nous profitons d'être posé pour faire un brownie au chocolat sans cuisson ! Le top ! Les enfants sont heureux. Titouane passe son temps à pêcher et ne rechigne plus pour faire l'école. Nous nous rendons compte que ce rythme plus calme fait du bien à toute la famille. Nous faisons une overdose de truites ! Les gars ramèneront toujours des truites de plus en plus grosses avec un record de 50 cm pour la plus grosse. En 3 jours ici ils auront pêché près de 35 truites ! Et nous en mangerons bien une dizaine dont plusieurs saumonées ! En trois jours nous ne regrettons pas d'avoir investit dans un permis de pêche. Il est largement rentabilisé !

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons ensuite la route direction le lago Blanco à quelques kilomètres de là, Fédérico, notre ami d’Ushuaïa nous ayant dit que c'est un coin réputé pour la pêche. Nous traversons Russfin, cherchons la station essence, et découvrons qu'il s'agit d'une vieille pompe derrière une scierie. Il nous reste plus de la moitié du plein et décidons d'attendre Rio Grande pour refaire le plein. Sur la route qui mène au lago Blanco, nous remarquons une pancarte d'un hôtel au bord du lago Blanco qui propose des ballades en chevaux. Liloane passionnée par ces derniers, rêve de faire une ballade à cheval. Nous lui avions promis qu'elle en ferait vers Ushuaïa. Mais elle trouve le temps long. C'est devenu une obsession depuis quelques semaines et depuis 2 nuits elle pleure le soir parce que nous ne pouvons pas lui dire qu'en est ce qu'elle pourra en faire. Nous décidons donc d'aller nous renseigner et prenons la direction de l'hôtel. Pour arriver au bord du lago Blanco, nous traverserons une forêt impressionnante, entre les arbres morts et les guanacos. La route n'est pas très bonne, et nous devons traverser un vieux pont. Aurélien descend de banana et décide de renforcer le pont avant que nous passions dessus.

 

Nous finirons pas arriver sans problème vers l'hôtel. Un splendide bâtiment en ossatures bois, aux larges baies vitrées, offrent des chambres avec une magnifique vue sur le lac. C'est vraiment splendide mais en cette période de vacances scolaires et de week-end l'endroit est quasi désert. Nous faisons le tour et sommes invité à rentrer par la propriétaire des lieux, une dame déjà âgée. Elle nous avoue qu'il y a bien longtemps qu'ils ne proposent plus de ballade à cheval ! Mais elle nous invite à rentrer et elle est tellement sympathique qu'elle nous feras même visiter les très belles chambres de son hôtel. La décoration harmonieuse, l'esprit chalet et la chaleur ici rendent l'ambiance douce et agréable. Nous serions presque tenté de dormir ici. Aurélien demande alors par curiosité les prix, pour une chambre familiale nous devrions payer pas moins de 270 euros la nuit ! Ah oui quand même ! C'est plus un hôtel de luxe que le petit chalet en bord de lac ! La dame comprend tout à fait que se ne soit pas dans nos moyens ! Elle est contente d'avoir croisé notre route et trouve les enfants adorables ! Elles nous laisse repartir après avoir embrassé les enfants !

 

Nous rebroussons donc notre chemin et prenons la deuxième route direction le lago blanco. Un panneau indique la présence de plusieurs poissons dans le lac. Des truites bien-sûr mais aussi des saumons. Les garçons sont impatients de pouvoir pêcher ! Nous retraversons donc la forêt et arrivons devant un grand lac, les petites montagnes verdoyantes qui l’entourent nous donne une impressions d’Asie ! Bon sauf qu'ici il fait toujours froid et qu'aux abords du lac il y a toujours beaucoup de vent. Nous trouvons un espace à l’abris non loin de là, à la lisière de la forêt. Nous aurons le droit à un magnifique coucher de soleil le soir, et le lendemain matin nous nous réveillons avec le soleil. Aurélien et Titouane prépare du feux, nous pourrons même déjeuner dehors ! Les garçons partent pêcher et tandis que les petits jouent sur les troncs d'arbres coupés. J'en profite pour faire une longue séance de yoga... Nous passerons 2 nuits ici, et malgré une pêche bredouille, nous profitons de pouvoir faire du feux pour faire notre premier pain cuit au feu de bois puis des pizzas. Et le soir, nous nous retrouvons tous autour de feux pour faire griller quelques marshmallows, ce qui nous rappelle les longues soirées d'été passées autour de notre brasero.

 

 

Nous offrons à Kynan, notre petit blond, une nouvelle coupe de cheveux ! Avec en coiffeur maman et dans un salon de coiffure en plein air ! la classe ;-)

 Et il l'aime beaucoup sa nouvelle coupe de "grand" !

 

Voilà maintenant plus de 5 mois que nous n'avons plus de maison et que nous vivons dans banana. Les enfants parlent encore un peu de la maison. Kynan dit que c'était bien parce que c'était plus grand. Titouane avoue que la salle de foot lui manque, et Liloane s'est toujours la piscine. Mais quand on leur demande si ils referaient le même choix, sans hésiter la réponse est "oui" ! Ils ne regrettent pas d'être là même si parfois la maison d'avant leur manque, la famille et les copains aussi. Nous ne regrettons pas notre choix, et apprécions cette aventure. Même si ce n'est pas tout les jours faciles. Ce ne sont pas des vacances tout les jours, et les prises de têtes sont normales. Mais depuis quelques jours l'école se passe mieux, les enfants se bagarrent moins, nous constatons amusés qu'ils commencent à parler espagnole quand ils jouent ensemble. L'aventure commence à trouver le sens que nous voulions lui donner.

 

Nous quitterons le lago Blanco en début de matinée le dimanche 11 février 2018 pour être tôt au poste de frontière. Nous commencerions presque à nous habituer aux passages de douanes et nous sommes déjà nettement moins stressés ! 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload