© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Ushuaïa – la « fin del mundo » - part 1 – Découverte de la ville et du parque nacionale.

16/04/2018

 Du 13 au 28 février 2018.

 

 

Nous arrivons le 13 février 2018 à Ushuaïa ! Une pluie fine nous a accompagné depuis le lago Marguarita mais elle cesse tout juste pour notre arrivée dans la ville.

 

Nous pensions arriver dans une petite ville de pêcheur mais en réalité Ushuaïa est devenu une immense ville, et son entrée par la zone industrielle ne fait clairement pas rêver. Et ici comme dans beaucoup de ville en Argentine, les constructions disparates et inachevées donne l'impression d'une rapide expansion. Nous décidons de nous rendre directement au centre ville, nous arrivons en face du port est remarquons qu'il y a un immense bateau de croisière, le Queen Elisabeth et ses milliers de touristes qui en descendent ! Le village grouille de touriste, plan à la main et appareils photos autour du cou. Nous nous garons en face du handcraft petit marché artisanal, à quelques pas du centre touristique de la ville.

 

Nous sommes à peine descendu du van que nous sommes interpellés par des touriste Anglais ! L'homme qui nous accoste est d'un enthousiasme incroyable. Il n'en revient pas quand il voit notre petit dernier sortir de Banana, tous ce monde là dedans ! Il nous apprend qu'avec sa femme ils ont le même véhicule est qu’ils voyagent plusieurs mois par an en France ! Il s'intéresse à notre voyage, notre venue en cargo, et il est curieux de savoir si notre véhicule convient pour rouler sur les routes ici. Nous lui avouons nos quelques mésaventures dans le sable tout en admettant que nous ne regrettons pour autant pas le choix de notre véhicule. Même si on est resté coincé 2-3 fois dans le sable, nous apprécions notre petit véhicule qui passe facilement en ville. Nous apprenons qu'ils descendent du gros paquebot et qu'il font un tour du monde de 75 jours ! Il trouvent d'ailleurs le coût de notre voyage en cargo « very cheap »! Nous n'avons pas les mêmes valeurs 😂 ! Mais cette rencontre reste marquante par leur enthousiasme pour notre trip « amazing » ! Nous les quittons amusés et partons visiter la ville. 

 

 

Aujourd'hui nous prévoyons de trouver en ville le bar pour que les gars puissent regarder le match aller real-psg, nous les filles nous ne sommes pas emballées à l'idée alors nous négocions un bar avec wifi pour que je puisse mettre à jour le blog. Nous devons aussi trouver un crique, une grille pour asado (ici les asados n’en sont pas équipé et puis si nous faisons du camping sauvage elle nous servira également), nous voulons aussi essayer de trouver un petit matelas pour Kynan. Effectivement les deux petits dorment tête bêche depuis 2 mois dans le van, mais alors que Kynan reste tout petit, sa sœur grandit à vue d’œil ! Et ses pieds commencent à toucher le nez de Kynan la nuit. Et après plusieurs réveils un peu grincheux, nous nous sommes mis à l'évidence que de toute façon il aurait fallu investir à un moment donné. Nous profiterons aussi de la journée pour faire notre petit tour habituel à l'office du tourisme.

 

Nous voilà donc au centre ville, Aurélien fait les bars les un après les autres et trouvent 2 bars dans lesquels le match pourrait être retransmis, alors que je profite de faire quelques photos. Nous nous laissons tenter par la visite de quelques boutiques de souvenirs. Et nous le regrettons pas, nous tombons enfin sur un livre d'animaux : « patagonia et antartida, guìa de campo » qui regroupent plus de 500 illustrations en couleurs pour identifier les oiseaux, les mammifères terrestres et marins, mais aussi la flore de la région. Les enfants sont tous contents et nous aussi ! Nous pourrons enfin répondre à leurs 200 questions ! Nous ne trouvons pas de grille mais décidons de remettre cette mission au lendemain. Et de nous rendre à l'office du tourisme. Nous passons devant le petit marché artisanal et nous allons y faire un petit tour, Nous arrivons ensuite à l'office du tourisme qui est bondé de monde. Un groupe d'une vingtaine de personnes d'origine asiatique est entrain de faire mettre des tampons sur leur cartes postales et leurs passeports. Après près de vingt minutes d'attente nous arrivons à pouvoir avoir les conseils d'une des personnes de l’accueil. Nous sentons qu'ici les touristes défilent par milliers. C'est clairement pas le même accueille que dans les autres villes où les responsables des offices semblaient tellement content de voir des touristes. Ici aucun enthousiasme de la part de cette personne, elle nous sort les fascicules  les uns après les autres. Entourant avec automatisme les prix du parque national et du petit train de la fin du monde. 

 

Nous partons ensuite vers les petit chalets proposant les activités touristiques de la ville et du canal de Beagle. Nous découvrons le fameux panneau Ushuaïa devant lequel tout le monde se prend en photo. Aujourd'hui vu le monde autant dire tout de suite que ça ne fait pas rêver, les gens faisant la queue pour pouvoir s'immortaliser devant ce panneau. Nous décidons de repartir avec tout nos petits guides et d'étudier tout ça en prenant la direction de notre spot pour la nuit.

 

Nous avons découvert sur Ioverlander qu'ici tous les campings sont fermés, mais qu'il y a plein d'endroit pour dormir sans problème : des parkings en ville, devant les stations ypf ou alors dans les parc municipaux ou le parque nacional. Nous décidons pour cette nuit de dormir dans le parc municipal en face de la station du petit train. Nous découvrons que la place se trouve entre le train et un immense golf en bordure d'une rivière. L'endroit pourrait être fort sympathique mais les déchets qui traînent un peu partout rendent l'espace beaucoup moins accueillant. Nous avons constaté qu'en Argentine la gestion des déchets est un gros problème ! Et le plus gros problème vient d'ailleurs des campeurs. Les zones de camping sont souvent très sales. Les gens ayant pas l'habitude de récupérer les déchets et notamment leurs papiers toilettes. C'est parfois vraiment horrible, au point qu'on ne peut même pas laisser les enfants jouer dehors. Bref, ici nous retrouvons ce problème, et cherchons donc l'endroit le moins pire ! Nous nous installons finalement un peu à l'écart, en traversant la rivière.

 

Les enfants sortent jouer au bord de l'eau, Aurélien va se renseigner sur le petit train pendant que j'étudie les activités proposées à Ushuaïa. Et ça ne manque pas ! Entre les musées, les sorties en bateau sur le canal du Beagle ou les trekking. Mais si nous sommes content de découvrir qu’il y a 2-3 musées gratuits, nous constatons que les autres activités proposées sont assez chères . Nous avions trouvé élevé les 24 euros de l'heure pour la ballade en cheval à Tolhuin, et découvrons qu'ici c'est plus de 31 euros. Pour les sorties en bateau il faut compter pas moins de 100 euros par adultes et les tarifs vont jusqu'à 250 euros. Et pour le train de la fin du monde c'est pas moins de 45 euros pour les adultes. Et les demi tarifs pour les enfants, n'allègent pas vraiment les factures avec 3 enfants. Nous découvrons qu'Ushuaïa c'est un peu la ville touristique des riches ! Nous décidons de commencer par le parque national et les différents sentiers proposés, nous verrons ensuite si nous voulons nous offrir une excursion sur le Beagle.

 

Nous passerons une nuit tranquille ici, le lendemain nous repartons en direction du centre ville. Il fait grand beau et la ballade en ville est d'ailleurs beaucoup plus sympathique que la veille. Nous trouvons enfin notre grille et repérons un matelas pour lit d'enfant qui pourrait peut-être convenir pour kynan. Nous notons les mesures pour nous assurer qu'ils rentrerais entre la banquette des petits et le siège conducteur. Nous allons ensuite nous renseigner pour le permis pêche. Nous découvrons que la tierra del fuego a décidé de se séparer du reste de l'argentine. Ils proposent donc des permis de pêches spécifiques pour la région. Pour une ou plusieurs journées ou à la saison. Mais le tarif pour la saison est de plus de 125 euros. Les garçons sont un peu déçu mais non décidons de ne pas investir dans ce dernier. Effectivement la région est touchée par le dydymo, une algue néfaste pour les rivières qui se propage rapidement avec les pêcheurs en restant sur leur matériel. De nombreux court d'eau sont déjà touchés et le gouvernement à créé des zones de protection dont le parque nacional où il est interdit de pêcher. Nous ne savons pas encore combien de temps nous allons resté sur le terre de feu, nous savons seulement que nous allons resté plusieurs jours au parque nacionale et aux bords du Beagle. Nous risquons donc de ne pas rentabiliser cet investissement.

 

L'après-midi, nous profitons d'une très agréable ballade au bord du canal, et grâce à la douceur du soleil, nous pourrions presque nous mettre en t-shirt. Nous nous rendons ensuite, dans un bar pour voir le fameux match de foot real-psg ! Je profite du débit un peu lent du wifi pour préparer les articles sur le blog. Le retard s'accumule toujours ! Et c'est pas là que je vais le rattraper ! Impossible de charger une vidéo ou des photos. Ici les débits wifi sont vraiment mauvais et c'est presque désespérant ! Bon et on ne parle pas du résultat du match et de la déception de Titouane ! Mais le bar était sympathique c'est l'essentiel ! 

 

Le soir, nous retrouvons la petite famille d'Ushuaïa que nous avions rencontré lors de notre visite aux bosques pétrificados. Ils nous invitent chez eux, nous les retrouvons donc au cœur d'un splendide quartier longeant le Beagle ! Nous sommes d'avis que le plus important pour l'emplacement d'un maison c'est la vue, et ici elle est juste magique... surplombant le canal. Chaque baie vitrée donne l'impression d'être un tableau.

 

L'architecture de cette maison en ossature bois recouverte de tôle rouge avec les typiques boiseries blanches nous laisse rêveur. Les enfants s'y sentirons bien très vite, heureux de découvrir ici les 2 chiens de la famille et amusé de voir qu'un petit lapin vient se blottir contre ces derniers. Mais surtout trop content de retrouver leur copains de jeux Mathias et Marguarita ! Nous ne les entendrons pas de la soirée. Aurélien découvre les techniques de l'asado argentins, cuisiné dans la cheminée par Fédérico. Nous passerons une très agréable soirée, Fédérico nous annonce qu'il a pu organiser un match de football pour le dimanche en fin d'après-midi avec des copains de Mathias. Les garçons sont tous contents ! Nous irons donc passer quelques jours au parc nacional et nous nous retrouverons le dimanche pour le match de football. Nous passerons la nuit ici et les enfants seront tous contents de retrouver les chiens et le lapin au réveil. Nos amis étant déjà partis pour leurs activités respectives.

 

De notre côté nous partons pour le parque national ! A l'entrée, nous apprenons que nous ne pouvons rester que 48 heures et que nous devons aller voir le garde faune pour obtenir un permis de camper. L'entrée est payante pour les enfants de plus de 6 ans et les adultes est nous revient à près de 38 euros. Nous avons sur ivoerlander qu'il est possible de rester plus longtemps, il n'y aurait pas beaucoup de contrôle dans le parc. Nous croisons les doigts pour que ça soit vrai parce que nous aimerions rester 3 nuits ici soit beaucoup plus que 48heures.

 

 

Nous nous installons non loin de la baie Lapataia, où nous trouvons une aire de camping en bordure du rio du même nom. L'endroit est splendide avec vues sur les montagnes environnantes. L'espace est super propre et des toilettes sont à disposition. Nous sommes à peine installé que le responsable viendra les nettoyer. Ici, c'est clairement l'opposer de tout ce que nous avions pu constater auparavant. L'entretien et la propreté sont vraiment au cœur des préoccupations du parc et les responsables ont l'air de prendre leur tâche au sérieux. Plusieurs espaces sont disponible pour faire des asados et Aurélien se lance directement dans sa préparation. Histoire d'appliquer directement les conseils reçu lors de sa formation la veille !

 

 

Après un bon repas et une viande parfaitement bien cuite ! Nous décidons de partir pour faire les sentiers suivants : castorera, senda de la baliza et mirador de lapataia. Nous partons avec des sacs à dos, le goûter et de l'eau. Nous enfilons plusieurs couches (t-shirt chaud, pull et vestes) pour pouvoir faire l'oignon sur les conseils de Fédérico qui nous on avertit qu'ici le temps change rapidement. Il fait assez beau pour l'instant mais décidons de mettre tout de même les gants et les bonnets dans le sac à dos. Et nous voilà partis ! En calculant vite fait sur maps.me nous devrions faire 8 km de marche en suivant les différents sentiers. Mais nous pourrons raccourcir le parcours si les enfants fatiguent. Les petits guides donné à l'entrée du parc annonce des randonnées faciles sur ses sentiers !

 

 

 

Les enfants qui au départ auraient préféré rester jouer au bords du rio, nous étonnent en courant dans tous les sens sur les sentier ! Nous commencerons par faire le sendero castores et découvrirons les huttes de castores. De sympathiques panneaux expliquent comment les castors construisent ces huttes et sensibilisent sur la problématique de leur présence non contrôlée depuis leur introduction dans la région en 1946.

 

 

Nous poursuivons en suite jusqu'au fameux panneau indiquant la fin de la ruta 3, nous arrivons donc ici à la « fin del mundo ». Mais comme le dit si bien Kynan : « c'est pas la fin du monde ici ! Regarde dernière il y a encore de la plage, la mer et les montagnes! » Effectivement la fin del mundo c'est plus une appellation commerciale qu'autre chose. Ici c'est la fin de la ruta 3 mais pas vraiment la fin du monde. Nous nous immortalisons devant le panneau même si concrètement le cadre n'est pas terrible. Il s'agit juste d'un panneau au fond d'un parking ! Parking qui ne désemplis pas de bus de touristes qui font le trajet depuis la ville seulement pour prendre ce panneau en photo !

 

 

Nous continuons notre chemin pour atteindre le phare à la fin du senda de la baliza, la ballade dans les bois est très sympathique et deux petites plages avec vue sur la baie de lapataia sont très charmante. Nous rebroussons chemin puis décidons de rentrer par le sendero mirador lapataia ! Et nous aurons un vrai coup de cœur pour ce mirador ! La vue y est splendide sur la baie et ici oui nous avons une petite impression de bout du monde. Nous imaginons les colons arriver dans cette baie entourée de montagnes verdoyantes ! Et nous profitons de ce petit coin magique pour notre pause goûter ! Nous retournons ensuite à banana pour profiter de la soirée et refaire un deuxième asados. Les enfants ne perdent pas leur motivation et continue de courir sur les sympathiques sentiers. L'alternance forêts et champs rendent ces sentiers super sympa pour les enfants !

 

 

 

 

 

De retour à banana, nous découvrons plusieurs petits oiseaux colorés qui se promènent aux alentours à la recherche de miettes. Très vite les petits oiseaux laissent la place aux énormes caranchos. Deux individus, qui seront très vite rejoint par leurs bébés. Nous venons de finir de manger et nous leur lançons donc les quelques morceaux de gras de notre steak ! Les enfants regarde amusés les cris du bébé qui récupère la viande dans le bec de ses parents. Les enfants passeront la soirée à les observer, ces derniers ayant décidé de ne plus nous quitter, ils tournent autour de banana et des autres véhicules.

 

 

 

 

Le lendemain nous nous réveillons pour une magnifique journée ensoleillée dans le parc. La matinée sera consacrée au activités quotidienne, école et lessive, et préparation de l'asado. En début d'après-midi nous partons en direction du sendero HITO XXIV en passant par le sentier paseo de la isla. Mais en pensant pouvoir rejoindre ce dernier par l'air de camping de l'autre côté de la route, nous nous perdons dans la forêt. Et après 1 h à monter, descendre, enlevé les deux cents épines dans les pantalons des enfants et surtout nous être retrouvé au dessus d'une falaise, nous rebroussons chemin et retrouvons la ruta 3 à quelques mètres de notre camp de base ! Nous commençons à suivre la ruta 3 quand nous croisons le chemin d'une petite famille de français ! Julien, Stéphanie et leurs 2 jeunes enfants sont en tour du monde depuis quelques mois et après l’Asie et la nouvelle Zélande, les voilà sur le continent sud Américain. Ils cherchent aussi le sentier paseo de la isla, nous voilà donc à nous balader tous ensemble ! Kynan étant tout content d'avoir un copain de son âge. Nous trouvons le sentier, et il faut noter que le balisage des sentiers n'est pas très bon ! Nous nous retrouverons plusieurs fois en difficulté avec les enfants, et surtout Stéphanie qui porte leur petite de 2 ans dans un porte-bébé. La ballade qui aurait dû nous prendre 30 min nous prends bien 1h et nous avons tout juste le temps de faire un petit goûter avec eux devant le centre d'interprétation ALAKUSH, qu'il doivent reprendre leur bus direction Ushuaïa ! Avant d'arriver à Ushuaïa on nous avait dit qu'on en croiserait plein des français ! Mais finalement pas tant que ça, et nous sommes très heureux d'avoir fait la connaissance de cette petit famille, que nous espérons recroiser plus au nord.

 

 

 

 

 

 

 

Après les avoir quitter nous prenons la direction du sentier HITO mais les enfants ne sont pas très motivés. Nous ferons moins d'un kilomètre avant de rebrousser chemin et regagner notre campement. Les enfants insiste pour refaire le sentier de la isla, nous ne regretterons pas le détour, nous croiserons de très joli cauquèn pas farouche dont je pourrais facilement immortaliser le portrait ! De retour au campement nous recevons la visite du garde faune, il nous délivre le fameux permis de camper, et nous signifie que nous ne pouvons dormir que 2 nuits. Nous essayons de négocier une nuit supplémentaire mais nous n'arrivons pas vraiment à nous comprendre. Aurélien a l'impression que se serait possible, mais finalement sur le permis de camper il note bien que nous devons quitter le parc le lendemain. Nous décidons de dormir là et le lendemain de nous rendre dans un autre espace réservé au camping en espérant qu'il n'y ait pas de contrôle et qu'on puisse rester une nuit supplémentaire dans le parc.

 

 

Au réveil nous rangeons les affaires et prenons la direction du port de Ensenada Zaratiegui, nous prévoyons de faire le sentier pampa alta et de monter jusqu'au cascade du rio Pipo. Fédérico nous avait indiqué que nous pourrions y avoir du réseau et nous attendons de leur nouvelle pour l'organisation du match de football du dimanche. Dans le même temps nous avons repéré en ville qu'il y aura bientôt le trail d’Ushuaïa et j'ai contacté les organisateurs pour savoir si il serait possible de s’inscrire à la course (malgré que les inscriptions sont clause depuis décembre) et nous proposons de faire aussi quelques heures bénévolats pour l'organisation de l’événement. J'attends une réponse de JVI, mon contact. Nous montons donc en direction des cascades, le temps est gris et nous apprécions d'être dans la forêt. Les enfants sont toujours aussi motivés quand il s'agit de parcourir les petits sentiers, en empruntant les petits ponts en bois. Nous sortons de la forêt pour constater que nous nous sommes trompés de chemin ! Et que le sentier que nous venons de suivre n'était pas sur la carte ! Décidément ici il y a quand même de gros problème de balisage dans le parc. Mais heureusement nous ne sommes pas perdu. Nous arrivons juste en bas de la station de train. Il est d'ailleurs en gare et s’apprête à repartir. Nous poursuivons la ballade en croisant des chevaux en liberté, nous captons du signal en arrivant sur la zone de camping. Fédérico nous apprend qu'il a réservé 2 terrains de foot, un à l'extérieur et l'autre à l'intérieur, il nous redira où se rendre le lendemain en fonction de la météo. Nous recevons aussi un message de JVI qui nous propose de faire une randonnée avec eux le lendemain au cero medio. Nous devons malheureusement refuser l'invitation pour cause de foot.

 

Nous poursuivons la ballade jusqu'au cascade où nous profiterons de nous arrêter pour un sandwich bien mérité après 4 km de marche. Pour le retour, nous trouvons le début du sentier pampa alta, qui nous conduit au travers de la forêt à la découverte des différentes espèces qui compose la forêts. Les 21 panneaux d’informations rendent la ballade très ludique et les enfants avancent d'un bon pas ! Nous apprécions cette ballade ludique à l’abri de la forêt qui bénéficie d'un très joli point de vue sur le canal de beagle. Nous redescendons vers banana en fin de journée et décidons de nous garer sur le place de camping qui se situe un peu plus haut sur la gauche en repartant du port. Nous nous installons pour faire un dernier asados. Nous décidons d'attendre de voir si un garde faune passe et si personne ne passe nous resterons ici tranquillement. Le lendemain, nous aimerions faire le sentier de la costanera qui part du port.

 

Les enfants profitent de jouer vers le ruisseau voisin pendant qu’Aurélien s'occupe de l'asado et que je cuisine. Après un bon petit repas, nous nous retrouvons autour du feu pour faire griller quelques marshmallow ! Un 4x4 chilien avec une cellule vient se garer non loin de nous, les occupants descendent et viennent à notre rencontre. C'est un couple d'allemand en roadtrip, Ils sont forts sympathiques, madame parle le français et elle nous apprend qu'elle venait avec sa classe dans notre région, dans un village à quelques dizaines de kilomètres de chez nous. Nous resterons près d'une heure à échanger, ils nous donnent des conseils pour le sud du chili et nous parle d'un coupure au niveau de la carretera austral. Nous notons l'information. Nous les quittons pour aller coucher les enfants, nous passerons une nuit calme.

 

Nous nous réveillons avec la pluie et fatigués par les 3 derniers jours de ballades, avec une moyenne de 10 km de marche par jour. Nous décidons de renoncer au sendero de la costanera et décidons de repartir pour Ushuaïa juste à temps ! Alors que nous quittons le campement, nous croisons le garde faune ! Ouf on l'a échappé belle ! Nous décidons de nous garer sur le parking de ypf, et de profiter du wifi pour appeler la famille. Nous faisons des visios avec les grand-parents et les cousines. Les enfants ne sont pas très bavards ! Ils regardent le téléphone comme si c'était la télé ! Et ils ne savent répondre que par oui à notre plus grand désespoir !

 

Nous vous raconterons très vite la suite de nos aventures à Ushuaia !

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload