© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

De Villarica à la côte Ouest – entre Volcan, sanctuaire de lobos et visite de mines.

04/08/2018

De Villarica à la côte Ouest – entre Volcan, sanctuaire de lobos et visite de mines.

Du 4 au 8 mai 2018

 

 

 

 

Nous voilà repartis pour une visite du Chili, depuis quelques semaines nous faisons du ping-pong entre les deux frontières, hésitant régulièrement entre un côté et l'autre de la frontière ! Aujourd'hui, une fois de plus nous devons passer la frontière pour entrer au Chili. Nous avons décidé de ne pas jouer avec le feux et nous n’avons donc pas de fruit caché dans les placards, mais seulement un petit sac caché dans le coffre de toit ! Allons nous le regretter ? Disons que nous aurons chaud chaud !

 

Premièrement Aurélien aura la mauvaise idée de faire une petite blague à l'officier de l’immigration. Quand il nous demande si nous sommes les parents des enfants, il répond oui premièrement puis il rajoute "enfin je crois" ! Et l'officier n'aura pas vraiment d'humour ce jour là ! Il va donc nous demander de justifier le lien de parentalité avec les enfants, nous lui montrons donc les passeports en expliquant que nous avons tous le même nom, mais pour lui ça ne prouve en rien que nous sommes les parents des enfants et dans le fond il a raison ! A cette instant je maudis Aurélien qui se retrouve un peu dépourvu face à la tournure de la situation. L'officier nous demande donc de trouver un justificatif du lien de parenté ! Je me souviens que par chance j'ai emmené avec moi notre livret de famille, il faut juste que je me souvienne où il est rangé dans banana ! Je file donc et par chance en moins de 5 minutes je remets la main dessus ! Il n’y a plus qu'à espérer que l'officier se contente du livret de famille.

 

Par chance, l'officier étudie rapidement le livret avant de nous rendre ce dernier et les passeports et de nous envoyer au guichet suivant ! Ouf, nous faisons les documents pour la voiture et prenons ensuite la direction du contrôle sanitaire, je déclare des denrées, j'ai gardé une pomme. Mais cette fois le contrôle sera sacrément poussé ! Du moteur en passant par le dessous des sièges, ils ramasseront tout les morceaux de bois, et les cailloux qu'ils trouvent. Et enfin ils demanderont à ce qu'on ouvre le coffre à l'arrière, ils sont trois à tourner autour du véhicule et nous sommes un peu tendu ! Ils découvrent un crâne de guanaco dans le coffre arrière, il sera lui aussi embarqué, ils nous demande alors ce que nous avons sur le toit ? Nous expliquons que les bidons rouges sont des réserves d'eau ! Ils nous demandent alors ce qu'il y a dans le coffre de toit, nous disons des jouets pour les enfants, des ballons, ils hésitent un instant … Puis nous laisse filer ! Ouf on l'a échappé belle ! Mais cette fois c'est sûr et certain c'est la dernière fois ! Même si bon je crois que j'ai déjà dit ça pour le dernier passage, non ? !

 

Nous reprenons donc la route direction Pucòn, objectif rouler un maximum pour recharger la batterie suite à la mise à jour! Et miracle pour la première fois la batterie se recharge avec 50 ampères ! Alléluia ! Nous voyons la charge se faire super rapidement ! On est tellement soulagé ! On espère que ça va durer ! Ça fait plusieurs semaines qu'Aurélien démonte le câblage et qu'il a l'impression qu'il y a un faux contact ! Nous ferons même un arrêt pour nous assurer qu'en éteignant le moteur et en le rallumant ensuite ça continue à charger comme ça ! Nous sommes vraiment heureux parce que ça marche ! On aurait aimer avoir cette solution bien avant mais bon !

 

Nous faisons un arrêt à Curarrehue pour aller à l'office du tourisme et découvrir ce que nous pouvons faire dans la région. Le gars est super sympathique, il nous explique qu'il y a un parque nacional un peu plus au nord le long de la cordillère, la région est aussi bien connue pour ces bains thermaux ainsi que pour le volcan Villarrica vers lequel nous pouvons passer la nuit, et si le ciel est étoilé, nous pourrions même avoir la chance de voir des lumières rouge orangé à son sommet ! Nous repartons avec plein de carte, et nous nous arrêtons sur la place pour réfléchir à notre prochaine destination. Je serais bien tentée par une séance barbotage dans les bains thermaux mais Aurélien lui a plus envie d'avancer ! On est d'accord sur une seule chose aucun de nous n'a envie de retourner dans la montagne pour faire des randonnées ! Y en a marre du froid ! On veut de la chaleur ! Et finalement on tombe d'accord sur le fait qu'on a tous bien envie de voir des lumières rouges d'un volcan, et par chance le ciel est dégagé aujourd'hui ! Nous décidons donc de filer direction le pied du volcan Villarrica à 46 km de là.

Nous serons impressionnés par Pucòn et ces dizaines de programmes immobiliers de grand standing au pied d'un volcan en activité ! Effectivement ici les cartels de publicité pour acheter un appartement de standing se trouvent entre les panneaux de direction de la voie d'évacuation en cas d'éruption du volcan ! Et ce ne sont pas les petits panneaux d'alerte tsunami ! Ce contraste est assez saisissant pour nous, nous n'arrivons pas vraiment à comprendre comment les gens arrivent à investir dans l'immobilier avec un risque géologique si grand à côté !

 

Nous cheminons tranquillement au sommet de la montagne, qui abrite une station de ski ! Ici, il est effectivement possible de skier sur le volcan ! Nous arrivons au bout du chemin qui nous permet de stationner au pied du volcan, et trouvons un espace vraiment tranquille pour l’observer.

 

 

Et nous voilà maintenant à attendre la nuit impatiemment pour voir les lueurs rouges ! Les enfants profitent de jouer dehors, et de chercher des pierres précieuses ! Nous mangerons avec la nuit tombante, nous attendrons qu'il fasse nuit noire avant d'aller nous coucher déçu... aucunes lueurs rouges au sommet du volcan ! En même temps ça me rassure un peu ! Je trouve finalement que notre idée, de se stationner ici au pied du volcan, loin de la ville et des alarmes en cas d'éruption c'est peut-être pas la meilleure des idées. Mais bon, le chemin était quand même un peu compliqué pour monter jusqu'ici, il n'est pas vraiment envisageable de redescendre maintenant dans la nuit. Donc malgré la petite frousse passagère de maman, nous restons là pour passer la nuit au pied du volcan !

 

 

 

Bon alors oui, j'avoue qu'avec la fatigue je me suis endormie comme une masse, mais je me suis réveillée en sueur à 4h du matin à cause d'un cauchemars dans lequel bien évidemment le volcan avait fait irruption et nous essayons de fuir désespérément avec banana de la lave qui s'écoulait ! Bref, je me lève pour jeter un œil dehors, c'est le silence total, la lune éclaire largement la nuit, et je distingue sans soucis le volcan qui n'a pas changé ! Pas de lumière, rien... mais je n'arriverais pas à me rendormir pour autant. Je suis maintenant convaincue que je ne pourrais jamais vivre ici ! Je me demande comment les gens font pour accepter ce risque, et surtout je me demande si vraiment c'est possible de faire retentir les alarmes avant qu'il ne soit trop tard. Bref, je me rend compte que nous sommes ici bien loin de nos petites préoccupations françaises. Il est loin le temps où l'on dormait tranquillement dans notre maison, sans se soucier d'événement climatique ou géologique... je tournerais donc dans le lit jusqu'à 7h que les enfants se réveille enfin, j'ai bien envie de tout remballer et de filer mais Aurélien me rassure, tout va bien ! Nous nous rendrons compte que ce matin le volcan fume ! C'est comme si un nuage blanc s'écoulait le long de la montagne depuis son sommet ! Nous restons fascinés devant le spectacle !

 

Puis nous ferons tranquillement la routine habituelle, petit-déjeuner et école, avant de nous mettre en route ! Direction la côte ! C'est décidé on veut voir du soleil, et des vagues !

 

Nous ferons donc près de 150 km cap à l'ouest direction la côte et plus précisément le sud du lac Budi lake. Nous y trouverons une plage quasi désertique, où les enfants apprécieront de jouer tout l'après-midi avec le soleil ! Nous pourrons même enlever nos pulls ! Le bonheur ! Nous finirons la soirée en beauté avec un barbecue... De quoi nous remotiver pour la suite !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain la température a bien chuté et nous reprenons la route direction le nord. Nous traversons rapidement la région de saveedra parce que si nous croyons le chilien de l'office de toursime de Carrarehue, la population indienne qui vit ici est en conflit avec le gouvernement, il paraît que la police porte carrément des casques ici ! Mais en réalité nous ne verrons rien de tout ça, seul un panneau le long d'une grande route en construction indique qu'ils ne sont pas enchantés par le développement de la région... Ce panneau disant simplement les autoroutes se sont pour les industries et non pas pour nos calèches ! Et c'est vrai que dans la région nous seront amusé de croisé aussi des panneaux qui ne disent plus cette fois attention guanaco mais attention calèche avec son cheval ! Ça fera bien rire les enfants ! Mais en réalité c'est super dangereux ! Parce que ici c'est des routes qui montent et qui descendent et quand tu te retrouves tout à coup derrière une calèche c'est pas évident !

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous longerons toute la journée la ruta originaria, région des mapuches. Nous nous arrêterons pour photographier les maisons typiques de ce peuple reconstruite sur les places des villages pour témoigner de l'histoire de ce peuple. Nous nous arrêterons également dans la ville de Cañete pour visiter le très beau musée mapuche qui nous permet d'expliquer aux enfants les croyances, les cultures et les traditions de ce peuple. L'entrée est en plus gratuite, et il y a même une salle de projection de dessins animés qui expliquent aux enfants les croyances mapuches.

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons ensuite la route pour nous arrêter à Lota, au sud de conception, ville dans laquelle j'ai appris grâce à iover qu'il y a des mines à visiter et que ça vaut vraiment la peine. Nous nous arrêtons au bord de la plage, nous allons passer la nuit là. Nous allons nous détendre les jambes après la journée de route, depuis la plage, nous pourrons même observer un éléphant de mer qui se promène tranquillement au large. Et avec la pluie fine, le froid et le fait que nous soyons dimanche, nous  serons les seuls à nous promener sur la plage.

 

 

 

 

Le lendemain matin nous partons tôt direction les mines de Lota. Et nous y avons vécu une expérience extraordinaire ! Une immersion dans le monde minier avec la visite des mines Chiflon Del Diablo !

 

 

Nous avons découvert avec l’authenticité de notre guide Roberto, mineur dans cette mine pendant plus de 34 ans, la vie des mineurs dans cette mine unique au monde. Nous nous sommes retrouvés dans la salle des mineurs pour être équipés de casques et de lampes frontales et leur batterie qui pèse leur petit poids ! 

 

 

 

 

C'est là que nous avons compris que nous allions sérieusement descendre dans la mine, on s'est regardé avec Aurélien, mais c'était pas le moment de se dégonfler ! Il n’y avait plus qu'à prier pour que les enfants ne commencent pas à avoir peur !

 

 

Nous sommes alors descendus dans le noir, petit à petit, je sentais la main de Kynan me serrer de plus en plus fort ! Heureusement Roberto a su détendre et rassurer les enfants... Et bien sûr je n'ai pas montré à Kynan mon stress, faut dire que je n'en menait pas large ! Nous avons ensuite cheminé dans les couloirs qui se trouvent sous le niveau de la mer et dont la ventilation est naturelle !

 

 

 

 

 

Roberto nous a fait vivre l’expérience à 200%, nous laissant seul au fond d’un couloir, et là faut dire que je n'arrivais déjà plus à savoir si nous étions venu de la droite ou de la gauche ! Et Roberto nous a rien dit, du coup on a pas oser bouger et on s'est assis sur le banc, en espérant qu'il revienne vite !!

 

 

Il est revenu pour nous inviter à éteindre nos lumières ! On a eu un peu de peine, pas trop rassuré... Il nous a laissé à l'endroit où restait les jeunes enfants seuls dans le noire ... Nous nous sommes donc retrouvés toutes lumières éteintes, ressentant ce que vivaient les jeunes mineurs perdus dans ce labyrinthe sans lumière...Et si on aurait pu croire que ça allait traumatiser les enfants, nous découvrons en sortant que les enfants ont adoré cette visite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon j'avoue, il ne faut pas être claustrophobe, et que le fait de devoir donner le numéro d'un proche en cas d'urgence avant la visite n'est pas très rassurant. C'est en tout cas un excellent exercice de maîtrise de soi ! Et même si la visite de la mine coûte 10 euros par personne, l'expérience en vaut vraiment la peine. Nous avons en plus décidé de prendre l'entrée couplée avec le parc et le musée de la ville. Nous poursuivons ensuite par la visite du village des mineurs, des maisons qui semblent figées dans le temps ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous poursuivons ensuite la matinée avec la visite du parc, qui ressemble à s'y m’éprendre au jardin d'acclimatation à Paris, sauf qu'ici il y a l'océan d'un côté et de l'autre ! Nous découvrons d'ailleurs que Lota est une ville de pêcheur, les nombreux bateaux de pêcheurs attirent d'ailleurs de gros pélican qu'on regardera longtemps aller et venir entre les pontons et les bateaux. Nous apprécions la ballade dans le parc, et finissons par le phare duquel nous pouvons observer une colonie d'éléphants de mer nager et sauter dans les vagues !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous filerons ensuite manger dans banana, avant de visiter le dernier musée qui se trouve juste à côté. C'est une bâtisse ancienne du temps de la prospérité de la mine. Nous y découvrons des objets des miniers mais aussi des céramiques et de la vaisselle appartenant au propriétaire de la mine. Le musée est petit et nous faisons vite le tour.

 

 

 

 

 

Nous reprenons ensuite la route direction le nord à la recherche d'un coin pour dormir ! Nous avons galéré pour traverser conception, plus d'une heure d'embouteillage ! Nous finirons par sortir de la ville et nous décidons de prendre l'autoroute direction Cobquecura, qui est la prochaine ville au nord de conception en bord de mer, j'ai lu sur ioverlander que c'est un spot de surf, et que peut être nous pourrions y voir des lobos. Nous prenons donc la direction, mais au moment de prendre sur la gauche, Aurélien oublie de tourner, nous voilà embarquer sur la mauvaise autoroute ! Arrivé au péage, je me rend compte que si on s'embranche là, nous allons faire un détour de près de 50 km ! Nous décidons de tenter le tout pour le tout ! Vu qu'ici "todo se puede" ! Nous demandons à la caissière du péage si on peut faire demi tour, on lui explique qu'on s'est trompé de route ! Et tadam ici c'est un peu magique les gens trouvent toujours une solution ! Elle appelle donc sa chef, qui vient quelques minutes plus tard nous permettre de reculer et de passer une barrière pour repartir de l'autre côté !  ! On a trop de chance !

 

Nous arriverons en fin d’après-midi à Cobquecura, et nous filons directement nous garer sur la plage... Et dès que nous sortons de Banana, nous sommes intrigués par des grognements... Nous découvrons très vite, une petite île en pierre juste en face sur laquelle se trouve une impressionnante colonie de Lobos ! Nous resterons à les observer nager, sauter dans les vagues jusqu'au coucher du soleil ! Magique ! C'est décidément une journée qui restera longtemps gravée dans nos mémoires ! Nous passerons une super nuit, bercés par le chant des lobos et des vagues ! Nous nous réveillons en plus avec un magnifique soleil ! Au programme jeux dans le sable pour les enfants, yoga pour maman et drone pour papa ! Qui nous ramène de super vidéo des lobos, C'est tellement sympa de les voir nager qu'on fait directement un petit montage vidéo. Pour la première fois du voyage, Kynan demande a utiliser sa petite moto qui est accrochée derrière banana depuis le début ! Nous profiterons aussi de cette belle journée pour faire un petit risotto et de le manger allongé dans le sable ! Le top !

 

 

 

 

 

 

Nous serions bien restés ici à profiter encore, mais le temps se gâte, nous décidons donc de poursuivre notre route ! Nous roulerons toute la journée, et finirons par nous poser le long de la route m-50 avant Constitution, pour y passer la nuit.

 

Au réveil, nous profitons du calme pour faire l'école. Qui se passe merveilleusement bien ce matin, j'en profite pour faire un petit bilan :

 

L’école à la « maison » n’est pas un choix que nous aurions pris dans une vie sédentaire... mais le road trip nous a amené à découvrir ce mode d’instruction... et il nous aura fallût six mois pour trouver nos repères et surtout donner l’envie aux enfants de travailler... au départ nous avons pensé qu’ils avaient juste de la peine à différencier nouveau mode de vie et vacances. Mais plus les semaines passaient et plus l’école devenait la bête noire du voyage ! Nous laissant envisager un retour précipité pour ne pas leur faire prendre trop de retard sur le « programme » ! Mais depuis quelques semaines et la rencontre avec une autre famille de voyageur qui nous a prêté deux livres clés : « les lois naturelles de l’enfant » de Céline Alvarez et « instruire en famille » de Charlotte Sien, nous avons opéré quelques changements... notamment en donnant plus d’autonomie aux enfants et surtout en quittant le rôle de maître et maîtresse qui décident et ordonnent... et nous constatons que les enfants apprécient de ne plus nous avoir sur leur dos ! Et ils se prennent en charge, s’entraident et nous impressionnent ! Titouane a lu 4 romans de près de 200 pages en un mois, de sa propre initiative ! Et le plus incroyable c’est que maintenant, le matin, les enfants se lèvent, s’habillent et commencent leur travail sans même que nous leur demandions de le faire ! Une petite révolution s’installe... pour notre plus grand bonheur !

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload