© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Bolivia - de San Ignacio à Santa Cruz

27/09/2018

Bolivia - de San Ignacio à Santa Cruz

 

Du 30 août au 1er septembre 2018

Après avoir quitter notre petit camping de San Ignacio, nous reprenons la route direction la station essence du coin. Objectif : réussir à acheter de l’essence en tant qu’étranger ! Et finalement nous serons surpris de voir Aurelien revenir rapidement avec les deux bidons d’essence plein pour la modique somme de 18 euros soit à peu près 50 Cts le litre ! Nous voilà rassuré pour la suite...nous espérons seulement que ça durera comme ça !

Nous filons vers Santa Cruz en passant par la ruta F10 parfaitement asphaltée ce qui est bien appréciable après tout les kilomètres de ripio que nous avons fait il y a deux jours ! Nous nous arrêtons sur les conseils de Rudi au camping de Las Piedras !

 

 

Qui portent bien son nom puisque c’est comme si les dinosaures avaient joué une immense partie de football avec des cailloux ! Les pierres sont posées comme par enchantement ci et là ! Le camping est splendide avec un petit point d’eau. Nous y passerons la journée à flâner ! Nous achèterons aussi du fromage de buffle puisque qu’il y a un élevage dans la ferme qui fait camping.

 

 

 

Le lendemain matin nous reprenons la route direction Santa Cruz.

 

En chemin nous nous arrêtons dans un petit village dans lequel il y aurait un paresseux dans les arbres de la place principale ! Nous guettons chaque arbre mais on n’y voit rien ! Et surtout nous sommes les seuls à regarder en l’air et on finit par se dire qu’on va passer pour des fous ! Nous profitons de la place animée et des petits vendeur de rue pour tester la chicha de Mani et le jus de coco frais ! Puis nous repartons direction Santa Cruz...

 

 

 


A Santa Cruz nous serons impressionnés par le contraste entre la périphérie, ses marchands ambulants sur la double voie et le centre ville et ses boutiques de luxe, les gardes à l’entrée de chaque magasin. Si le pays est pauvre, il est certains qu’il y a quand même quelques familles bien riches. Ce constat sera amplifié en passant de l’autre côté du Rio Piraì. Ici, la ville de Urubo, est en fait une succession de quartier privée sécurisé et de quinta (maison de week-end) luxueuse... dans sa périphérie les terrains des locaux sont tous à vendre... ici il est clair que tout le monde veut profiter de l’extension de ce quartier riche.
 

 


Nous quittons ce quartier direction le village voisin et un point iOverlander. Un granja tenue par une famille de voyageurs qui s’est sédentarisée ici. Nous découvrons après une route très sablonneuse que la granja est en faite une quinta, et qu’ils sont actuellement sur Santa Cruz. Nous ne les rencontrerons donc pas mais nous ferons connaissance de leur employé et de leur animaux deux chiens et deux chats pas farouche qui tenterons même de rentrer à plusieurs reprises dans banana ! Les enfants passerons la fin de l’après-midi à jouer pendant que nous faisons un peu de ménage dans banana !

Le soir nous profiterons du temps clément pour manger dehors ! Puis nous aurons la mauvaise surprise de découvrir, en enfilant les pyjama des enfants, que ces derniers  sont pleins de tiques ! Par chance ils ne sont pas tous accrochés et nous enlèverons pas moins de 15 tiques sur nos tiliky !

La nuit sera aussi agitée puisqu’à 23h nous sommes réveillés par un énorme orage qui sévit juste au dessus de notre tête ! Nous assisterons au spectacle depuis les lanterneaux et nous sommes ravis de le voir s’éloigner après 30 minutes... Kynan s’est réfugié dans notre lit... alors que Liloane elle semble imperturbable !

 

 

 

 


Nous nous réveillerons un peu préoccupé par la route. Nous ne savons pas comment nous allons trouvé la route sablonneuse de la veille avec toute la pluie de la la nuit. Nous décidons donc de ne pas nous attarder et après le petit déjeuné nous nous mettons en route direction Samaïpata à près de 100km. J’ai repéré plusieurs sites à visiter en route grâce à iOverlander mais j’ai aussi remarqué qu’il y a un poste de police qui pratique allègrement la corruption des voyageurs étrangers ce qui fait couler beaucoup d’encre ! Nous sommes un peu stressés à l’idée d’y passer mais nous n’avons pas vraiment le choix.
 

 


En arrivant au poste de contrôle nous constatons que la barrière enfin, la corde, est abaissée nous espérons pouvoir passer sans nous arrêter mais le petit vieux au bout de la corde se réveille juste à temps pour tirer la corde devant nos roues avant ! Aurélien descend donc avec tout les papiers et va voir le vieux qui l’envoie à la policia juste derrière... il y reste de longue minute et nous l’observons depuis banana fébrilement. Puis il revient au pas de course pour nous dire qu’on peut filer ! Il nous raconte ensuite qu’il a trouvé dans le poste un gros flics avachi dans son fauteuil, une énorme bola de coca dans la joue. Difficile de comprendre ce qu’il voulait, il a demandé d’où on venait et où on allait avant de demandé la « contribution ». Étant donné que nous étions sur une route à péage et que nous avons déjà payé le péage, Aurélien lui a montrer le ticket en disant que si nous avons déjà payé le péage ! Le flic insistera trois fois et Aurélien répondra les trois fois en montrant le ticket et en insistant « si si ! » comme quoi la contribution on l’a déjà payée ! Le flic a finit par comprendre qu’il n’y arriverait pas et l’a laissé partir !!

 

Nous continuons donc notre chemin tranquillement direction : Samaipata !

 

Mais je vous raconte tous ça dans le prochain article ;-)

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload