© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Premier pas en Bolivie, de San Matias à San Igniacio

27/09/2018

Premier pas en Bolivie, de San Matias à San Igniacio.

Du 27 août au 30 août 2018.



Nous arrivons en début d’après-midi en Bolivie, et la différence est flagrante ici ! C’est un peu comme l’Afrique... des routes en terre rouge, des case en terre et en paille et surtout des postes militaires avec des gamins armés jusqu’aux dents qui font flipper ! On doit s’arrêter au premier poste et s’enregistrer. Ils nous indique que la douane est située dans le premier village à San Martin. Nous nous y rendons est découvrons des bureaux de polices flambant neuf ! Nous faisons tamponner nos tampons et après quelques photos ! Et oui ici on est ficher... nous pouvons nous rendre à la sortie de la ville pour faire le tip du véhicule.

Nous arrivons donc dans la fameuse Aduana, on doit laisser une copie du passeport au gardien. Nous serons rejoins par un couple voyageant en 4x4 qui quitte la Bolivie... ils nous rassurent on passera partout avec notre van ! Et si ils sont arrivés après nous, ils repartirons avant nous ! Il est maintenant évident qu’il est plus facile de sortir que de rentrer ! Aurélien tardera tellement à revenir que nous finissons par préparer à manger et nous mangeons avec les enfants sur le parking !

Nous sommes contents de voir Aurélien revenir, et on ne s’attarde pas sur le parking... nous retournons en ville dans l’objectif de tirer des Bolivianos ( la monnaie locale). Nous découvrons médusés qu’il n’y a qu’une seule banque et que la queue est très longue devant ! Nous trouvons dans la même rue un bureau de change et Aurélien part changer nos derniers reals brésiliens pour qu’on est au moins de quoi acheter à manger. A ce moment je me dis que finalement c’était inspiré que de transformer les petites courses du matin par un gros plein de peur de ne pas trouver de tout en Bolivie ! Nous en profitons pour acheter un cd de musique locale et découvrons amusé que nous pouvons voir les clips sur le lecteur de banana et faut dire que ça vaut des points !

 

 


Avec tout ça le temps passe et finalement redoutant un peu les conditions de routes entre san Matias et San Ignacio nous décidons de dormir à la sortie de la ville dans un centre récréatif, avec des asados et des quincho. Je lis sur iOverlander qu’il a été rénové en 2017 mais honnêtement aujourd’hui il a été laissé à l’abandon et surtout pilier ! Il ne reste dans les toilettes que les arrivées d’eau !

Mais le coin à l’air sympa, il y a beaucoup de pêcheur. Dont des enfants, les nôtres iront donc leur demander avec quel appât il faut pêcher. Nous verrons les deux jeunes pêcheurs se rapprocher de notre campement et ils discuterons avec Aurélien et les enfants une bonne partie de la fin de journée. Nous découvrons qu’ils sont là pour pêcher le repas du soir, nous leur donnerons d’ailleurs nos quelques petits poissons avant qu’ils ne rentrent chez eux.

 

 


Nous passerons une nuit calme ici après un superbe coucher de soleil ! Le matin nous nous levons aux aurores et après un peu d’école et de pêche, nous prenons la route direction San Ignacio ! Nous savons que nos copains les Croods ont mis 3 jours pour faire la route... nous nous armons donc de patience !

La route avec ses ponts en bois et ses marécages nous rappelle le Pantanal ! Il y a quelques caïmans, et des oiseaux mais beaucoup moins que dans la zone protégée de la transpataneira ! Nous découvrirons d’ailleurs quelques cadavre de caïmans laisser sur le bas côté sans leur queue puisque c’est cette partie qu’ils mangent ici.

 

 


Nous découvrons aussi que la route est un ripio en tôle ondulée... pas celui qu’on préfère et nous décidons de faire la technique survole qui consiste à rouler à plus de 70km/h, le plus dur étant de prendre de la vitesse avec tout qui tremble dans banana ! Mais une fois la vitesse de vole atteinte c’est presque comme si nous étions sur l’autoroute ! Mais nous devrons quand même ralentir pour les ponts, les villages, les animaux sur la route et notamment un gros serpent !

Nous aurons aussi le droit à un nombre impressionnant de barrages militaires lors desquels à chaque reprise Aurélien doit enregistrer le véhicule et son numéro de passeport ! Finalement nous avançons bien et en début d’après-midi nous nous arrêtons acheter quelques saltenas, empanadas fourré avec des pommes de terre et de la viande. Que nous décidons de manger en route !

 

 


Nous passerons la journée à rouler, impressionné par les villages et leurs habitations rudimentaires... ici pas d’eau courante, très peu de maison sont connectées à l’électricité et d’ailleurs rares sont les maisons qui ont des portes ! Nous passons devant ces nombreuses petites communautés et découvrons au fil de la route ces femmes boliviennes en tenue traditionnelle, avec leurs longues tresses et leur chapeau melon.

 

Nous arrivons à San Ignacio avant la tombée de la nuit et nous cherchons une banque, nous essayons de tirer des sous mais impossible, le bancomat refuse notre MasterCard. Nous essayons sans succès 3 banques !!! Nous sommes un peu stress, nous avons tout juste 100 bolivianos soit tout juste 12 euros... nous irons pas très loin avec ça ! Nous nous rendons directement dans un spot iOverlander réputés chez un couple suisse-bolivien. Nous sommes chaleureusement accueillis par Rudi et Miryam qui nous permettent de nous garer dans leur petite cours. Nous avons accès à des sanitaires et ils proposent des services de lingerie et ils vendent des pains aux céréales ! Nous leur expliquons notre problème de liquidité et Ils nous proposent d’aider Aurélien le lendemain et de l’emmener dans les banques pour régler ce problème !

 

Nous sommes ko après 350 km de route et nous grignotons vite fait avant de filer au lit...

Le lendemain matin au réveil Aurélien file en moto taxi avec Rudi en ville... mais il revient bredouille. Nous n’avons pas beaucoup de solution soit attendre Santa Cruz pour tirer des sous, soit trouver une banque qui accepte de nous changer des dollars.

Nous repartons donc en famille visiter la ville et trouver cette fameuse banque. Nous commençons par banco union qui accepte mais il leur faudra plus d’une demi-heure pour réussir à rentrer mon numéro de passeport dans leur système et pouvoir me donner des boliviannos ! Nous filerons ensuite visiter la ville et trouver un restaurant !

 

 

 

 

Nous aurons un très gros coup de cœur pour cette petite ville au charme fou ! Ici les coursives, les poteaux de bois et la petite cathédrale en bois nous transportent vraiment dans l’Amérique du sud ancienne que nous avions imaginée !

Nous aimerons beaucoup nous promener dans les ruelles et le mercado. Nous sommes méfiants parce que la Bolivie n’a pas la meilleure des réputations pour les visiteurs. Les grandes villes sont souvent le lieu d’agression envers les touristes. Mais ici nous pouvons nous promener tranquillement même si nous restons sur nos gardes.

 

 

 

Nous profiterons de tester notre premier restaurant ! Et nous mangerons des menus du jour à 5 pour à peine 12 euros ! Ici le coût de la vie est vraiment pas cher. En cheminant dans la ville nous découvrons une banco fie que nous n'avions pas testé et nous découvrons que nous pouvons y tirer des sous ! Nous faisons donc un plein de liquide histoire d’être vraiment tranquille les prochains jours.

 

 

Nous retournons ensuite au camping, nous donnons notre linge à laver et nous commandons un pain au quinoa avant de retourner nous promener au bord du lac. Nous resterons en chemin un jus d’abricot mais l’origine de l’eau qui flottait dans une glacière n’est pas inspirante et nous ne tentons pas le diable ! Si nous pouvons nous éviter une courante ...Après avoir laissé les enfants jouer au bord du lac un moment, nous remontons tranquillement au camping. En route nous voyions de jeunes enfants rentrés seuls chez eux après la fin de l’école. Ici les enfants sont clairement beaucoup plus autonomes que chez nous.
 

 


De retour au camping les enfants font la connaissance des filles de Rudi et Miryam et ils joueront ensemble toute la soirée ! Nous sommes impressionnés de voir que les enfants jouent toujours aussi bien en espagnol et qu’ils ont rien perdu de notre séjour au Paraguay.

 

Nous passerons une dernière nuit calme ici, au réveil Aurélien part avec les deux grands pour achetés des bidons pour acheter de l'essence ! Ils reviendront en moto taxi bien chargé !

 

 

 

 

 

Nous remercions vivement Rudi et Myriam avant de reprendre la route le lendemain matin direction Santa cruz !

 

 



 

 




Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload