© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Juliaca... un mauvais souvenir!

14/11/2018

Juliaca... un mauvais souvenir !
 

23/9 Nous arrivons à Juliaca pour midi, nous aurons de la peine à traverser la ville. Non seulement la route est chaotique mais la circulation aussi... Nous ferons plusieurs arrêt, pour acheter des empanadas, puis pour trouver une carte SIM, que nous ne trouvons pas. Nous arrivons ensuite dans le centre ville mais entre les travaux et une fête foraine c’est un cauchemars surtout avec les dix milles touc touc qui circulent de tout les côtés !



 

 

 

 

 

Nous serons soulagés en arrivant à la sortie de la ville. Nous n’avons pas réussit à trouver de carte sim mais tant pis, nous attendrons Arequipa ! Nous décidons de poursuivre direction les montagnes de la coordillères qui nous séparent de la côte péruvienne.

Sur la route nous avons l’impression que banana perd vraiment beaucoup en puissance surtout dans les montées. Nous décidons donc de nous arrêter au bord de la route. Aurélien refait les niveaux et contrôle le filtre à air. Puis nous repartons. Nous nous engageons sur une route à péage mais après 20 km alors que nous sommes à 4300 m le moteur ralenti tellement dans une montée que nous sommes obligé de nous arrêter. Nous décidons de laisser reposer le moteur.

Mais finalement même quand nous redémarrons, le véhicule n’arrive pas à repartir, c'est comme si il pesait deux fois plus qu'avant. Aurélien décide donc d’aller chercher de l’aide ! Nous sommes dans un virage, et pour rien n'arranger il commence à neiger et nous envisageons difficilement de passer la nuit ici avec 3 enfants.

 

Après plusieurs minutes sous la neige, l'invitée surprise au programme des galères... Aurélien part dans un camion, aucune de la dizaine de voiture passée avant lui ne s'est arrêtée, mais comme dit le chauffeur du camion, ici les gens ont trop peur des braquages à main armée en bord de route sous le prétexte du coup de la panne. Bon forcement déjà que la situation ne nous réjouissait pas, voilà qu'en plus nous allons être inquiet pour notre sécurité. Je ne fais pas la fière et Aurélien n'est pas serein à l'idée de nous laisser au beau milieu de nulle-part. Mais nous n'avons pas d'autre choix ! 

 

Les minutes nous paraîtrons une éternité et je serais soulagée de le voir revenir une bonne heure plus tard avec une bonne nouvelle il y a un service de remorquage. Gratuit en plus ! Mais malheureusement ils ne veulent pas nous descendre à Arequipa ! Il faut que nous retournions à Juliaca ! Il y a près de 80km... et nous n’avons pas vraiment envie de retourner là bas !

 

 

 

 

 

 

Mais bon on ne veut pas non plus rester ici ! Nous attendons donc le remorqueur qui arrive juste avant la tombée de la nuit. Aurélien et Titouane resterons dans Banana, alors que je monte avec les deux petits dans le camion du remorqueur.

La journée a été longue, les enfants ne tardent pas à s'endormir, avec Aurélien nous ne pouvons pas communiquer et le trajet est interminable... Et malheureusement je n'arrive pas à parler avec notre sauveur du jour, qui pourtant ne manque pas de bienveillance et de sympathie. Ce n'est pas vraiment le problème de la langue, je me débrouille maintenant très bien en espagnol. C'est plus que je suis vraiment trop préoccupée.

Il nous remorque jusqu’à la périphérie de Juliaca, de l’autre côté de la ville où nous avons repéré un garage Fiat ! Il aurait dû nous laisser à l'entrée de la ville mais il a refusé d’obéir à sa hiérarchie et pour nous aider il nous a fait traverser la ville ! Une vraie aubaine pour nous. Nous lui donnerons un petit cadeau pour le remercier.

Nous voilà donc devant une grande concession multi-marque dont fiat. Nous y passerons la nuit.... de loin pas la meilleure des nuits. Le bâtiment est surveillé et le gars de la sécurité vient nous autoriser à nous rapprocher pour être dans la lumière, et il nous promet même de nous surveiller ! Mais nous n'arrivons pas à oublier que nous sommes bloquer, et qu'entre le garage et l'avenue principale de la ville se trouve un champs dans lequel des hommes viennent brûler des poubelles.
 

 

24/9 le matin le réveil est difficile, nous apprenons que le garage est fermé en ce lundi pour cause de jour férié ! Par chance le vendeur présent lui malgré le jour férié, apprend à Aurélien qu'en faite ils ne font plus fiat, c’est maintenant le garage Mercedes de l’autre côté de la rue !

Nous sommes un peu dégoûté ! Nous faisons l’école pour occuper les enfants et après le repas Aurélien par en ville avec Titouane pour trouver une carte SIM, de l’eau et un peu de vivre histoire de pouvoir survivre jusqu’au lendemain.

Et alors qu’il atteint la route principale voilà qu’il voit les Croods qui passent par là !


 

Nos copains décident de rester avec nous pour nous soutenir moralement et ça fait du bien ! Alors que nous avions été bien épargner jusque là, eux ont malheureusement déjà connu le passage à la case garage. Ils savent donc vraiment nous remonter le moral !

Pendant que les enfants jouent et que stéph me remonte le moral, Aurel part au garage mercedes pour organiser la prise en charge de banana, malheureusement ils nous apprennent qu'ils n'ont pas de scanner ici et qu'ils doivent le commander au garage de Cusco mais le scanner ne sera pas là avant 2 jours! Les Croods décident de rester avec nous, parce que le quartier n’est pas des plus sécurisant et que beaucoup de monde sont passés le long de la route toute la journée. Pour Alain, c'est clair que nous sommes repérés et que dans cette situation mieux vaut être deux camions. Enfin surtout dans le sens le gros camion protège le petit banana ;-) 

 

Alain et Aurélien jettent un œil au moteur et Alain veut nous redonner espoir en disant que c'est peut être seulement le manque d'oxygène dû à l'altitude mais bon par contre là où se serait la m... c'est si le problème vient de nos injecteurs... Bon nous avouons que nous préférons penser au pire histoire de ne pas trop déchanté. L'attente est un peu longue... heureusement que les moutons viennent égayer nos journées...

25/9 le lendemain Aurélien part pour négocier avec le garage pour qu’il regarde déjà un peu le van. Et après une bonne négociation le garage accepte de venir remorquer le van avec un véhicule du garage. En les attendant nous faisons l’école... et avec des copains c'est beaucoup plus sympa !

 

 

et nous observons une mamie promener son cochon en laisse !
 

 

En début de journée ils viennent enfin chercher banana ! Nous les aiderons en poussant le van jusqu'à l'avenue principale Avec Alain.
 

Alors qu’Aurélien est au garage avec le van, avec les enfants nous avons le droit d’assister au décollage du faucon millénium ! Tout un programme, ils rigolent pas les copains : check-list complète avant le départ ! on sent bien là les années d'expériences !

 

Et du coup les Croods profitent du garage pour faire une petite vidange puis ils reprendront la route vers Cusco nous laissant en sécurité dans le garage.
 

 

 

Bon quand on voit le camion d'à côté, on se dit déjà qu'il y a pire que nous !!

Dur dur de voir les copains partirent ! Heureusement qu'ils étaient là ces derniers jours ! encore milles merci les amis ;-)

 

Malheureusement nous apprenons que le responsable de la sécurité ne nous autorise pas à dormir dans le véhicule. Nous devons donc trouver une solution.

 

Nous découvrons alors un hôtel juste à côté, nous allons le visiter et nous découvrons des grandes chambres confortables. Nous négocions une matrimoniale et une chambre triple pour 20 euros la nuit. Puis nous déménageons toutes nos affaires de valeurs, un peu de nourriture et quelques vêtements pour nous installer à l’hôtel Inca. Aurélien retourne lui au garage. Pour suivre les avancées des recherches.

Les enfants apprécient la télévision et les dessins animés en espagnol pendant que je tourne en rond !

27/9 Aurélien passera la journée au garage, ils y feront le scanner qui ne montre aucun problème, ce qui nous rend un peu fou !

Pendant ce temps, je resterais à l’hôtel avec les enfants. Je profite d’avoir du réseau pour mettre des articles sur le blog. Dans le même temps j’envoie un sos sur Facebook pour savoir si des gens pourrait nous aider à comprendre pourquoi banana nous joue des tours ! Un énorme élan de solidarité me remontera le moral ! Les gens veulent tous nous apporter leur aide. Et nous sommes très touchés ! Alors à vous tous qui me lisez et qui étaient prêt à nous venir en aide encore une fois milles merci !


 

A midi Aurélien vient chercher les deux grands pour les emmener manger en ville, ils prendront même un tuc-tuc pour le plus grand bonheur des enfants qui aiment tester de nouveau mode de transport !

 

 

28/9 Le lendemain en fin de matinée le van roule de nouveau ! Nous sommes content, nous reprenons donc la route ! Nous nous arrêtons en ville pour faire quelques courses dans un super marché ! Et là on se croirait vraiment dans un centre commercial français !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous faisons le plein puis nous reprenons la route ! Nous commençons à connaître le centre ville et nous mettrons moins de temps pour le traverser  cette fois.

 

 

 

Tout va bien, mais après 30 km et alors que commence l’ascension, Aurélien se rend compte que banana n’avance plus, pied au plancher le van n’accélère pas ! Nous réfléchissons un peu, puis nous ne prenons pas de risque et décidons de faire demi-tour.

 

Nous voilà donc de retour à la case garage. Les garagistes ne sont pas super enthousiastes de nous revoir, parce qu'ils ne comprennent visiblement, eux aussi, pas trop ce qui se passe... Mais ils seront super sympa et devant mon désarrois à l’idée de devoir de nouveau dormir à l’hôtel, les employés négocierons pour que nous puissions dormir cette nuit dans le garage. Ils passeront la fin de la journée à démonter toute la ligne de la vanne erg pour la nettoyer.

 

 

Pendant que les garagistes s'activent, les enfants s'occupent comme ils peuvent ! par chance dans ces moments là, ils nous aident et ils ne font pas les difficiles !

29/9 Le lendemain les mécanos bosseront jusqu’à 14h et ce, alors que le garage aurait dû fermer ces portes à 12h, et ils auront tellement pitié de nous qu’ils ne nous ferons même pas payer les heures de boulot.

Nous reprenons donc la route, objectif réussir à passer le col à 4m500 car les garagistes sont persuadés qu’après le véhicule devrait mieux fonctionner !


Nous refaisons donc les mêmes kilomètres que la dernière fois, et nous commençons à les connaître par cœur !

Arriverons nous à quitter la cordillère ? Réponse au prochain épisode !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload