© 2023 par Tiliky-trip . Créé avec Wix.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux en cliquant directement sur les petites icônes.

  • b-facebook
  • @tiliky_trip

Arequipa, la ville blanche !

16/11/2018

31/09 Nous avons quitter Juliaca en début d'après-midi, et nous espérons pouvoir atteindre Arequipa et enfin quitter la cordillère et son altitude. La côte sera difficile, le van avance tout doucement et nous nous faisons doubler par des camions ! Nous finirons pas nous arrêter au milieu de nulle part, au bord d’un lac. Nous décidons de laisser le moteur refroidir et de nous reposer. Nous reprendrons la route le lendemain matin.
 

 


Au réveil, nous sommes stressés, arriverons nous à passer ce fameux col. J’arrête pas de regarder maps.me et de calculer les kilomètres et d’essayer de comprendre les courbes d’altitude pour savoir si nous allons bientôt entamer la descente.

Il faudra plusieurs tentatives stressantes pour démarrer le moteur, puis nous prenons la route. Et malgré qu’il n’ait pas vraiment de patate, il avance tranquillement et sûrement ! Chaque kilomètres est une victoire et nous sommes content d’arriver au sommet ! Mais nous constatons très vite que nous allons devoir enchaîner les montées et les descentes.

 

Nous finissons pas arriver à un contrôle phytosanitaire. Nous leur laissons 3 pommes, et continuons jusqu’au péage où finalement nous faisons une pause. Nous rencontrons des voyageurs argentin avec un Fiat Ducato ! Le conducteur nous rassure, ils ont exactement les mêmes soucis et il nous rassure ça ira beaucoup mieux vers la côte. La perte de puissance serait seulement lié à l’altitude.

Nous avions dis que nous nous arrêterions aujourd’hui dimanche, dans la pampa pour arriver seulement le lendemain à Arequipa pour faire contrôler le véhicule chez Fiat. Mais finalement nous filons directement jusqu’à la ville.

 

 

Un des mecs avec qui Aurélien à discuté la veille nous a conseillé le garage d’un ami qui aurait un scanner plus performant que ceux de Fiat. Plein d’espoir nous y allons et nous passerons le début d’après-midi dans une rue juste à côté.

Entre temps des amis, nous ont trouvé un contact chez Fiat en France, nous le contactons donc et nous lui exposons nos problème. Il écoute le moteur à distance et il nous explique que le problème vient sûrement des injecteurs. L’arrivée de gasoil se faisant mal, nous perdons en puissance. Il essaie d’être rassurant en nous expliquant que c’est très rares de devoir changer des injecteurs. Mais nous voilà déjà pessimistes. Des voisins viennent voir Aurélien pour nous dire que nous ne pouvons pas rester là pour la nuit que le quartier est dangereux. Pourtant ce dernier nous paraissait un peu classe et sûr. Le monsieur explique alors à Aurélien que oui les gens payent un service de sécurité pour la nuit, mais qu’il y a quand même des cambriolages et que nous attirons l’attention. Ils nous conseillent d’aller vers la police à deux rues, ils nous disent que nous y serions mieux. Nous sommes un peu embêtés nous ne comptions pas bouger. Voyant notre hésitation, il décide de nous donner le numéro du service de sécurité. Si nous passons la nuit là c’est mieux de l’avoir.

Après réflexion nous allons voir ce fameux poste de police mais nous découvrons que la place sur laquelle il se trouve est aujourd’hui réservée pour le meeting d’un politicien ! Il y a un peu de monde et la circulation est compliquée ! Et surtout il n’y a aucune place de parking libre.

Nous décidons donc d’aller nous balader dans un centre commerciale pour nous changer les idées. On se croirait à Hornebach! C’est le paradis du bricolage et ça nous distrait pas mal !

 

 

Nous regagnons le quartier avec le garage, et nous décidons d’y passer malgré tout la nuit... le meeting et sa petite fête battant toujours son plein à quelques rues de là. Aurélien et les deux grands partent d’ailleurs commander à manger et ils partent en même temps se balader pour sentir un peu l’ambiance de la ville et du quartier. Ils reviennent 45 minutes plus tard pour nous dire que tout est tranquille, les bras chargés de salsipapas, des frites avec des saucisses spécialités péruviennes dont les enfants raffolent !


 

 

Nous sommes tranquillement entrain de nous préparer à dormir quand quelqu'un frappe sur le van. Nous hésitons à ouvrir. Puis ça insiste. Nous ouvrons timidement le volet. Nous découvrons le monsieur qui nous a parlé plus tôt dans l’après-midi. Il est accompagné de sa famille. Ils nous expliquent que si nous avons besoin de quoi que se soit nous pouvons toquer à leur porte. Ils nous donnent également leur numéro de téléphone. Nous les remercions et nous sommes très touchés par autant de sympathie.

1/10 Le matin nous sommes réveillés tôt, nous sommes impatients d’être fixés sur notre sort et de comprendre ce qui ne va pas chez banana. Nous arrivons dès l’ouverture au garage. L’ami du garagiste d’Arequipa a en fait appeler un autre ami. Rien n’est très clair et le gars veut qu’on fasse le scanner en roulant. Nous partons donc mais je n’aime pas bien tout ça. Le gars parle très vite, ils nous montrent des infos mais en même temps il les faits défiler trop vite pour que nous ayons le temps de comprendre.

Quand nous revenons au garage, ils nous dit que nous avons 2 injecteurs qui ne marchent pas... qu’il peut nous les démonter, et les emmener tester. Mais qu’en je demande le prix , il reste vague et parle toujours très vite. J’insiste pour savoir le prix ils nous parlent alors de 2000$ par injecteur ! Je regarde Aurélien et là on se dit qu’on s’est fait prendre pour des gringos. Aurélien n’ayant pas demander le prix du scanner, nous nous ferons bien avoir au moment où l’on commence à vouloir partir... nous payerons donc 2fois plus cher le scanner ici que celui de Juliaca. Nous sommes bien dégoûtés ! Mais voilà, nous comprenons qu’ils ne faut pas baisser sa vigilance et même si tu es envoyé par quelqu'un de sympa, ces connaissances ne le sont, elles pas toujours. 

Nous repartons donc, nous tournons en rond pour trouver le garage Fiat ! Tellement que nous désespérons de le trouver un jour ! Il y a en fait des travaux sur un des ponts de la ville et il faut faire un immense détour pour y arriver. Nous aurons droit à un super Accueil de divemotor, ils nous offrent à boire pendant que nous patientons.

 

 

Nous expliquons ensuite tout nos soucis, ils nous expliquent que le seul moyen de savoir si il y a un problème avec les injecteurs s’est de les démonter et de les envoyer dans un laboratoire pour les tester. Ils nous proposent toutefois de d’abord faire un scanner. Mais ils n’ont pas de disponibilité avant 17h ! Ils nous offrent le repas pendant que nous attendons. Nous passerons là journée à attendre dans le garage. Finalement ils feront le scanner à 17h et ne trouverons rien de spécial. Nous convenons donc que nous passerons la nuit devant la porte et que le lendemain ils enverront les injecteurs à tester.

2/10 Le lendemain matin, la responsable nous explique qu'entre le démontage et le test des injecteurs, ils n’auront en fait pas les résultats avant le lendemain. Et que, pour des mesures de sécurité, nous ne pourrons pas dormir dans le van dans le garage. Ils nous proposent donc de prendre une chambre d’hôtel en ville. Nous ne sommes pas ravis à l’idée de laisser banana tout seul. Mais ici c’est un grand garage et Aurélien n’est pas autorisé à rester près du véhicule. Dès que nous devons aller chercher des affaires c’est toute une procédure... c’est très compliqué... et très long pour les enfants.

Nous préparons donc nos affaires, avec le dilemme qu’est ce qui sera plus en sécurité dans le van ou dans une chambre d’hôtel ? C’est jamais très simple. Voyager avec sa maison c’est avoir le confort d’avoir tout sous la main, un vêtement de rechange, des médicaments... et là, je ne sais pas ce que je dois prendre et surtout ce n’est pas pratique puisque nous avons pas de valise !

Le garage se chargera de nous appeler et de payer un taxi. Nous avons vite regardé les hôtels sur booking et nous lui demandons de nous amener dans le centre historique. Finalement deux hôtel ont quasiment le même nom dans la même rue et le taxi ne nous dépose pas devant le bon... mais nous négocions la chambre au tarif vu sur booking pour l’autre et la gérante accepte. C’est un joli petit hôtel dans un bâtiment rénové. Nous y serons bien.

 

 


Nous partons nous vider les esprits à la découverte du centre historique. Nous commençons par nous arrêter dans un petit restaurant pour manger. Puis nous poursuivons la visite de la ville par la plaza de Arma. Mais le moral n’est pas vraiment là, et à 16h nous rentrons à la chambre.

 

 

Les enfants jouent pendant que nous regardons déjà combien pourrait nous coûter le changement des injecteurs.... à la nuit tombée Aurélien arrive à me convaincre d’aller manger dans un petit restaurant ! Nous y attendrons près d’une heure pour être servi alors que nous sommes quasiment seul ! Du jamais vu ! Mais le lieu est sympathique...

 

 
3/10 Le lendemain nous nous réveillons en comptant déjà les heures... ils nous ont dit, chez divemotor, qu’ils auraient la réponse vers 15h et nous sommes impatients ! Nous profitons du super buffet pour nous régaler au petit déjeuné !

 

 

Nous partons ensuite visiter la ville pour patienter. Plusieurs amis étant passé par là nous ont donné quelques conseils et lieux à visiter... mais malheureusement nous nous rendons vite compte que la ville est très touristique et donc très chère. Et avec les nuits d’hôtel à 40 euros, il devient très vite difficile de visite la ville...

 

Nous resterons seulement à nous balader dans les rues de cette ville blanche, qui restera une des plus belles villes que nous ayons visité en Amérique du sud !

 

Nous visiterons un seul musée, le seul gratuit mais très intéressant, avec ces fameuses momies !

 

 

Nous rentrerons à l’hôtel en début d’après-midi de peur de rater l’appel de Divemotor. L’attente est autant fébrile que longue. Et alors que nous attendions les résultats pour 15h, le garage nous les  envoie seulement à 18h !!! Le verdict est très douloureux, les 4 injecteurs sont défaillants, le garage nous explique que nous avons dû recevoir la fin d'une cuve à essence lors de notre dernier plein d'essence. il faut donc changer les 4 injecteurs, et nettoyer la cuve à essence - le devis s’élève à 5000 $ sans compter le scanner de la veille et la main d’œuvre... chaque injecteur coûte 1000 $... nous expliquons au garage que c’est un sacré budget pour nous que c’est compliqué que nous voulons chercher une autre solution puisque des injecteurs ne coûtent pas aussi cher en Europe.

Les employés du garage nous répondent qu’ils comprennent mais que malheureusement si nous faisons venir des pièces de France, ils ne pourront pas nous les réinstaller sur banana. Ils n’installent que des pièces qui viennent de leur stock ou de leur fournisseur officiel. Et bien sûr ils n’ont pas de garage à nous recommander... et là, forcément nous nous sentons piégés.... ou disons qu'en fait rien n’est simple. Faut trouver les pièces, les bonnes, les faire livrés jusqu’ici, trouver un autre garage, remorquer banana vers cet autre garage... combien de temps ça va nous prendre ? Et pendant tout ce temps banana peut rester chez Divemotor ou pas ???

Nous nous mettons à la recherche d’une solution rapidement déjà pour trouver les fameux injecteurs ! Notamment avec mon cousin qui nous fait le plaisir de nous rejoindre à Lima le 8, mais il prend son avion dans 3 jours et ça risque d’être compliqué pour lui de trouver les pièces avant ! Et surtout pour les commander ils nous faut les numéros des injecteurs, nous recontactons donc le garage pour qu’il nous donne les numéros mais les injecteurs sont toujours au labo et ils ne les ont pas. Ils nous disent qu’ils pourront nous les donner le lendemain. Nous devons donc attendre encore... allez je vous avoue que j’ai craqué... c’était un peu le pire des scénarios et je suis désespérée. Je me dis que c’est bye bye les Galápagos ou bye bye à deux mois de voyage... Aurélien réussit lui à garder la tête froide, c’est comme ça nous ne pouvons rien changer, ça va nous coûter cher et point barre... il fait plus facilement face au problème que moi.

J’ai pas envie d’aller dehors, ni de manger d’ailleurs, j’ai envie de voir personne. Aurélien sortira pour aller commander à manger et il reviendra pour que les enfants mangent dans la chambre. Nous passerons une bonne partie de la soirée et de la nuit à retourner le problème...

 

 

4/10 Nous devons profiter du décalage horaire pour essayer de solutionner notre problème. Nous sommes donc réveillés à 2h du matin pour joindre la famille en France. A 6h du matin nous recevons un message de notre ami Juan de Mar del Plata, avec qui nous avions passé une semaine au début de notre aventure, il nous explique qu’il peut peut-être nous commander des pièces en Argentine, elles sont un peu moins chère aussi directement au Brésil, il veut vraiment nous aider et nous promet de nous donner des nouvelles très vite. Nous nous sommes renseignés la veille en ville pour les frais des colis DHL, il nous faut compter 170 euros pour un colis et 30% de taxe sur la valeur marchande pour récupérer le colis.

Ça + ça + ça .... tout commence à faire beaucoup....

Nous décidons de partir au garage en début de matinée avec les enfants et toutes les affaires. Objectif trouver une solution rapidement. En arrivant au garage, nous expliquons que nous avons besoin des numéros des injecteurs rapidement. La responsable de l’accueil demande alors au responsable d’atelier, qui demande à je ne sais qui... Qui dit gros garage dit aussi multiples interlocuteurs et ils finiront par nous apporter une photo des injecteurs qui sont en fait toujours au labo... mais avec le décalage horaire il est déjà plus de 17h en Europe et il est bien trop tard pour que mon cousin puisse espérer avoir les injecteurs avant de prendre son avion. Il nous reste encore la solution de les commander par le papa d’Aurélien pour qu’ils nous les envoies directement par DHL... mais papinou n’est pas dispo cette fin de semaine ils sont en route pour le salon du véhicule de loisir à Paris ! Il ne pourra pas s’en occuper avant le lundi.

Notre ami Juan nous a trouvé des injecteurs mais les numéros ne semblent pas correspondre totalement et nous ne voulons pas prendre le risque d’acheter de mauvaises pièces. Nous le remercions donc pour son aide.

Je commence donc à faire des calculs... entre le coût des injecteurs en France (si on prend du neuf- parce qu’ici il ne vendent que du neuf)- on y ajoute les frais d’envois- la taxe de 30%- nos nuits d’hôtel- finalement la différence de prix n’est pas si importante en comparaison avec le prix ici. J’envoie donc Aurélien négocier le prix.

Le cœur de la négociation tournera sur le fait que nous avons demandé les numéros des injecteurs déjà le jour où ils les avaient démontés et que si à ce moment nous les avions eu nous aurions largement eu le temps de les commander et de les faire venir grâce à mon cousin. Le garage accepte donc de nous faire 20 % sur les injecteurs. Ce qui a 1000$ pièces est déjà intéressant pour nous. De plus ils pourraient les avoir le lendemain matin et nous pourrions quitter le garage au plus tard le samedi. Nous réfléchissons et nous optons pour cette solution d’autant plus qu’ils nous confirment que nous aurons alors une garantie de deux ans sur les pièces. Et aujourd’hui j’avoue que j’ai besoin de sérénité...

Le garage nous offre une nouvelle fois le repas. Puis nous trouvons un hôtel juste à côté cette fois ci. Où nous irons passer la fin de la journée et la nuit.

 

 

5/10 Une nouvelle journée d’attente nous attend, nous commencerons par l’école... puis nous passerons là journée à traîner dans l’hôtel qui possède piscine et terrain de jeux. Nous appellerons le garage pour nous assurer qu’ils ont bien les pièces. Le seul réconfort que je trouverais moralement aujourd’hui c’est en faisant nos comptes ! Effectivement, je me rends compte que finalement grâce aux économies que nous avons fait ces derniers mois sur le budget prévisionnel, cette dépense ajoutée à l’ensemble des frais de ces derniers 10 mois nous arrivons au budget maximum/mois programmé. Même si j'avoue que j'aurais préféré qu’on s’offre les Galápagos avec les économies faites ces derniers mois mais bon c’est la vie. Nous aurons au moins pas à nous dire que nous devons rentrer plus vite parce que nous avons dû changer nos injecteurs.

Et puis nous avons reçu plein de messages d’encouragements. Et notamment des petites phrases comme « ça aurait pu aussi vous arriver en France » qui viennent me remonter le moral. C’est vrai que nous aurions aussi pu avoir une fin de cuve dans une station essence tant en France, qu'en Europe. Nous sommes aussi ému des gens qui veulent nous soutenir financièrement dans cette épreuve. Mais je vois depuis quelques mois le combat d’un ancien collègue de travail dont la fille de l’âge de Liloane se bat contre un cancer du cerveau et l’actualité parle de wonder Augustine cette petite fille qui vient de perdre son combat face au cancer. Je ne me vois donc pas recevoir de l’argent pour mes petits problèmes alors que ces familles elles ont vraiment besoin d’argent. Elles n’ont pas la chance de pouvoir profiter de leurs enfants comme nous le faisons nous aujourd’hui. Alors c’est certain nous avons la chance d’être en bonne santé, d'avoir des enfants en bonne santé et de vivre une expérience incroyable avec eux ces derniers mois et c’est aujourd’hui le plus important...

Mais merci à vous tous qui avez pensé à nous, qui étiez prêts à nous aider même de loin... moralement c’était juste ce qu’il nous fallait !

 

 



6/10 Après une dernière nuit à l’hôtel, nous rejoignons le garage Divemotor en début de matinée. Aurélien devra tester le véhicule avec l’équipe ce matin. L’équipe des bureau offre des cahiers de coloriages et des crayons aux enfants. L’attente est longue. Finalement après avoir tester le véhicule, ils referont un scanner pour s’assurer que tout est en ordre. Et nous pourrons finalement quitter le garage juste avant sa fermeture à midi. Nous sommes soulagés et heureux de retrouver banana.

 

 

 



Nous décidons de prendre directement la route direction Lima où mon cousin va arriver dans 48h ! Mais avant cela nous avons la côte à rejoindre puis 1000km à faire le long de celle là pour atteindre la capitale ! Nos aventures le long de la côte c’est dans le prochain épisode !


Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload